Athena n°345 jan/fév 2020
Athena n°345 jan/fév 2020

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
JEAN-CLAUDE QUINTART ACTUALITÉS ACTUS TEXTE  : JEAN-CLAUDE QUINTART JC.QUINTART@SKYNET.BE PHOTOS  : UCLOUVAIN (P.5), VENYO (P.5) Solvay, la croissance programmée Forcer l’avenir par l’innovation, c’est la formule de Solvay qui angoisse ses concurrents. Et la machine à inventer du chimiste belge n’est pas prête de s’arrêter grâce à sa nouvelle stratégie baptisée G.R.O.W (Grow, Resilient, Optimize, Win). À son habitude, Solvay n’a pas hésité à trancher dans le vif en ramenant ses activités à 3 segments. La croissance (Grow) passera par Materials (matériaux polymères et composites), un secteur aux marges élevées, dans lequel Solvay excelle. Priorité sera donnée aux investissements, à l’innovation et aux synergies entre Speciality Polymers et Composite Polymers via la plateforme du Groupe orientée sur les thermo plastiques. Leader mondial en Soda Ash, Peroxides et Silica, Coatis et Rusvinyl, Solvay misera sur son segment Chemicals (Resilient) pour assurer un cash-flow solide. Fédérant les activités de Novecare, Technology Solutions, Aroma et Special Chem, le segment Solutions (Optimize) sera peaufiné pour permettre à Solvay de tirer le meilleur profit de ses positions de leader et générer de la valeur et des rendements supérieurs. Enfin, Solvay One (Win) sera le nouveau modèle opérationnel grâce auquel le Groupe entend révéler son potentiel par la priorisation de ses ressources financières, une approche en adéquation avec les besoins du marché et une gestion rigoureuse des coûts et cash-flow. Notons que dans ses fardes, le chimiste a encore la construction, en Belgique, d’un nouveau siège social qui devrait accueillir un écoystème de startups et plusieurs activités de recherche dans les matériaux avancés et les batteries. Par ailleurs et dans la foulée de l’achat par la Belgique du F-35, Solvay a signé un accord de coopération avec Lockheed Martin devant favoriser la recherche et l’innovation nationale dans les Athena Mag 345 4 composites avancés pour l’aviation et l’espace. Associant industriels et universitaires, les projets, qui dureront de 12 à 24 mois, porteront sur le développement de matériaux composites nouvelle génération, les techniques de réparations et le collage du métal avec les composites. Solvay mettra à la disposition des équipes de recherche son Customer Engagement Center, lui-même connecté au Product Development Center d’Alpharetta (Géorgie) et dédié à la R&D en polymères hautes performances et composites thermoplastiques. Via ce centre, Solvay entend faire de son campus de Bruxelles un pôle d’innovation en solutions de haute technologie et durables en chimie et matériaux avancés. Bien impliqué dans l’aérospatial, Solvay est déjà à l’origine d’une technique de fusion moléculaire des composites, baptisée FusePly, qui devrait révolutionner le collage dans l’aéronautique en rendant les surfaces des pièces composites chimiquement actives. Durcies dans l’autoclave en même temps que le composite, la surface est alors prête à créer une liaison chimique avec l’adhésif utilisé pour la lier à une autre partie. En clair, au lieu de coller simplement les pièces ensemble, les pièces fusionnent les unes avec les autres ! p Janvier-Février 2020 e www.solvay.com
e Une connectivité signée UCLouvain Avec un smartphone, disposer d’une connectivité sans faille est essentiel, notamment et surtout lorsqu’on bascule du WiFi à la 4G. Une opération pas évidente et qui pourtant, passe totalement inaperçue grâce à Multipath TCP (Multipath Transmission Control Protocol), une techno logie ouverte développée par l’UCLouvain et aujourd’hui utilisée par 1 personne sur 8 dans le monde. Une évolution bien utile. En effet, si hier, un seul chemin suffisait pour faire circuler, via un câble, les données entre machine et serveur, l’arrivée du smartphone a chamboulé la donne. Désormais, 2 chemins se côtoient : le WiFi et le réseau mobile. Un environnement interconnecté sur lequel s’est interrogé Olivier Bonaventure, professeur au pôle en ingénierie informatique de l’UCLouvain, en vue de pouvoir combiner réseaux fixes et sans fil pour assurer un débit élevé et une bonne expérience utilisateur. Ainsi est né Multipath TCP, nouveau protocole Internet spécialement concocté pour assurer un trafic Internet en croissance exponentielle via un logiciel open source. JEAN-CLAUDE QUINTART ACTUALITÉS Sur le terrain, tous les iPhones - soit près de 800 millions - utilisent la technologie Multipath TCP de l’UCLouvain pour basculer efficacement du WiFi vers la 4G et inversement. Les smartphones de Samsung, LG et Huawei font également appel à cette technologie pour gérer la combinaison WiFi/4G et proposer une connectivité inédite à des millions d’utilisateurs. Parmi les applications concrètes, on peut encore citer Tessares, spin-off de l’UCLouvain qui, avec Multipath TCP, améliore la connexion Internet dans les zones rurales. Les responsables d’expliquer ici que plus le câble Internet est long, plus les performances de la connexion diminuent. L’idée est donc de booster ici le réseau câblé via la 4G, moins sollicitée en soirée, et offrir de la sorte un Internet ultrarapide, stable et sécurisé. Récupérer un réseau existant pour l’optimiser au lieu de le remplacer est une solution astucieuse et win-win pour les abonnés et les opérateurs télécoms. Actuellement, elle a séduit Proximus et KPN, principal pourvoyeur Internet aux Pays-Bas. Pour son apport à la connectivité, le team de l’UCLouvain a reçu de l’Association for Computing Machinery, le Networking System Award, l’un des plus prestigieux dans le domaine informatique. « L’UCLouvain a été récompensée pour avoir transformé les fruits d’une recherche en une solution technologique fonctionnant réellement sur Internet et pour le grand public. En fait, nous avons véritablement sorti notre solution du labo pour la faire fonctionner à grande échelle et en open source, ce qui assure que Multipath TCP continuera à être amélioré pour relever les défis de l’hyperconnectivité dans les années à venir », note Olivier Bonaventure. https://www.uclouvain.be Succès à l’exportation Venyo est particulièrement fier d’annoncer qu’il a placé un simulateur de vol à base fixe reproduisant les caractéristiques du Boeing B737 NG chez Ayjet, basée à Istanbul. Cet outil permettra à l’entreprise turque de répondre à l’envolée de la demande en matière de formation de pilotes et notamment au programme d’entrainement MPL lancé conjointement avec plusieurs https://www.venyo.aero P http://www.ayjet.aero transporteurs aériens turcs. Cette nouvelle commande confirme le bien-fondé de ce système de simulateur à base fixe, solution nettement moins coûteuse lorsque les tâches de formation ne requièrent pas la mobilité d’un simulateur de vol complet. « Nous sommes impatients de réceptionner ce simulateur à la pointe de l’Art, avec lequel nous pourrons améliorer nos programmes de formation de pilotes dans le respect de notre niveau d’excellence », note Celal Cingöz, Managing Director d’Ayjet. Selon le calendrier, ce Athena Mag 345 5 Janvier-Février 2020 a simulateur de vol devrait être opérationnel dans le courant du premier trimestre 2020. Déjà connu du monde aérospatial wallon, Ayjet a actuellement 18 avions d’entrainement Sonaca 200 Trainer Pro en commande.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :