Aviation Civile n°374 oct/nov/déc 2015
Aviation Civile n°374 oct/nov/déc 2015
  • Prix facial : 3,05 €

  • Parution : n°374 de oct/nov/déc 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Babel

  • Format : (200 x 267) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : les compagnies aérienne française face à la mondialisation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 PERFORMANCE > Pour en savoir plus sur la nouvelle doctrine de sûreté de la DGAC. La sûreté est l’affaire de tous ! La sûreté est une valeur aussi importante que la sécurité, selon la doctrine relative à la sûreté de l’aviation civile établie par la DGAC. De même, la coopération avec les services de renseignement doit être accrue et une nouvelle approche, basée sur le risque, mise en œuvre afin de faciliter le développement du transport aérien. Issue d’une réflexion initiée en 2012, la doctrine de sûreté de la DGAC a été rendue publique. Fruit d’une longue gestation, elle vise plusieurs objectifs. « Le 11-Septembre, de même que les tentatives qui ont suivi, ont prouvé que le transport aérien reste une cible de choix pour des organisations terroristes, rappelle Éric Plaisant, sous-directeur de la Sûreté et de la défense à la Direction du transport aérien. La sûreté doit donc devenir une valeur aéronautique, au même titre et de la même importance que la sécurité pour tous les acteurs du transport aérien. » L’approche de la sûreté doit aussi évoluer. L’efficacité des règlements européens a pour contrepartie des coûts élevés pour les compagnies aériennes et les passagers, coûts partiellement pris en charge par la taxe aéroportuaire qui s’est élevée à 800 millions d’euros en 2014. Et c’est sans compter avec le coût des mesures de sûreté mises en œuvre directement par les compagnies aériennes elles-mêmes, les entreprises de fret ou de catering, les services postaux, ou encore celui engendré par le travail des services de l’État (aviation civile, gendarmerie, police, douanes, etc.). Combiner renseignement et analyse du risque Comment améliorer la situation ? La nouvelle doctrine de la DGAC propose une approche basée sur une défense en profondeur couplée à une adaptation des mesures au risque réel. Pour ce faire, la DGAC travaille en liaison étroite avec le secrétariat général de la sécurité et de la défense nationale et avec la communauté du renseignement. Cette collaboration active Aviation Civile magazine n°374 Octobre 2015 a été renforcée en juillet 2014 avec la création en son sein d’un nouveau pôle dédié à l’analyse du risque. Cette combinaison d’expertises maximise l’efficacité, estime Éric Plaisant  : « Nous croisons l’analyse de la menace, produite par les services de renseignements, avec notre propre analyse du risque, basée sur notre connaissance approfondie du secteur aérien. » De cette collaboration est née une matrice d’analyse déjà en phase de test dans des aéroports étrangers menacés par le terrorisme. « Nous sommes désormais plus matures sur la question, souligne Éric Plaisant. Il faut sortir du schéma « taille unique » (« One size fits all ») et adapter les mesures aux risques encourus. » Cette nouvelle doctrine ne risque-t-elle pas de représenter un nouvel obstacle au développement du trafic et de réduire les libertés des passagers ? Ces questions sont bien prises en compte, assure Éric Plaisant  : « Il y a un équilibre à trouver en conciliant le meilleur niveau de sûreté avec un coût acceptable et le respect absolu des droits et des libertés des passagers. C’est une recherche d’équilibre Crédit photo  : F. Stucin agent de sûreté aéroportuaire à Paris-Charles-de- Gaulle. permanente dont le centre de gravité évolue au gré des configurations. La diffusion récente d’un document portant la doctrine de sûreté de la DGAC, en sa qualité d’autorité compétente pour la sûreté de l’aviation civile, va nous permettre d’avancer dans cette voie. Ce document montre que la DGAC prend en compte les préoccupations de toutes les parties prenantes et identifie clairement nos orientations futures. » Par Gilmar Martins Une doctrine française largement diffusée Dès 2012, lors de la conférence annuelle de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), son secrétaire général souligne l’importance de la sûreté et l’intérêt d’une approche basée sur le risque. Ce discours a ipso facto renforcé l’écho grandissant que rencontrent les interventions des représentants français présents dans diverses instances  : panel AVSEC (Aviation Security) de cette organisation, forums de la Conférence européenne de l’aviation civile (CEAC), symposiums spécifiques, comme celui que l’OACI a consacré à l’innovation en novembre 2014, ou congrès des voyagistes. Une démarche globale qui s’étend aussi à l’Union européenne, remarque Éric Plaisant  : « Nous défendons en permanence l’idée qu’il faut réfléchir globalement et ne plus ajouter de nouveaux règlements à ceux existants, ce qui ne fait qu’alourdir le système et générer de nouveaux coûts. »
Crédit photo  : J. Chiscano Nomination Marc Borel nommé directeur du transport aérien des ministères à la dgac Ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, Marc Borel a été nommé en Conseil des ministres, le 5 juin dernier, directeur général adjoint de l’Aviation civile, directeur du transport aérien et commissaire délégué aux transports aériens. Il succède à Paul Schwach, qui a pris sa retraite. Après un parcours professionnel en administration centrale dans divers ministères et en cabinets ministériels, notamment au cabinet du premier ministre Lionel Jospin de 1997 à 2002, Marc Borel a été directeur général délégué du groupe d’ingénierie et de concessions Egis de 2003 à 2010. Il est ensuite nommé chargé de mission auprès du directeur du transport aérien, en charge de la conduite et de l’animation de réflexions sur les enjeux économiques et financiers des politiques publiques du transport aérien. Depuis 2014, il était directeur adjoint du cabinet du secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, Frédéric Cuvillier, auquel a succédé Alain Vidalies. Il avait en outre la responsabilité des secteurs du transport aérien et de la construction aéronautique au sein de ce cabinet. Par Béatrice Courtois À



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :