Bébés et Mamans Grossesse n°75 février 2020
Bébés et Mamans Grossesse n°75 février 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°75 de février 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Sfera France

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : la péridurale, que faut-il savoir ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
#legrandmoment #enceinteetenbonnesanté type d’alimentation aux saveurs plus neutres. Par exemple, certaines enlèvent l’ail de leur alimentation parce qu’elles sont convaincues que c’est désagréable pour le bébé, tout comme l’oignon ou le poivre. Pourtant, si ces aliments ne causent pas de problèmes de digestion ou de brûlures d’estomac, il n’y a aucune raison de s’en passer. u contraire, différentes études ont montré que les bébés de mères ayant conservé leurs habitudes alimentaires pendant la grossesse ont accepté plus tard les saveurs auxquelles ils s’étaient aitués dans le ventre. n effet, on sait que le sens du goût est actif après 4 mois de grossesse. BOIRE DE L’ALCOOL (MÊME DE TEMPS EN TEMPS) La science n’a plus le moindre doute : l’alcool consommé pendant la grossesse est un ennemi sûr pour #26# #32# BebesetMamans.com le fœtus. Chaque fois que la mère boit, l’enfant boit avec elle. À travers le placenta, l’alcool et les produits nocifs atteignent le corps du fœtus, qui n’est pas encore capale de les métaoliser ecacement, comme le font les adultes. Par conséquent, l’enfant reste eposé plus longtemps au effets nocifs de la substance et les dommages produits par cette exposition peuvent être de différentes sortes troules du développement des cellules et des organes, en particulier le système nerveux, ainsi que des problèmes neurologiques, etc. Bien sûr, toutes les expositions à l’alcool dans l’utérus n’entraînent pas de graves problèmes, mais plusieurs facteurs peuvent causer des complications, comme la quantité d’alcool consommée, le type de consommation (régulière ou occasionnelle), le mois de grossesse, etc. Aujourd’hui, il est impossible de spécifier une quantité de « sécurité » qui donnerait la certitude que l’alcool ne cause pas de mal. Le plus intelligent à faire est alors
que la femme enceinte renonce complètement à la consommation d’alcool. CONSOMMER DES ÉDULCORANTS Il est également déconseillé d’avoir recours à des édulcorants contenant « zéro calories » pour ne pas prendre de poids. Présentes dans de nombreuses boissons allégées, ces substances ne devraient pas apparaître dans l’alimentation des femmes enceintes. Chaque personne, en conditions normales, a une quantité quotidienne maximale qui ne doit pas être dépassée mais, pendant la grossesse, il est possible que ces substances atteignent le fœtus, dont la capacité de tolérance est très différente de celle de l’organisme adulte. Dans le cas de personnes qui consomment ces édulcorants pour des problèmes de santé (tels que les diabétiques), il convient, dans la mesure du possible, d’éviter leur consommation, en s’adaptant à un goût moins sucré. OPTER POUR DES ALIMENTS RAPIDES À PRÉPARER Beaucoup de femmes enceintes perdent l’envie de cuisiner, ce qui fait qu’elles se limitent toujours aux mêmes aliments, simplement parce qu’ils sont faciles à préparer. Cependant, les aliments « pratiques » sont généralement les moins sains. Par exemple, les saucisses sont une excellente solution pour un repas rapide, mais pas plus d’une ou deux fois par semaine, en raison de leur teneur excessive en gras et en sel. Il en est de même pour les fromages, dont la plupart sont riches en matières grasses. Les conserves et les plats préparés ne sont pas recommandés car ils contiennent généralement une grande quantité d’additifs pour assurer leur conservation. BebesetMamans.com #27# #33#



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :