Athena n°345 jan/fév 2020
Athena n°345 jan/fév 2020

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
ce P VIRGINIE CHANTRY TECHNOLOGIE » Pour tester la rapidité de la 5G par rapport à celle de la 4G et de la 3G, le journal L’Écho a mis en place une simulation de téléchargement pour plusieurs contenus digitaux (musique, série, jeu vidéo, film) en se basant sur quelques hypothèses de travail. Pour faire le test, rendez-vous sur https://multimedia.lecho.be/testez-la-puissancede-la-5g/connectés utilisant la bande passante d’une antenne en même temps. Le débit réel moyen de la 4G est d’une trentaine de mégaoctets de données par seconde ou 30 Mbps. Pour la 5G, les vitesses mesurées en conditions réelles s’élèvent à 700 Mbps au minimum et vont jusqu’à plusieurs gigaoctets par seconde (Gbps). La moyenne devrait se situer autour de 1 Gbps. Concrètement, une vidéo d’1 Go ne prendrait plus que quelques secondes au maximum à télé charger, contre actuellement plusieurs minutes avec la 4G. La 5G aura également pour effet de réduire le temps de latence, c’est-à-dire le temps d’attente entre l’envoi d’une commande via le réseau et son exécution. En pratique, cela apportera plus de réactivité, quel que soit l’opération demandée : on parle d’une milliseconde de temps de latence avec la 5G contre 20 à 40 avec la 4G. Enfin, la capacité du réseau 5G pourra supporter plus de trafic simultané, ce qui limitera les coupures ou ralentissements en cas d’utilisation intense par un grand nombre de connectés dans un certain rayon (par exemple en festival). 5G et objets connectés Nous nous dirigeons vers une société dans laquelle de plus en plus d’objets sont connectés. Il est vrai que tous ne sont pas concernés par le réseau mobile : votre thermostat intelligent peut se contenter du Wifi. Mais certains le sont, comme par exemple les véhicules autonomes. Les données nécessaires à leur bon fonctionnement, qu’il s’agisse du calcul d’itinéraire, du trafic ou encore de la météo, doivent leur parvenir en temps réel via le réseau mobile. Au programme avec la 5G : plus de réactivité et de capacité d’antici pation. Elle devrait aussi permettre de faire un bon de géant dans le dévelop pement de l’intelligence artificielle, de l’e-santé, de la réalité augmentée ou virtuelle, des villes intelligentes et de la numéri sation des industries. En somme, rien de moins que ce que certains nomment déjà « l’industrie 4.0 ». De manière générale c’est tout l’IoT (Internet of Things) et le M2M (Machine to Machine) que la 5G va probablement impacter. L’IoT regroupe les objets dotés de capteurs de mesure récoltant des informations et connectés via l’Internet à divers équipements tels que smartphones, tablettes, ordinateurs servant à traiter et utiliser ces données. Le M2M est un sousgroupe de l’IoT dans lequel des objets intelligents peuvent communiquer entre eux et inter agir sans intervention humaine. Et en Belgique ? Si le Royaume-Uni est déjà partiellement couvert par la 5G et la Suisse plus que servie, il n’en est pas de même dans notre contrée. Les premiers Athena Mag 345 14 tests en plein air ont été effectués par Proximus dans un parc technologique à Hasrode, en collaboration avec Huawei, et par l’entreprise suédoise Ericsson sur le campus tech de Hasselt dans le Limbourg. Depuis, Proximus et Orange Belgium se sont associés dans le déploiement du nouveau standard mobile, avec pour objectif d’accélérer le processus, de réaliser des économies d’échelle, au niveau par exemple de l’installation des antennes relais et de leur maintenance, et de diminuer l’impact environnemental. La première ville belge couverte par la 5G devait être Bruxelles. Mais ce ne sera probablement pas le cas. Les normes environnementales bruxelloises d’exposition aux rayonnements des antennes émettrices imposent un maximum de 6 V/m (ou volts par mètre, unité de l’intensité d’un champ électrique), toutes antennes confondues, ce qui est trop peu pour permettre le déploiement de la 5G. Suite à un accord entre la ville de Bruxelles et les 3 opérateurs belges conclu l’été dernier, ce plafond était sensé être revu à la hausse, 14,5 V/m en extérieur et 9 V/m à l’intérieur des bâtiments. Cependant, Céline Fremault, Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale chargée du Logement, de la Qualité de Vie, de l’Environnement et de l’Énergie a annoncé en novembre que Bruxelles ne serait pas une ville cobaye et que les normes de radioprotection devaient être respectées, 5G ou pas. Affaire à suivre. À noter que ce plafond est de 20,6 V/m en Flandre, toutes antennes confondues, et de 3 V/m par antenne en Wallonie. Ces normes ne sont pas le seul frein au déploiement de la 5G. L’octroi des licences d’utilisation des bandes de fréquences aux opérateurs de téléphonie constitue également, en tout cas à l’heure actuelle, un élément retardateur. C’est au Fédéral que revient cette responsabilité. Cependant, le processus est au point mort faute d’accord Janvier-Février 2020
concernant le partage des recettes avec les Régions et de gouvernement. Si la situation venait à perdurer, le déploiement de la 5G pourrait être reporté en 2021, ce qui semble de plus en plus probable, et notre pays serait alors en infraction vis-à-vis de l’Europe qui, en juin dernier, pressait notre royaume de parvenir à un accord. Dans certains pays membres tels que l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne, les fréquences ont déjà été vendues aux enchères et les sommes récoltées par les états respectifs se chiffrent à plusieurs centaines de millions d’euros, voire plusieurs milliards… Bien entendu, avec l’arrivée plus ou moins imminente de la 5G, de nouveaux modèles de smartphones vont apparaître sur le marché car la plupart des actuels ne pourront en gérer la vitesse et la capacité de téléchargement. Les petits nouveaux seront également compatibles avec la 4G qui, rassurez-vous, ne va pas disparaître du jour au lendemain. Restent également les questions environnementales et des répercussions sur la santé de la population et des personnes dites « électrosensibles », mais aussi sur la flore, la faune et la biodiversité, sujets plus qu’intéressants et qui mériteraient un article entièrement dédié. Le lien suivant (ou le QR code ci-dessous) présente une carte interactive du monde donnant le nombre de réseaux 5G déployés selon les pays et les villes : https://www.speedtest.net/ookla-5g-map. 0 Toutes les références peuvent être obtenues auprès de virginie.chantry@gmail.com ou sur la version digitale. TECHNO-ZOOM Pour se détendre après cette connexion intense avec la 5G, rien de tel qu’un bon verre de vin au coin du feu (pour ceux qui ont l’âge, bien entendu). Vous n’avez que des bonnes bouteilles à la cave et pas envie d’en sacrifier une pour un seul verre ? Qu’à cela ne tienne ! Il existe une solution : le Système de Vin au Verre commercialisé par une entreprise américaine connue dans le domaine. Grâce à de cet ustensile, il vous est loisible de servir un verre de vin sans devoir déboucher la bouteille. Ce système s’installe sur le bouchon en liège qu’il transperce ensuite à l’aide d’une aiguille (et d’une pression de votre part). Une fois l’intérieur de la bouteille sous pression grâce à de l’argon provenant d’une capsule de gaz insérée dans le système, inclinez la bouteille en appuyant sur la détente : le vin passe à travers l’aiguille et peut être versé dans un verre. Une fois l’opération terminée, vous pouvez retirer le dispositif et même ranger vos bouteilles horizontalement : le bouchon en liège se charge de sceller naturellement l’ouverture créée par l’aiguille et le vin continuera à vieillir à son rythme. Les capsules sont composées de plus de 99,99% d’argon pur, un gaz rare, dit inerte, présent naturellement dans l’air que nous respirons, inodore, sans saveur, qui empêche le vin restant dans la bouteille de s’oxyder. Il existe différents modèles dont un pour bouteilles avec bouchon à visser et un autre entièrement automatique et connecté via Bluetooth à une application dédiée. Cette dernière donne les statistiques du système, permet de créer une cave virtuelle ou encore de réaliser des accords entre vins et mets, mais également entre vins et films, séries ou musique ! Plusieurs types d’aiguilles sont disponibles : standard, service rapide (haut débit), Premium (pour éviter les dépôts) et pour Millésimes (débit plus lent pour les bouchons fragiles). Petite mise en garde : à ne pas utiliser avec un bouchon synthétique. te Athena Mag 345 15 www.coravin.fr Janvier-Février 2020 VIRGINIE CHANTRY TECHNOLOGIE a



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :