Basket News n°609 21 jun 2012
Basket News n°609 21 jun 2012
  • Prix facial : 3 €

  • Parution : n°609 de 21 jun 2012

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Tomar Presse

  • Format : (232 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14,5 Mo

  • Dans ce numéro : As, coupe et championnat... le formidable triplé de Chalon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
02 MISE AU POINT MAIS POURQUOI ? ? ? Les bras nous en sont tombés. Abasourdis. Par le fond, insensé, et la forme, d’une violence irrationnelle. Chez nous, la vexation des premiers instants a cédé la place à la déception – la déception humaine – mais l’incompréhension et le sentiment d’injustice demeurent. La chose aurait pu rester confidentielle mais puisque les Chalonnais ont décidé de la porter sur la place publique, devant les caméras de Canal et les micros de la presse, alors expliquons… Pour ceux qui n’auraient pas vu, pas entendu, ou tout simplement pas remarqué ce qui s’est passé juste après le buzzer de la finale de Pro A, et dans les minutes qui ont suivi, sachez, pour résumer, que les premiers gestes et mots chalonnais après l’obtention du titre de champion de France ont été dirigés contre BasketNews, coupable d’avoir mené, à écouter Greg Beugnot et ses joueurs, une sorte de cabale contre l’Élan ; coupable d’incompétence et de perfidie. Il y eut d’abord, dès la fin du match, une ruée vers la tribune de presse de quelques joueurs, de Greg Beugnot et de Rémy Delpon, le Directeur général du club, qui se sont affairés à dérouler une banderole reproduisant deux articles de BN datés du 12 avril (!) et traitant de « l’affaire Tchicamboud » (BN numéro 599). Puis ensuite, en préambule de sa conférence de presse, Greg Beugnot a livré sa charge. « Je voulais remercier Basket- News. Il nous manquait juste un peu d’orgueil. Merci à vous. » Stupéfaction. Incompréhension dans l’assistance, tout ou partie. Mais encore ? « Vous (BasketNews) ne connaissez pas le basket. (…) Appréciez le jeu, appréciez les stratégies ! Mais vous ne savez pas. » Puis enfin, pour conclure : « Vous êtes un peu dans la merde, les gars, parce que si on n’a pas la reconnaissance aujourd’hui, je ne sais pas comment vous allez faire la saison prochaine. » Steed Tchicamboud – dont on passera, pour l’heure, sur les attaques ad personam qui sont au niveau attendu, on va dire – a évidemment mis son grain de sel : « On espère que BasketNews fera des meilleurs articles sur nous l’année prochaine, s’ils sont encore dans le basket. » On appréciera à sa juste valeur, étant données les circonstances (voir l’édito), l’élégance de la dernière partie de la phrase. Une simple question de bon sens Que s’est-il passé pour que, de son propre aveu, Greg Beugnot épingle et surligne au marqueur des articles de BN dans son vestiaire ? Que s’est-il passé pour que, selon les mots de Steed Tchicamboud, « de toutes façons, BasketNews nous a servi de motivation toute la saison » (sic), ou encore « on voulait montrer à BasketNews que rien ne pouvait nous perturber » (re-sic) ? Pourquoi cette hystérie et, d’une certaine manière, cet médias « hommage » saugrenu ? La stratégie du « nous contre le reste du monde », les articles de presse utilisés pour booster l’orgueil d’une équipe, on connaît. C’est de bonne guerre, c’est monnaie courante, c’est même assez drôle et cela n’a aucune raison de nous faire tiquer. Mais là, c’est autre chose. Chalon s’est mis à concevoir ce qui n’est pas loin d’être de la haine – à tout le moins une hostilité noire – envers nous et cela a pété au buzzer. Et là même où l’Élan et son coach atteignaient (enfin) le sommet et devenaient l’ambassadeur du basket français de club, ses premières paroles n’ont pas été pour prendre de la hauteur de vue, de la majesté, mais pour fusiller BasketNews. Drôle de triomphe, dont on mesurera, selon ses convictions propres, ce qu’il dit du basket français. Bref. Il nous est reproché d’avoir, ces dernières semaines, dixit Greg Beugnot, « porté des jugements sur Chalon en disant qu’on a perdu notre basket », « quand Olympiakos part chercher l’Euroleague contre le CSKA, c’est grandiose, quand l’Élan va chercher une demifinale, ils ne savent plus jouer au basket », « la prochaine fois, vous mettrez Chalon encore plus petit et Le Mans encore plus gros ». Puis encore : « quand tu mets Chalon favori en petit et « Pourquoi pas Le Mans ? » en gros… tu devrais mettre Chalon en grand et Le Mans en petit », ajoute Steed Tchicamboud, devenu soudain expert en presse écrite. Il nous est reproché, finalement, d’avoir systématiquement jugé les chances des adversaires successifs de Chalon plutôt que d’avoir encensé la saison chalonnaise. D’avoir été « anti Chalon », de leur point de vue. Nous qui craignions, au contraire, que l’on nous taxe de « pro Chalon », voyez comme on était loin du compte ! Plusieurs choses. Évacuons la question du millimétrage accordé à Chalon sur la Une car, d’une part, il s’agit d’un argument puéril de cours de récréation, ensuite parce que sept des neuf dernières Unes de BN (celle-ci comprise) ont mis en illustration, soit en sujet principal soit en mention, l’Élan. Une couverture inédite dans l’Histoire de notre magazine. Le fait d’avoir parlé des adversaires de Chalon ? L’Élan étant tellement favori – c’est le respecter que de le dire – qu’il s’est simplement agi de jauger dans quelle mesure quelqu’un pouvait se mettre dans le chemin – surtout après l’élimination de Gravelines. C’est logique, c’est du bon sens. Nous aurions pu titrer chaque semaine « Chalon va gagner, les autres n’ont aucune chance, n’en parlons plus et bonnes vacances » mais, étrangement, nous n’avons pas trouvé ça pertinent. À ce qu’il nous semble, le parcours en playoffs de Chalon n’a pas été si simple. Que disait Nicolas Lang, déjà, à propos d’Orléans ? « Ils auraient pu, ils auraient dû nous battre. »
Le fait de ne pas avoir assez insisté sur le statut de favori de Chalon ? Que disait Steed Tchicamboud mercredi sur LNB.fr ? « Ce sont les médias qui nous disent favoris. Personnellement, je nous vois comme des outsiders parce que si on se dit qu’on est favori, on va y aller tranquille et on va se prendre une claque. » Le fait d’avoir expliqué que l’Élan, face à Orléans, avait été en difficulté, n’avait pas vraiment montré le basket conquérant des derniers mois ? Que disait Steed Tchicamboud juste après la belle contre Orléans, déjà ? « Félicitations à Orléans, vous nous avez fait perdre notre basket. » On ne l’a pas rêvé, ça. Le fait d’avoir traité sans complaisance l’affaire Tchicamboud, aujourd’hui reléguée, dixit Greg Beugnot, au rang de « petit incident » ? Qu’en disait Dominique Juillot à l’époque, à notre micro ? « Trahison » et « destructeur ». Et Steed ne tweetait-il alors pas que, entre Chalon et lui, c’était fini ? Voulez-vous vraiment, Chalon, que nous rouvrions ce dossier ? Respect ? Dans les deux sens, alors ! Troublante, cette paranoïa chalonnaise, qui semble mariner dans son jus depuis des mois, et qui a mené certains à l’Élan à déformer nos écrits, les tronquer carrément, transformer des questions légitimes et argumentées en affirmations, les sortir de leur contexte et de la démarche cursive d’une analyse, ou purement et simplement à les imaginer, les fantasmer. Quand on est dans cet état, on ne voit que ce qu’on veut voir, que ce qui conforte sa vision des choses. C’est oublier l’énorme traitement BMW W.f$ 1.1191'FAU" RUICL'yo:VrAl – positif – fait autour de l’Élan par BN et Maxi depuis deux ans ; un Élan qui jouit d’une grande cote d’amour en France et d’un grand capital sympathie chez nous. Alors ? Alors il nous semble que l’Élan s’est inventé un ennemi, a créé un monstre, forcément énorme et sanguinaire, à combattre. Il y a trouvé une nouvelle raison de gagner. C’est bien pour lui. Mais il ne nous paraît qu’il soit bien judicieux de construire, à termes, sur ces valeurs. Enfin… L’avenir le dira. Bah, on sait bien – Samir Nasri en a encore fait la démonstration récemment – qu’il est de bon ton de déconsidérer les journalistes, forcément sans cœur, forcément nocifs, forcément enfermés dans leur tour d’ivoire et occupés à ourdir des complots pour If EF113115V. ALLEz CHALON QUO ! ! ZONE-MIXTE déstabiliser les uns et les autres pour le simple plaisir de nuire. Mais là… Youhou, les gars, c’est nous ! C’est BasketNews ! Greg Beugnot nous a sermonnés, depuis sa tribune de champion : « Respectez un peu le travail des gens ». Nous te retournons l’ordre, Greg. Respectez-nous et respectez notre travail ! Si vous aviez des griefs à nous formuler, ce que nous aurions été tout à fait prêts à entendre tant nous avons conscience de nos lacunes – car, Greg, nul n’est parfait, pas plus toi que nous – pourquoi ne pas l’avoir fait en face depuis des semaines au lieu de faire comme si de rien n’était ? Cette attitude n’est pas précisément constitutive de celle d’un « mec franc ». Enfin, pour finir, j’ai envie de m’adresser, sans évidemment attendre de réponse, à tous les membres de l’Élan. Les joueurs – tous les joueurs –,ngibiREDTINE 73ROMEssE a•f-J1_17 FE- ry.6M•rl 03 le staff large, les employés, les dirigeants, les bénévoles, les partenaires (privés ou publics) et même les supporteurs : en votre âme et conscience, au fond de vous, là où vous êtes libres de penser ce que vous voulez, êtes-vous persuadés que les critiques formulées, et la manière de les formuler, soient fondées ? Après examen de conscience, cautionnez-vous cela ? Si oui, alors soit. Si non, alors bonnes vacances. Et à bientôt. Enfin, peut-être… n Par Fabien FRICONNET, au nom de la rédaction PS : Merci beaucoup à tous ceux, nombreux, qui nous ont manifesté leur incompréhension et leur soutien, en public ou en privé. iiViVONCER ET ASSihrt. CEST FORT ! Hervé Bellenger/IS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :