Athena n°344 nov/déc 2019
Athena n°344 nov/déc 2019

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
LUCIE CAUWE À LIRE Les végétaux Les animaux Grandiose, les végétaux les plus fous, de Benjamin Flouw, Éditions Milan, 40 pages, 19,90 euros. On peut voir cet album remarquablement illustré de dessins de 2 façons : comme la compilation de 50 records végétaux assez époustouflants ou comme une fantastique promenade dans le règne végétal nous apprenant plein de choses, dont le fait que certaines espèces d’arbres sont autant menacées de disparition que le panda géant. L’araucaria du Chili par exemple. Soucions-nous donc aussi du monde végétal, tout aussi fascinant que le monde animal. L’auteur nous entraîne dans diverses découvertes, certaines évidentes comme les plus grands arbres, les plus gros, les plus vieux, et d’autres plus insolites. Les cactus les plus grands et les plus piquants, les feuilles les plus grandes, les fleurs les plus énormes. Ou encore les records de racines, de longueur de liane, de croissance… Chaque fois, la plante est présentée en grand et ses détails en zoom dans une mise en page claire rendant la lecture des textes fort agréable. À partir de 8 ans. Bizarbres mais vrais !, texte de Bernadette Pourquié, illustrations de Cécile Gambini, Éditions Plume de carotte, 40 pages, 18 euros. Comme le précédent, cet album présente des arbres particuliers. Seize ici, localisés sur un planisphère en pages de garde. Mais le ton est davantage celui d’une fiction nourrie de science botanique et abreuvée de poésie. Chaque arbre s’adresse à son lecteur, lui déployant son histoire, lui glissant ses caractéristiques, l’invitant à faire une expérience. En face du texte, une illustration pleine page réunit tous ces éléments dans une scène peinte très réussie. Rien que les noms des arbres, bizarres mais vrais, sont des promesses de découvertes scientifiques : arbre à chocolat, arbre à pluie, arbre aux fantômes, arbre-bouteille, arbre à pain, arbre arc-en-ciel, arbre étrangleur, arbre minuscule, arbre à l’envers, arbre à cornes de taureau, arbre à saucisses, arbre qui marche, arbre dynamite, arbre à chewing-gum, arbre aux mille écus, arbre géant. On trouve bien entendu les noms latins de ces végétaux. Un livre curiosité qui vaut le détour. Pour tous à partir de 6 ans. Athena Mag 344 48 Novembre-Décembre 2019 r 1i itIT1UU2IER5,4 nlint Les aventuriers de l’hiver et Les grands voyageurs, texte de Marketa Spackova et Irena Koci, illustrations de Jana K. Kudrnova, traduit de l’anglais par Claire Allouch, Éditions Quatre Fleuves, 38 pages animées, 15,90 euros. Que se passe-t-il l’hiver pour les animaux ? L’album épingle 3 techniques de protection qu’ils utilisent : bouger pour manger, hiberner, se camoufler. Chaque fois sont présentés une bonne dizaine d’animaux d’ici et d’ailleurs répondant au critère. Un dessin, une notice explicative et une carte du monde dépliable qui permet de visualiser ce qui a été expliqué. L’autre album s’intéresse aux animaux migrateurs, que leur chemin prenne la voie des airs, des eaux ou celle des terres. Même principe pour la réalisation, texte, dessin, carte dépliable. Deux beaux albums documentaires dont, particularité, les auteurs sont tchèques et qui ont ouvert d’autres manières de voir les animaux par leur point de vue original. À partir de 6 ans.
Avis de recherche, 50 animaux en danger à retrouver et à protéger, textes et illustrations d’Isabella Bunnell, traduit de l’anglais par Elsa Whyte, Éditions Seuil Jeunesse, 40 pages, 13,90 euros. Cet album en format à l’italienne est composé d’une succession de 10 superbes fresques paysagères sur double page dans lesquelles le lecteur est invité à découvrir 50 animaux menacés, 5 par sujet, dont les silhouettes et les noms sont présentés à gauche des habitats choisis : montagnes, forêts tropicales, barrière de corail, déserts, grottes, eau douce, ciel, savane, monde souterrain et océans. Les 10 dernières pages comportent la description des 50 espèces repérées dans les splendides illustrations, de luxuriantes peintures, fiche technique, cause de la destruction… Le fait de placer tous ces animaux, du panda géant à la raie manta, en passant par le tatou géant, le tigre du Bengale ou la roussette de Talaud, dans leurs habitats habituels, donne encore plus de force à la menace qui amènera peutêtre à leur disparition. Une manière de réveiller les consciences ? À partir de 4 ans. Secrète savane, texte d’Emmanuelle Figueras, illustrations de Vincent Berthou, Éditions Milan, 32 pages, 18 euros. Une couverture en découpe laser, jolie mais fragile, pour ce splendide documentaire en doubles pages à bords perdus. On est vraiment dans la savane, effet accentué par les découpes judicieuses renforçant la profondeur des images. On passe un tour d’horloge dans ce lieu finalement peu connu. Après la nuit où vont dormir ensemble une cinquantaine de babouins, on les retrouve, bien éveillés au petit matin. On bouge un peu et on croise les hippo potames qui se baignent dans l’eau fraîche de la rivière. Arrivent les gnous et les zèbres, en pleine migration. Attention aux crocodiles en traversant le cours d’eau ! La sécheresse n’inquiète pas encore les girafes qui se régalent des feuilles des acacias. Les flamants roses sont aussi en plein déplacement. Une nouvelle nuit, un autre matin et une attaque bien organisée de lionnes. Chaque scène fourmille aussi de détails à observer alors que le texte fournit de bonnes explications. À partir de 6 ans. Athena Mag 344 49 Novembre-Décembre 2019 LUCIE CAUWE À LIRE dr'4 ee I". J nuit dee, animaux : ; 1§, iaWw r4 La nuit des animaux, de René Mettler, Éditions Gallimard Jeunesse, 48 pages, 19,90 euros. Cet album splendidement illustré est à tenir reliure vers le haut. Il nous raconte par le texte et l’image la tombée du soir, quand le calme envahit la campagne, quand le crépuscule fait apparaître les animaux de la nuit, insectes, oiseaux et mammifères. Ceux-ci ont leur mode de vie qu’on découvre jusqu’au retour du matin au fil des 17 scènes illustrées qui composent cet album permettant l’observation de la vie nocturne de nos contrées. Il s’en passe des choses là et elles nous sont présentées avec suspense. Chaque fois, un médaillon rappelle les espèces vues dans la page. En fin d’ouvrage sont rassemblées des notes documentaires plus complètes sur les animaux de la nuit entraperçus, par ordre d’apparition. Et on est tout étonné de découvrir qu’il y en a 42. Un bel album pour observer, rêver et apprendre. À partir de 5 ans. « Un enfant qui lit sera un adulte qui pense »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :