Athena n°345 jan/fév 2020
Athena n°345 jan/fév 2020

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
0 PHILIPPE LAMBERT SANTÉ » commun par des chercheurs de l’ULB et de l’University College London. Comme les travaux de Milgram, elle avait trait aux exécutants. Ici encore, il fallait infliger des chocs électriques (bien réels, cette fois, mais d’intensité constante et peu douloureux) ou des pénalités financières à d’autres personnes. Les participants récoltaient alors de petits bénéfices pécuniaires (0,05  € ). Dans une première modalité de l’étude, ils avaient le libre choix de pousser sur un bouton pour administrer une pénalité (physique ou financière), et donc recevoir un peu d’argent, ou sur un autre bouton pour signifier qu’ils s’abstenaient de le faire. La pénalité fut infligée dans un peu plus de la moitié des cas. Dans une seconde modalité, l’expérimentateur leur intimait l’ordre d’agir dans un sens ou dans l’autre. Aucun des 80 participants ne désobéit alors aux ordres. Cette absence totale de rébellion peut sans doute s’expliquer par le caractère assez insignifiant des peines infligées, tant dans l’absolu que par rapport à celles (fictives) en vigueur dans l’expérience de Milgram. Mais l’étude avait d’autres buts que d’analyser cette situation. « À chaque fois que le participant appuyait sur une touche, un son était émis au terme d’un intervalle aléatoire de 200, 500 ou 800 millisecondes après l’appui, indique Émilie Caspar. Dans les essais impliquant une pénalité financière ou un choc électrique, ce son était produit au même moment que l’application de la peine infligée. La tâche des participants était d’estimer, en millisecondes, l’intervalle de temps qui séparait leur action et le son. » Par référence aux travaux publiés en 2002 par Patrick Haggard, cette estimation était utilisée comme un marqueur implicite du sentiment d’agentivité. Résultats ? Dans la condition où les sujets étaient libres de choisir quelle action effectuer, ils avaient l’impression que le délai entre l’acte posé et le son émis peu après était beaucoup plus court que dans la condition où un ordre leur était donné. Aussi, dans ce dernier cas, se jugeaient-ils moins responsables des conséquences de leurs actes. « L’effet observé l’était que la pénalité soit infligée ou non, insiste le professeur Axel Cleeremans. Dès lors, même quand vous recevez l’ordre de réaliser une action moralement souhaitable, votre sentiment d’agentivité est édulcoré. » Au cours d’une seconde expérience, qui mimait la première, les chercheurs procédèrent à des enregistrements par électro-encéphalographie – mesure de l’amplitude de l’onde cérébrale N100 lors de l’audition du son consécutif à l’appui sur un des 2 boutons. Il apparut que quand les sujets exécutaient un ordre, l’amplitude de l’onde Athena Mag 345 36 N100 était plus faible, traduisant ainsi, au niveau neural, une atténuation de leur réponse envers les conséquences de leur action. Les travaux des chercheurs britanniques et belges soutiennent donc l’idée que les individus qui obéissent aux ordres pourraient se sentir moins responsables de leurs actes et partant, que la phrase « Je n’ai fait qu’obéir aux ordres », rendue célèbre par le procès de Nuremberg, ne serait pas qu’une formule de rhétorique destinée à éviter ou adoucir une sanction. Cependant, comme le souligne le professeur Haggard, « la société doit gérer les éléments objectifs en lien avec ce que font les individus ». C’est ici que le concept d’agentivité trouve sa pleine mesure. Les donneurs d’ordres Pour répondre à la question consistant à déterminer si, dans un contexte hiérarchique, le sentiment de responsabilité, écarté par la plupart des exécutants, est assumé par les donneurs d’ordres ou s’il se dilue totalement, les chercheurs de l’ULB et de l’University College London entreprirent 2 nouvelles expériences dont les résultats ont été publiés dans Plos One le 26 septembre 2018. Pour ces recherches, ils reprirent le paradigme développé pour leurs travaux de 2016, mais en circonscrivant les punitions aux seules décharges électriques. Cette fois cependant, le donneur d’ordres n’était pas l’expérimentateur, mais un participant, baptisé le « commandant ». Chaque essai regroupait donc 3 volontaires qui, en outre, étaient appelés à occuper, au fil des essais, chacune des fonctions requises par l’étude : commandant, agent, victime. Le commandant pouvait donner l’ordre à l’agent d’administrer un choc électrique à la victime ou au contraire, de ne pas le faire. En cas de délivrance d’une décharge électrique, tant le commandant que l’agent recevaient 5 centimes. Dans une première modalité expérimentale réunissant 36 participants - des étudiants universitaires -, le commandant donnait ses ordres verbalement à l’agent. Aussi bien à travers des questionnaires explicites qu’à travers des mesures implicites du sentiment d’agentivité via la chronométrie mentale, les chercheurs observèrent chez la plupart des donneurs d’ordres, tout comme chez la plupart des agents, une réduction du sentiment d’agentivité par rapport à une situation contrôle. « Toutefois, le commandant évaluait l’intervalle de temps entre le moment où l’agent appuyait sur la touche et le son qui en résultait. Dès lors, d’un point de vue théorique, on pourrait défendre l’idée que la chronométrie mentale ne rendait pas compte du sentiment d’agentivité du commandant lui-même », commente Émilie Caspar. Janvier-Février 2020
D’où la seconde modalité expérimentale (33 participants) au cours de laquelle le commandant donnait ses ordres en appuyant sur un bouton et devait ensuite estimer l’intervalle de temps entre sa propre action et le son qui découlait de celle de l’agent lorsque ce dernier obtempérait. À nouveau se révéla, chez la majorité des donneurs d’ordre, une perte d’agentivité par rapport à la situation contrôle où l’injonction d’administrer un choc électrique ou de s’en abstenir n’était pas respectée. Cette réduction d’agentivité était aussi importante que quand le commandant endossait lui-même le rôle d’agent et obéissait à des ordres. Bref, d’après les résultats expérimentaux, il apparaît que le sens de l’agentivité s’évapore dans les situations hiérarchiques, que personne - donneur d’ordres ou exécutant - ne se juge responsable des conséquences de ce qui a été ordonné et exécuté, même si, vraisemblablement pour des raisons de désirabilité sociale, les donneurs d’ordres déclarent le contraire. L’étude publiée récemment dans Plos One dévoile par ailleurs un autre élément interpellant. « Nous avons observé que plus les participants avaient des scores élevés sur l’échelle autorapportée de psychopathie de Levenson, instrument de mesure des traits de personnalité psychopathiques, tels l’impulsivité ou le manque d’empathie, plus leur sentiment d’agentivité était réduit lorsqu’ils donnaient des ordres », rapporte Émilie Caspar. Et Axel Cleeremans de préciser : « Cette conclusion va dans le sens de plusieurs études montrant que les grands dirigeants présentent en général des traits psychopathiques plus marqués que la moyenne des individus dans la population générale. » Étudier la désobéissance Un autre résultat de l’étude n’est pas passé inaperçu : même dans la condition où les agents pouvaient désobéir aux ordres du commandant (dans une autre condition, l’expérimentateur leur avait demandé de s’y plier systématiquement), ils ne le faisaient que dans 32% des cas. « Mais surtout, de façon plus inquiétante, ce taux de désobéissance n’était pas différent entre une désobéissance de type prosocial (ne pas administrer de choc électrique à la victime alors que le commandant l’a ordonné) et une désobéissance de type antisocial (administrer un choc électrique à la victime alors que le commandant a ordonné de ne pas le faire) », insiste Émilie Caspar. Contrairement aux travaux publiés en 2016 dans Current Biology, les récents travaux des chercheurs de l’ULB et de l’University College London ne comportaient qu’un versant comportemental et n’incluaient donc pas de versant électrophysiologique. Ils soulèvent plusieurs questions. Tout d’abord, les auteurs considèrent qu’il convient de vérifier que la réduction du sentiment d’agentivité constatée chez les donneurs d’ordre de leur expérience n’était pas liée au fait que ceux-ci, des étudiants, n’avaient aucune expérience du commandement. Aussi l’expérience sera-t-elle reproduite prochainement avec des officiers de l’armée. Peut-être le sentiment d’agentivité sera-t-il plus affirmé chez ces personnes qui ont été formées pour commander. « Notre objectif est d’entreprendre une étude longitudinale en suivant des individus depuis l’école militaire jusqu’au moment où ils accèdent au grade de lieutenant », dit Émilie Caspar. On peut également se demander dans quelle mesure le caractère assez inoffensif des chocs électriques dispensés aux victimes ne réduit pas en soi le sentiment d’agentivité des donneurs d’ordre et des exécutants. En revanche, on peut s’étonner qu’une majorité d’individus consentent à faire administrer ou à administrer des décharges électriques à autrui pour gagner une somme aussi modique que 5 centimes. « Nous aimerions développer un paradigme expérimental qui nous permette d’étudier systématiquement la désobéissance et d’essayer de cerner, notamment par IRM fonctionnelle, les caractéristiques des personnes qui, contrairement à la majorité des autres, refusent de se soumettre aux ordres, commente la psychologue. Ce paradigme n’est pas aisé à élaborer car, pour des raisons éthiques, des travaux similaires à ceux menés par Stanley Milgram, par exemple, ne sont plus concevables. » Heureusement, des individus prêts à désobéir lorsque leurs valeurs morales sont en danger, il en existe encore ! Athena Mag 345 37 « Le fusillé souriant » est l’une des photos les plus célèbres de la Seconde Guerre mondiale. Mais de ces soldats allemands répondant à l’ordre de pratiquer une exécution ou de celui qui le délivre, quelqu’un se sent-il moralement responsable ? Sans doute personne... to Janvier-Février 2020 PHILIPPE LAMBERT SANTÉ 0



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :