Aviation Civile n°374 oct/nov/déc 2015
Aviation Civile n°374 oct/nov/déc 2015
  • Prix facial : 3,05 €

  • Parution : n°374 de oct/nov/déc 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Babel

  • Format : (200 x 267) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : les compagnies aérienne française face à la mondialisation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 décryptage Drones civils Soutien à une filière prometteuse Le 4 juin dernier s’est tenue la première réunion plénière du Conseil pour les drones civils. Présidé par Patrick Gandil, directeur général de l’Aviation civile, le Conseil se donne pour objectif de soutenir le dynamisme et de favoriser le développement d’un secteur d’activité dans lequel la France occupe déjà une position de leader. ENTREPRISES 1921 ENTREPRISES OPÉRATEURS agrées depuis 2012 BO ENTREPRISES CONSTRUCTEURS ADMINISTRATIONS CONCERNÉES (DGAC, DIRECTION GÉNÉRALE DE L’ENTREPRISE) FÉDÉRATION PROFESSIONNELLE DES DRONES CIVILS COOPÉRATIVES AGRICOLES 3a00 EMPLOIS DIRECTS Aviation Civile magazine n°374 Octobre 2015 Réglementation et usages L’application par la France d’une réglementation équilibrée est à l’origine du dynamisme de ce secteur ; il convient de définir collectivement les évolutions nécessaires au développement raisonné de l’usage des drones. CONSEIL pour les drones civils PLRN D'RETION g> 1o000 À15000 100 CHIFFRE D’AFFAIRES  : M € GROUPEMENT DES INDUSTRIES FRANÇAISES DE L’AÉRONAUTIQUE ET DU SPATIAL MONDE ACADÉMIQUE GROUPES AÉRONAUTIQUES GRANDS GESTIONNAIRES DE RÉSEAUX Technologie et sécurité Il s’agit d’identifier les technologies les plus prometteuses et de coordonner les efforts de recherche pour les développer. Soutien et promotion de la filière La France possède un tissu de petites structures à l’origine du dynamisme de ce secteur. Les soutenir, les promouvoir, leur favoriser l’accès au financement s’impose. EMPLOIS À L’HORIZON 2020
> Retrouvez en ligne la version numérique partageable de l’infographie. UTILI5FITEUR5 AUJOURD’HUI À MOYEN TERME + DE LOISIRS & MÉDIAS SERVICES & INDUSTRIES DE L’ACTIVITÉ USAGES Illustration  : José Lozano Deux questions à Chems Chkioua, ex-chef du bureau de la politique de soutien à la recherche et au développement, Direction du transport aérien de la DGAC Fédérer, construire, promouvoir La création du Conseil pour les drones civils marque l’aboutissement d’une réflexion qui a débuté voici environ un an. Des projets de recherche sur des technologies innovantes devraient voir le jour au début de l’année prochaine. Quelles sont les raisons qui ont présidé à la création du Conseil pour les drones civils ? Chems Chkioua  : En France, le développement rapide de cette filière est le fruit de la conjonction d’une réglementation équilibrée, d’un tissu de PME particulièrement innovantes ainsi que d’une longue tradition aéronautique et d’utilisateurs visionnaires dans l’agriculture et la gestion des réseaux. La France compte aujourd’hui plus d’un millier d’acteurs dans le domaine des drones civils. Les enjeux associés à cette activité représentent d’ores et déjà plusieurs centaines de millions d’euros par an. Pour aller plus loin, il devenait indispensable de coordonner les efforts des différents acteurs, fabricants, opérateurs, utilisateurs, clients des services, en faveur de la filière. Tel est le rôle du Conseil pour les drones civils  : fédérer, afin d’identifier les points sur lesquels on peut construire collectivement. Quels sont les missions et les objectifs à court et moyen termes du nouveau Conseil ? C.C.  : L’installation du Conseil pour les drones civils marque l’aboutissement d’une réflexion conduite depuis la fin de l’été 2014. Crédit photo  : AESA « D’ici début 2016, nous pensons pouvoir définir et préciser des projets de recherche sur des technologies innovantes. » Le fait de réunir l’ensemble des acteurs a facilité les réflexions engagées par la DGAC pour définir et mettre en œuvre les évolutions récentes de la réglementation. À court terme, c’est donc déjà un succès. D’ici début 2016, nous pensons pouvoir définir et préciser des projets de recherche sur des technologies innovantes, par exemple dans le domaine des capteurs, des liaisons de données ou des technologies du « voir et éviter » et, plus généralement, de toutes celles qui concourent à l’amélioration des performances (distance franchissable, autonomie, etc.). Dans le secteur des drones, tout ou presque tout est encore à écrire ! PROPOS RECueillis PAR Germain Chambost Aviation Civile magazine n°374 Octobre 2015 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :