Bamboo Mag n°36 nov/déc 2014
Bamboo Mag n°36 nov/déc 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de nov/déc 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Bamboo Édition

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 25 Mo

  • Dans ce numéro : Les Fondus du Champagne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
GoDiïLOTS Et si l’on profitait du centenaire de la Première Guerre mondiale pour regarder ce conflit sous un angle différent ? Justement, la série Les Godillots ne ressemble pas aux autres bandes dessinées consacrées à 14-18. « Nous apportons une touche de couleur et aussi un peu de vie », comme l’explique le dessinateur, Marko. « Nous mettons en avant l’humanité présente dans le cœur des hommes de l’époque », selon Olier, le scénariste. Loin de l’horreur des tranchées et des monstruosités de cette guerre aux dix-huit millions de morts, les auteurs font un pas de côté, comme s’ils voulaient apporter un autre éclairage sur la « Grande Guerre ». Les Godillots, c’est l’histoire de deux « poilus » ordinaires qui se retrouvent plongés dans des événements qui ne le sont pas. Accompagnés d’un ado qu’ils ont pris sous leur aile, et d’un petit singe vert espiègle, ils sont chargés de la « roulante » (la cantine) et du ravitaillement des poilus Retour au front Avec Les Godillots, plongez dans la guerre de 14-18 à hauteur d’homme en compagnie de Palette, Le Bourhis et Bixente, dans une joyeuse sarabande mêlant l’aventure, l’humour et l’émotion. en première ligne. Ils vivent la guerre à hauteur d’hommes – ce qui ne les empêche pas de faire preuve d’héroïsme quand les circonstances l’imposent. Il y a quelque chose de la saga des Tuniques bleues dans Les Godillots  : un mélange réussi d’aventure, d’humeur joyeuse, d’humour et d’émotion, le tout sur fond de faits historiques bien réels. Des faits que les auteurs s’appliquent à mettre en scène avec rigueur afin de donner une véritable crédibilité à leurs personnages et aux situations qu’ils traversent dans une bande dessinée qui navigue entre la réalité et une certaine fantaisie. Mais sans jamais tomber dans la caricature, grâce au talent de scénariste et aux dialogues très vivants d’Olier. Grâce, aussi, au dessin attachant de Marko et à ses couleurs tendres qui atténuent la dureté de certaines scènes. Le troisième album des Godillots paraît ce mois-ci. Il tombe à pic  : l’année du centenaire de la déclaration de guerre de 1914. Et en novembre, le mois de la signature de l’Armistice de 1918… C1OuILL()TS Les Godillots, tome 3, de Marko & Olier, Sortie en novembre 2014 56 pages, 13,90 e
crédits  : ECPAD, médiathèque de la Défense D.R. Olier un scénariste en première ligne Comment trouvez-vous les informations nécessaires à vos histoires ? Nous partons à chaque fois d’une anecdote qui nous a frappés et qui fait office d’étincelle. Nous en conservons ce qui sert notre histoire et ensuite nous creusons autour du thème. Nous mettons la main sur des photos qui appellent notre imagination, et petit à petit nous bâtissons en cercles concentriques un synopsis, puis un scénario. Volontaires américains et la mascotte de leur régiment  : un petit singe vert d’Afrique. Le postulat du tome 1 des Godillots. LE GOSSE VA AU FRONT. Le jeune 4.,eanne, Agé de 15 ans, dont le frère est ac. tueltemerlt au l°1 de ligne, a quitte Fougères A led pour rejoindre sen frére. En cours de route, t  : a ë ; rit a sa mure, l'e. visant qu'il no veut plus raire de godillots, mais en porter, et qu 1l va rejoindre le front A pled, seul moyen de se faire incorporer avec son frère. A prétend que sa présence est utile pour déloger les Boches et qu'on en. tendra parler de lui. Bichette, le jeune intrépide est également inspiré d’une histoire vraie trouvée dans les journaux d’époque. Vous avez travaillé avec l’historien Jean-Yves Le Naour, spécialiste de 14-18  : que vous a-t-il apporté ? Son regard décalé sur les événements correspond au nôtre. Il a écrit des livres comme La Première Guerre mondiale pour les nuls, par exemple. Il s’intéresse aux à-côtés, aux chemins qui n’ont pas été battus et rebattus par tout le monde, ce qui correspond à notre démarche. Il s’est passé tellement de choses bizarres pendant ce conflit, comme cette histoire des Allemands qui débroussaillaient et creusaient des tranchées en s’aidant d’un éléphant d’Asie… Ce genre d’anecdote en marge nous intéresse. Nous travaillons aussi avec le forum sur internet www.pages14-18.com, sur lequel nous avons rencontré de nombreux passionnés dont l’aide nous est très utile. À chaque fois que nous nous posons une question sur un sujet « pointu », ils nous répondent du tac au tac ! Ils constituent en quelque sorte notre « port d’attache » … Marko a dessiné leur logo, et ils nous orientent aussi vers d’autres sites ou vers des historiens. Comment définiriez-vous Les Godillots, qui naviguent entre l’Histoire, l’humour et l’aventure ? C’est une série sur le fil du rasoir… Nous traitons de l’horreur de la Grande Guerre, comme les mutilations volontaires et sur les ennemis ou les « soldats de la honte ». Mais nous nous efforçons aussi de mettre en avant l’humanité qui était malgré tout présente dans le cœur des hommes de l’époque  : la camaraderie, l’aventure, le sentiment de l’aberration de cette guerre... Certains réagissaient plutôt mal, d’autres plutôt bien, et ceuxlà s’en sortaient d’ailleurs souvent mieux que les autres.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :