Aviation Civile n°388 oct/nov/déc 2019
Aviation Civile n°388 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°388 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Babel

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : l'Union européenne renforce ses règles de sécurité aérienne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
• #388 • Octobre 2019 20 TEMPS FORT témoignages Réactions à la nouvelle réglementation Cinq acteurs du monde de l’aviation civile et du transport aérien commentent la nouvelle réglementation sur la sécurité aérienne entrée en vigueur en septembre 2018. Entre réponse aux besoins exprimés et introduction de nouvelles contraintes, voilà ce qu’ils en retiennent. Crédit photos : DR, Studio Falour, Jean Chiscano Des contraintes supplémentaires" CLAUDE DEORESTIS, REPRÉSENTANT DE LA CHAMBRE SYNDICALE DE L’ASSISTANCE EN ESCALE (CSAE) SUR L’AESA. ous ne sommes pas contre le principe d’une réglementation du domaine de l’assistance en escale. Cependant, ce projet de règlement qui vise à une amélioration de la sécurité non seulement ne se donne aucun objectif chiffré d’amélioration, mais, de plus, rajoute une couche de réglementation supplémentaire et de nouveaux audits induisant des coûts additionnels pour les entreprises. N A Une grande vigilance quant à l’élaboration des règles de mise en œuvre" FRÉDÉRIC FOUCHET, DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL ADJOINT DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DE L’AVIATION MARCHANDE (FNAM). vec l’extension du périmètre de l’AESA, il faudra être très vigilant quant à l’élaboration à venir des nouveaux textes d’application. Pour pouvoir mener un travail de simplification réglementaire tout en restant dans une logique de proportionnalité, l’AESA doit s’appuyer sur l’expérience des professionnels et sur les référentiels déjà existants de l’industrie, notamment dans le domaine de l’assistance en escale. Il faudra donc être attentif à la représentativité des groupes d’experts chargés de travailler sur ces règles de mise en œuvre. Cela implique également que les opérateurs et l’autorité nationale continuent de s’impliquer ensemble afin de promouvoir l’expertise française en matière de sécurité aérienne.
Ce règlement clarifie le champ des responsabilités de l’exploitant" NICOLAS PAULISSEN, DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL DE L’UNION DES AÉROPORTS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES ASSOCIÉS (UAF & FA). râce à la concertation engagée en amont par la Commission et aux discussions préalables avec la DGAC, les aéroports ont pu exprimer, cette fois-ci, leur point de vue sur ce nouveau règlement européen. Nous nous félicitons par ailleurs de plusieurs avancées positives, à commencer par la clarification des textes et les précisions apportées sur la délimitation de la responsabilité de l’exploitant d’aérodrome. Parmi les principaux points de satisfaction, j’ajouterais enfin le régime de certification simplifié que ce règlement introduit pour les services d’assistance en escale et les organismes de gestion d’aires de trafic. G A Un règlement qui va dans la bonne direction" JEAN-LUC CHARRON, PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE AÉRONAUTIQUE (FFA) ET DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL DU CONSEIL NATIONAL DES FÉDÉRATIONS AÉRONAUTIQUES ET SPORTIVES (CNFAS). vec ce nouveau règlement de base, et malgré quelques bémols pour nos amis de l’aérostation, nous sommes vraiment repartis dans une bonne direction par rapport aux excès du règlement de 2008. Il nous offre en effet des opportunités car il fait davantage de place au principe de proportionnalité et permet de régler certains points au niveau national. En outre, on passe d’un univers de stricte conformité à une logique de responsabilisation des acteurs chargés d’assurer la sécurité. N Une réglementation adaptée aux réalités du marché du drone civil" FRANCIS DURUFLÉ, RESPONSABLE DÉVELOPPEMENT AU SEIN DE LA FÉDÉRATION PROFESSIONNELLE DU DRONE CIVIL. ous étions très demandeurs d’une telle réglementation afin de gommer toutes ces différences réglementaires qui entravaient l’essor de la filière du drone civil en Europe. Nombre de modifications apportées par ce nouveau règlement répondent à un certain pragmatisme. Dans son ensemble, ce cadre réglementaire européen s’adapte bien à la réalité du marché et des opérations que l’on trouve en Europe, tout en permettant aux États membres de maintenir certaines configurations particulières. • #388 • Octobre 2019 21 TEMPS FORT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :