Athena n°345 jan/fév 2020
Athena n°345 jan/fév 2020

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
EASI-IE INTERNET Applis « made in Belgium » TEXTE  : JULIE FIARD JFI@EASI-IE.COM HTTP://WWW.EASI-IE.COM HTTP://WWW.TWITTER.COM/EASI_IE HTTPS://WWW.FACEBOOK.COM/EASI.EXPERTSDUWEB ILLUSTRATIONS  : OLIVIER SAIVE Athena Mag 345 30 Il en existe des millions. Pour tout, ou presque : communiquer, payer, s'informer, jouer, apprendre, faire du sport... Bien entendu, il y a les plus connues, développées aux États-Unis ou en Chine comme Facebook, Instagram, Twitter, Whatsapp, Messenger, YouTube, Snapchat, Skype, TikTok ou UC Browser (Alibaba). Ce sont même les 10 applications les plus téléchargées de la décennie. Sans doute la plupart de celles-ci figurent-elles sur l'écran de votre téléphone ou laptop. Mais en Europe et en Belgique plus particulièrement, on ne se contente pas de subir la loi des gros poissons, on développe aussi ! Voici quelques productions « made in Belgium » qui gagnent à être connues et téléchargées. Janvier-Février 2020
ABLO Créée par le groupe MassiveMedia à Gand, elle a été téléchargée 5 millions de fois dans 180 pays à travers le monde. Elle a d'ailleurs été élue meilleure appli de l’année selon le classement Google 2019 ! Ablo est une application de rencontres amicales internationales qui permet de communiquer avec des internautes n'importe où dans le monde. Ce qui fait sa popularité ? La barrière de la langue n’existe pas car elle traduit les conversations texte mais également les conversations vidéo instantanément sous forme de sous-titres. DIE WITH ME Sur le même concept de chat que l’application précédente, Die with me ne peut s’utiliser que quand la batterie de son smartphone est vraiment faible, soit pas au-dessus de 5%. À ce moment seulement, un service de messagerie instantanée est alors disponible et met en contact des personnes dans le monde entier (disposant de l’application) qui sont dans le même cas ! Tout se passe en messages texte, pas d’image, ni de vidéo beaucoup trop énergivores. Dries Depoorter, le créateur gantois de l’application, explique qu’il a développé cette application « juste pour rire » et pour proposer quelque chose de positif avec une batterie faible. Androïd : https://apps.apple.com/app/die-with-me/id1317265106 Apple : https://play.google.com/store/apps/details ? id=die.diewithme Après vous avoir demandé votre adresseemail et un mot de passe, l'application vous pose quelques questions classiques comme votre date de naissance, votre lieu d’habitation, votre sexe, si vous souhaitez ajouter une photo de profil (sans obligation aucune) et connaître, dans vos contacts, ceux susceptibles de déjà utiliser l'application (vous pouvez passer cette étape). La particularité est que le choix de la personne que vous allez rencontrer est complètement aléatoire (au début de son utilisation). Vous avez toujours la possibilité d'accepter ou non la proposition de rentrer en contact avec la personne qui vous est proposée. En fonction des étapes franchies dans l'application (première discussion, première vidéo, etc.), vous recevez des miles permettant de débloquer des accès. Par exemple, au palier de 300 miles, vous pourrez sélectionner le pays de votre correspondant. P p Androïd : https://play.google.com/store/apps/details ? id=live. ablo&hl=fr Apple : https://apps.apple.com/be/app/ablo-des-amis-dumonde-entier/id1437793326 ? l=fr p p 0 CYBER HELP Il s'agit d'une application propulsée par Child Focus, développée par l'Université et la ville de Mons qui permet aux jeunes d’activer un dispositif et une prise en charge en cas de cyber-harcèlement. Elle s'accompagne d’un programme de formation permettant la mise en place du dispositif mis au point par le CREAS (Centre de Ressource Éducative pour l'Action Sociale) et la Police fédérale. Concrètement, l'élève peut, à chaque instant, cliquer sur une icône permettant de prendre une capture d'écran de la cyber-agression. Cette capture est alors envoyée au membre de l'équipe éducative de l’école formée à recevoir les demandes de prises en charge de cyber-harcèlement via l’application. L’équipe éducative prend alors le relais en contactant la victime. En parallèle, l'émetteur du message est également prévenu, ce qui peut déjà le décourager. Androïd : https://play.google.com/store/apps/details ? id=be. Sparkle.CyberHelp&hl=ln Apple : https://apps.apple.com/be/app/cyberhelp/id1299745846 ? l=fr Athena Mag 345 31 https://www.facebook.com/cyberhelpmons/Janvier-Février 2020 EASI-IE INTERNET 0 »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :