Bébés et Mamans Grossesse n°74 janvier 2020
Bébés et Mamans Grossesse n°74 janvier 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°74 de janvier 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Sfera France

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7,7 Mo

  • Dans ce numéro : grossesse sans risque, la liste des examens que vous devez faire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
#lesmaladiesdufroid #maladiesdegrossesse Le diabète gestationnel : dépistage • La façon la plus facile et la plus rapide de dépister le diabète gestationnel est de soumettre la future maman à un premier test de glycémie à jeun au premier trimestre. On réalise ensuite, entre la 24ème et la 28ème SA, un deuxième test appelé HPGO (Hyperglycémie Provoquée par Voie Orale) pour lequel la future maman doit boire une solution concentrée à 75g de glucose. Il y a diabète gestationnel si, lors de cette analyse, la concentration en sucres dépasse ne seraitce que l’un des seuils définis (0,92g/L à jeun ; 1,80g/L 1h après la charge orale en glucose ou 1,53g/L 2 h après). Mais quelle est la population à risque ? • Certaines femmes présentent plus de risques que d’autres de contracter un diabète gestationnel : antécédents familiaux, grossesse à un âge avancé ou si la maman avait elle-même un poids excessif à la naissance. #24# BebesetMamans.com • Les femmes qui ont déjà souffert de diabète gestationnel lors d’une précédente grossesse ou qui ont donné naissance à un enfant pesant plus de 4,5 kilos doivent également être prudentes. Heureusement, ce sont des situations que le gynécologue peut prévoir bien à l’avance. Poids du fœtus : impact sur la vie adulte En soi, compte tenu de son caractère temporaire, le diabète gestationnel peut parfaitement être toléré par la future maman. Néanmoins, l’absence de traitement ou une intervention tardive représentent un facteur de risque pour le bébé. • Le fœtus en développement puisant, dans l’organisme de sa maman, plus de sucre que nécessaire, son poids peut être supérieur de 500 à 700 grammes. Le problème est que cet excès de poids n’est pas réparti de manière uniforme, comme dans le cas des enfants naturellement grands du fait de la constitution de leurs parents ; dans le cas du diabète gestationnel, le poids s’accumule dans le tissu adipeux de l’enfant posant ainsi les bases de ce que l’on appelle le syndrome métabolique, à savoir qu’il développe un mauvais métabolisme corporel, typique des
personnes obèses. Les experts parlent de « syndrome métabolique », en présence d’au-moins trois des symptômes suivants : l’obésité, le diabète, l’hypertension et l’hyperlipidémie (excès de graisse dans le sang). Lorsque ces symptômes se développent pendant la vie fœtale, l’enfant court le risque, adulte, de devenir obèse et donc d’être exposé à des maladies cardio-vasculaires. L’excès de sucre dans le sang pendant la grossesse agit sur les gènes de l’enfant, dans le sens où il active un certain profil génétique prédisposant l’individu à ces maladies, mais il expose également à d’autres risques majeurs plus immédiats comme, par exemple, la difficulté à respirer et à supporter le jeun avant la montée de lait. Ce qui est autorisé et ce qui est interdit • En cas de diagnostic du diabète gestationnel, la future maman devra suivre un régime alimentaire strict, hypocalorique mais équilibré. • La consommation de sucreries et d’édulcorants est interdite. Utilisez plutôt du miel ou du fructose et supprimez les sodas. • En revanche, vous pouvez consommer des fibres naturelles dérivées de légumes et de fruits, ainsi que des protéines, en particulier si elles proviennent des légumes secs et du poisson. • Si l’alimentation ne suffit pas à traiter le trouble et que l’enfant continue à trop grandir, le médecin pourra décider de commencer un traitement à l’insuline à faible dose, qui sera interrompu après la naissance. L’échographie 3D-4D : un examen précieux Les échographies de haute résolution permettent aujourd’hui de déterminer avec précision, et à un stade précoce, les risques de diabète gestationnel en donnant des informations sur la quantité de graisse sous-cutanée qui se forme chez l’enfant, si le fœtus grandit trop vite, si la quantité de liquide amniotique est normale et si la répartition de graisse corporelle est homogène. Cet outil permet non seulement d’obtenir des images globales de l’enfant, mais également de visualiser avec précision les organes et les tissus. Il ne s’agit bien évidemment là pas d’un test de routine, mais d’une technique de support au diagnostic et que l’on n’utilise qu’en cas de suspicion de problème, comme c’est le cas pour le diabète gestationnel. BebesetMamans.com #25#



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :