Aviation Civile n°389 jan/fév/mar 2020
Aviation Civile n°389 jan/fév/mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°389 de jan/fév/mar 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Babel

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : le drone prépare sa révolution industrielle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
• #389 • Janvier 2020 32 DÉJÀ DEMAIN Biocarburants aéronautiques : quelle stratégie pour la France ? La France élabore sa feuille de route nationale pour le déploiement des biocarburants aéronautiques durables. Explications. - Par Alexia Attali Quels sont les enjeux des biocarburants durables pour le transport aérien ? Parmi les leviers identifiés par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour limiter les émissions de CO 2 du secteur, le recours aux carburants à base de biomasse est le plus réalisable à court terme. Mais leur coût élevé freine la mise en place d’une filière pérenne. D’où la mobilisation des pouvoirs publics pour accélérer leur déploiement. Par ailleurs, ces biocarburants doivent être durables, c’est-à-dire que les matières utilisées ne doivent pas concurrencer l’alimentation ni avoir d’impact négatif sur l’environnement (déforestation, biodiversité, etc.). © iStock Quelles sont les principales orientations de la feuille de route française ? Elle repose sur cinq principes fondamentaux : le maintien d’un niveau optimal de sécurité des vols, l’assurance de la durabilité des biocarburants, la viabilité économique de la filière, la mise en place d’une logistique sobre et efficace pour l’approvisionnement et enfin la cohérence avec les initiatives et les stratégies supranationales. La trajectoire de déploiement prévoit quant à elle une obligation d’incorporation croissante pour les années à venir. « Les aspects économiques sont au cœur du succès. » CLAIRE RAIS ASSA, CHEF DU BUREAU ENVIRONNEMENT À LA DTA Ne faudrait-il pas prolonger cette initiative au niveau européen, voire international ? La question se pose en effet. D’une part, parce que le réchauffement climatique est une problématique mondiale qui ne peut être abordée uniquement à l’échelle d’un pays. D’autre part, parce qu’une obligation d’incorporation qui se limiterait au carburant vendu en France nuirait à la compétitivité du pavillon français. Des groupes de travail existent déjà, au niveau de la Commission européenne et du comité Environnement de l’OACI, pour partager la vision française.
© DR fin, un appareil de la compagnie ASL. Alors qu’un taux de remplissage de 60 % seulement était attendu la première année, ce sont finalement 96 % des billets qui ont été vendus pour les huit rotations de l’été 2018. Ces résultats se sont encore amplifiés en 2019 avec un taux de remplissage de 98 % sur les douze rotations réalisées entre le 24 juin et le 11 septembre. Tant et si bien qu’il a été décidé, en lien avec le ministère des Outre-Mer, que la liaison estivale sur Paris serait pérennisée pour les trois prochaines années sous réserve du bilan financier de la ligne. Celui-ci a été publié début novembre 2019. Préalablement à l’expérimentation, « la DGAC avait réalisé des aménagements sur l’aéroport, dont elle assure l’exploitation en régie directe, pour recevoir les Boeing 737-700 d’une capacité initialement limitée à 100 passagers », explique Benoît Gosset, chef du Service de l’aviation civile de Saint- Pierre-et-Miquelon. ASL a d’ores et déjà annoncé que grâce à l’installation de noudécouverte La liaison estivale Saint-Pierre-et-Miquelon/Paris est pérennisée Deux ans après sa mise en place, l’expérimentation de vols directs entre Saint- Pierre-et-Miquelon et Paris est un succès. Cette liaison sera donc pérennisée jusqu’à la fin de la délégation de service public en cours, en décembre 2023. - Par Olivier Constant Le 737 d’ASL, l’ATR42 et le F406 de Air Saint-Pierre. Depuis 2018, une expérimentation de vols directs entre Saint-Pierre-et- Miquelon et la métropole pendant la période estivale a été réalisée. Il s’agissait principalement d’assurer une continuité territoriale avec les 6 274 habitants de cet archipel situé à 4 700 km de Paris. UN TAUX DE REMPLISSAGE RECORD En réponse à une pétition lancée par les Saint-Pierrais, une ligne estivale directe Saint-Pierre-et-Miquelon/Paris-CDG a donc été créée sous forme expérimentale à partir du 2 juillet 2018. C’est Air Saint- Pierre, titulaire de la délégation de service public (DSP) relative à la desserte aérienne de l’archipel, qui a été chargée de l’exploitation de la ligne. Ne disposant pas dans sa flotte d’avions lui permettant d’assurer la liaison transatlantique, elle a affrété, à cette CHIFFRES CLÉS DE LA LIGNE (2019) • 12 rotations • 98 % de taux de remplissage • 5 à 6 heures de temps de parcours au lieu de 14 à 16 heures via le Canada veaux équipements à bord de ses appareils, elle devrait être en mesure de transporter quinze passagers supplémentaires par vol à partir de l’été 2020. CATALYSEUR ÉCONOMIQUE Outre le désenclavement, la création de la ligne directe sur la métropole a véritablement servi de catalyseur au développement économique et touristique de Saint-Pierreet-Miquelon. De nouveaux commerces se sont installés et une nouvelle chaîne de vols exploités avec des Boeing 737 de 125 à 180 passagers va être mise en place. Elle accompagnera le développement de l’activité croisiériste au départ de Saint-Pierre à partir de l’année prochaine. Conséquemment, des travaux de réaménagement complet de l’aérogare sont prévus à partir de l’automne 2020. • • #389 • Janvier 2020 33 DÉCOUVERTE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :