Belles Régions de France n°1 avr/mai 2010
Belles Régions de France n°1 avr/mai 2010
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°1 de avr/mai 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 71,9 Mo

  • Dans ce numéro : la Bourgogne.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
En Bourgogne, art et civilisation... mTOURNUS Construite par les moines ayant fui Noirmoutier devant l’envahisseur normand pour y abriter les reliques de leur saint patron, l’abbatiale Saint- Philibert de Tournus est la plus ancienne des grandes églises de Bourgogne. Sa haute façade, percée de rares ouvertures, a presque des allures de forteresse et témoigne des temps agités qui l’ont vu naître. Sa construction s’est étalée entre le premier quart du 11e siècle et le milieu du 12e siècle. La crypte et l’avant-nef constituent les parties les plus anciennes de l’édifice. Leur relative obscurité offre un contraste saisissant avec l’extraordinaire luminosité de la nef principale. Celle-ci se distingue des autres églises romanes bourguignonnes par le très rare système de voûtement utilisé : des berceaux transversaux et arcs doubleaux polychromes qui s’appuient sur de hautes piles rondes. La maçonnerie apparente des murs et des piliers donne à l’église Saint-Philibert un caractère à la fois archaïque et moderne. Construit en dernier lieu, le chœur reprend le plan de la crypte. Il est entouré d’un déambulatoire sur lequel s’ouvrent trois chapelles rayonnantes. Ce déambulatoire, éclairé par des vitraux modernes, s’orne au sol de 28 - Belles Régions de France Abbaye Saint-Philibert de Tournus. très belles mosaïques du 12e siècle illustrant les mois et les signes du Zodiaque. A l’extérieur, l’église est dominée par deux hauts clochers, l’un sur la partie nord de la façade, l’autre à la croisée du transept, et elle est bordée au sud par la seule galerie qui subsiste du cloître du 11e siècle. Cathédrale d’Autun. teaux – dont certains sont exposés à hauteur d’homme dans la salle capitulaire – retiendront plus particulièrement l’attention des visiteurs. mAUTUN La haute flèche gothique du 15e siècle qui domine la cathédrale ne doit pas faire illusion : Saint-Lazare d’Autun reste avant tout une œuvre majeure de l’art roman clunisien, édifiée pour l’essentiel entre 1120 et 1130. L’intérieur de la cathédrale le prouve d’ailleurs très clairement. La nef principale présente la même élévation que celle de Cluny III : arcades brisées, faux triforium, fenêtres hautes, le tout couvert par une voûte en berceau brisé. Une des particularités de l’édifice réside dans certains éléments de sa décoration intérieure, et notamment dans les piliers cannelés directement influencés par les nombreux vestiges antiques d’Autun qui fut, rappelons-le, une des plus importantes cités galloromaines et qui se vit, à ce titre, qualifiée de « sœur et émule de Rome ». La qualité architecturale de la cathédrale d’Autun est cependant presque reléguée au second plan par l’extraordinaire richesse de son décor sculpté qui constitue indéniablement un des sommets de l’art roman en Bourgogne. Le « Jugement Dernier » du portail principal, et les scènes bibliques des chapimBEAUNE Lorsqu’on parle de Beaune, on pense spontanément à son statut de capitale des vins de Bourgogne, ou à son célèbre Hôtel-Dieu dont les toits de tuiles vernissées sont devenus, en France comme à l’étranger, une image symbolique de la Bourgogne. On aurait tort toutefois d’ignorer que Beaune abrite aussi une œuvre majeure de l’art roman bourguignon : la collégiale Notre-Dame. Edifiée dans la première moitié du 12e siècle sur le modèle de la cathédrale Saint-Lazare d’Autun, la collégiale Notre-Dame de Beaune reprend elle aussi les grands principes de l’architecture clunisienne dans l’élévation intérieure de la nef. Entouré d’un déambulatoire et de chapelles de pur style roman, le chœur a subi des transformations notables à l’époque gothique. Le décor sculpté de la nef est surtout composé de chapiteaux figurant, entre autres, l’Arche de Noé, la Lapidation de Saint Etienne et l’Arbre de Jessé. Bien que postérieures à la période romane, les tapisseries placées derrière le maître-autel et réalisées en laine et en soie à la fin du 15e siècle ne manqueront pas de séduire les visiteurs. Signalons aussi que la collégiale sert de cadre prestigieux à certains concerts du Festival International d’Opéra Baroque qui se tient chaque été en juillet à Beaune. Hospices de Beaune, ci-dessous Collégiale de Beaune.
En Bourgogne, art et civilisation... Église Saint-Pierre. mNEVERS Dominée par sa cathédrale gothique, la Cité Ducale de Nevers abrite aussi un chef-d’œuvre de l’art roman, relativement méconnu, mais digne du plus grand intérêt : l’église Saint-Etienne. « Elle donne l’exemple et la mesure des belles proportions romanes », déclarait à son sujet Henri Focillon, le grand historien d’art et spécialiste du monde médiéval, né à Dijon en 1881. Cette église, qui faisait à l’origine partie d’un prieuré clunisien, fut construite à la fin du 11e siècle à l’initiative de Guillaume 1er, Comte de Nevers. Malgré la destruction des tours sous la Révolution Française, elle présente une grande pureté de style, encore soulignée par les tons dorés de la pierre, et son architecture combine harmonieusement des influences bourguignonnes et auvergnates, notamment dans son élégant chevet entouré d’une ceinture de chapelles. Église Saint-Étienne de Nevers. mDIJON Curieusement, et en dépit du fait que François 1er l’ait désignée comme « la ville aux cent clochers », c’est sous terre, plus précisément sous l’actuelle cathédrale gothique, que Dijon cache son trésor roman. La crypte de Saint Bénigne est en effet le dernier vestige qui subsiste de la grande église abbatiale construite entre 1002 et 1012 par Guillaume de Volpiano, jeune moine lombard mandaté à Dijon par l’abbé de Cluny. Cette crypte constitue l’étage inférieur, à l’origine en rez-de-chaussée, d’une immense rotonde dont les deux étages supérieurs ont été détruits pendant la Révolution Française. Construite sur un plan octogonal délimité par huit colonnes rondes monolithiques, elle est entourée d’un double déambulatoire divisé par seize colonnes. L’ensemble appartient au tout premier art roman et marque par ailleurs la première apparition de l’image humaine dans la sculpture romane, LE BRIONNAIS Ce pays verdoyant, berceau de la race charolaise, est aussi la patrie de Saint Hugues. Le plus célèbre des abbés de Cluny naquit en effet en 1024 au château de Semur-en-Brionnais, une charmante localité classée parmi « les plus beaux villages de France ». Nous vous indiquons ci-après, parmi la trentaine d’églises et de chapelles du Brionnais, une liste (non exhaustive) des petits bijoux moins connus que vous pourrez dans la décoration d’un des chapiteaux de la seconde colonnade. Les autres chapiteaux, ornés de motifs géométriques, restent dans la tradition carolingienne. Juste à côté de la cathédrale, l’étage inférieur du Musée Archéologique relève lui aussi du tout premier art roman. Ce musée abrite par ailleurs de remarquables collections de sculptures médiévales qui ont fait récemment l’objet d’une nouvelle présentation particulièrement valorisante. Dijon, Saint benigne. Les petits bijoux moins connus et qui ne manquent pas de cachet. En BourgognE du sud Même si l’on peut considérer que la Bourgogne est globalement une terre d’excellence de l’art roman, force est de constater que c’est bien la partie méridionale de la région, et plus spécialement le département de la saône-et-Loire, qui offre la plus grande concentration d’églises et de chapelles romanes. Cette concentration est particulièrement remarquable dans les secteurs proches de Cluny, comme le Brionnais et le Mâconnais. découvrir en suivant les pancartes « circuit des églises romanes », en partant de Semur-en-Brionnais. Les limites de ce circuit, qui forment la boucle méridionale des « Chemins du Roman en Bourgogne du Sud », sont, au Nord, Paray-le- Monial, évoqué dans notre chapitre « Les sites incontournables », et, au Sud, Charlieu, qui se trouve toutefois à l’extérieur de la région Bourgogne, dans le département de la Loire. Belles Régions de France - 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 1Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 2-3Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 4-5Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 6-7Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 8-9Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 10-11Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 12-13Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 14-15Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 16-17Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 18-19Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 20-21Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 22-23Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 24-25Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 26-27Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 28-29Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 30-31Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 32-33Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 34-35Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 36-37Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 38-39Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 40-41Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 42-43Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 44-45Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 46-47Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 48-49Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 50-51Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 52-53Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 54-55Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 56-57Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 58-59Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 60-61Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 62-63Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 64-65Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 66-67Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 68-69Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 70-71Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 72-73Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 74-75Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 76-77Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 78-79Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 80-81Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 82-83Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 84-85Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 86-87Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 88-89Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 90-91Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 92-93Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 94-95Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 96-97Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 98-99Belles Régions de France numéro 1 avr/mai 2010 Page 100