Athena n°343 sep/oct/nov 2019
Athena n°343 sep/oct/nov 2019

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
JEAN-CLAUDE QUINTART ACTUALITÉS Avancées dans l'origine des maladies rares https://ib square.be https://pharmacie. ulb.be Grâce aux travaux de l’équipe du Professeur Tom Lenaerts de l’ULB-VUB Interuniversity Institute of Bioinformatics in Brussels (IB2), le corps médical peut espérer être moins désarmé face aux maladies rares. En effet, ce team annonce avoir développé un algorithme d’intelligence artificielle permettant d’identifier, au départ d’une analyse informatique, les causes génétiques potentielles de maladies rares. « 80% des maladies rares sont génétiques, mais prédire que tel variant dans le génome d’un patient est la cause d’une maladie reste une tâche complexe pour les médecins, surtout lorsqu’il s’agit d’une combinaison de variants dans des gènes différents », explique Tom Lenaerts. D’où l’intérêt de son algorithme VarCoPP (Variant Combination Pathogenicity Predictor) grâce auquel il est possible de tester, en une fois, les combinaisons de nombreux variants dans les paires de gènes et de prédire leur pathogénicité potentielle, ouvrant ainsi une nouvelle voie dans le diagnostic des maladies génétiques. Pour aider les cliniciens dans leurs diagnostics, cet algorithme est également disponible en ligne sous le nom ORVAL. Toujours dans le registre de la santé, Jonathan Goole, chercheur au Laboratoire de Pharmacie galénique et Biopharmacie et chargé de cours à la Faculté de Pharmacie de l’Université libre de Bruxelles (ULB), a conçu et breveté un procédé de fabrication de médicaments par impression 3D. Son idée est de produire, grâce à cette technique, des médicaments avec un dosage spécifique et d’ouvrir ainsi l’accès au traitement personnalisé des patients tout en diminuant les risques inhérents à l’adaptation des doses des médicaments actuels. Cette approche permettra aussi de changer les propriétés du médicament, par exemple en choisissant l’excipient qui enrobera le composé actif, et favoriser ainsi une absorption rapide ou plus lente. Vers les batteries du futur Produire de l’électricité verte, c’est bien, mais la stocker, c'est mieux. Par nature, énergie éolienne et photovoltaïque sont des sources intermittentes avec des pics de production qui ne sont pas nécessairement en adéquation avec les besoins du moment. En matière de stockage et malgré des risques d’inflam mation dûs à la présence de l’électrolyte, la technologie ion-lithium est jusqu’à présent la plus performante. Si l’idée de remplacer l’électrolyte liquide et inflammable par un solide saute aux yeux, sa mise en application, en revanche, est loin d’être évidente, notamment parce que les ions-lithium dans les solides sont moins mobiles que dans les liquides, ce qui handicape l’efficacité de la batterie en terme de vitesse de charge et décharge. Alors que l’industrie planche depuis des années pour trouver la solution de stockage énergétique idéale, une équipe de scientifiques de l’UCLouvain a découvert un nouveau matériau ultra performant et sûr, le LTPS, capable d’augmenter la vitesse de charge et décharge d’une batterie, à une rapidité encore jamais observée jusqu’à présent. Plus exactement, il a été observé, dans ce matériau, le plus grand coefficient de diffusion du lithium (mesure directe de mobilité) jamais constaté dans un solide et très largement supérieur aux autres matériaux connus. « Cette mobilité du lithium résulte de la structure cristalline unique du matériau et la compréhension de ce mécanisme débouche sur de nouvelles perspectives dans le domaine de solides conducteurs de lithium et, au-delà du LTPS, ouvre la voie à la recherche d’autres matériaux ayant des mécanismes de diffusion similaires », précise l’UCLouvain. Ce bond en avant dans la compréhension des matériaux à haute mobilité de lithium permet d’envisager les batteries de demain, offrant une alternative plus sûre que celles d’aujourd’hui. Du smartphone aux voitures électriques, le LTPS pourrait se retrouver ainsi dans de nombreux outils technologiques de notre quotidien. Menés par l’UCLouvain, en collaboration avec l’Université de Marburg, l’Université technique de Münich et l’Université de Graz, ces travaux étaient aussi financés par Toyota. https://uclouvain.be https://www.uni-marburg.de https://www.tum.de https://www.uni-graz.at et https://global.toyota Athena Mag 343 8 Septembre-Octobre 2019
IBA en Corée du Sud Les bonnes nouvelles se suivent chez IBA, qui annonce avoir vendu un Cyclone 70 à l’Institute for Basic Science (IBS) de Daejeon (Corée du Sud), pour un montant estimé entre 13 et 16 millions de dollars. Fondé en 2011, l’IBS promeut la recherche de pointe en vue d’augmenter la capacité sud-coréenne en sciences fondamentales et générer de nouvelles opportunités pour le pays. Sur le terrain, l’IBS s’implique dans les projets à long terme, mobilisant de nombreux groupes de chercheurs. En juin de cette année, il a d'ailleurs lancé 30 centres de recherche. « Nous avons retenu IBA pour sa technologie à la pointe de l’Art et son savoir-faire unique dans le développement de cyclotron 70 MeV à haute énergie. Le Cyclone 70 sera un des éléments clés de notre instal lation RAON », note Young Kwan Kwon, directeur adjoint du projet scientifique sur les isotopes rares chez IBS. RAON, pour Rare isotope Accelerator complex for ON-line experiment, est un centre de recherche scientifique fondamentale bâti autour d’un accélérateur d’ions lourds et qui, une fois terminé, sera une clé de voûte de l’International Science and Business Belt coréen (ISBB). Cette unité produira et étudiera de nouveaux isotopes rares. Pour rappel, les isotopes sont des atomes qui possèdent le même nombre d'électrons - et donc de protons, pour LE CHIFFRE 14,3 millions rester neutre -, mais un nombre différent de neutrons. Il existe des isotopes naturels et d'autres créés artificiellement. Les isotopes d’un même élément ont des propriétés chimiques identiques mais des propriétés physiques différentes (stables ou radioactifs notamment). Un domaine passionnant comme le rappelle l’IBS en soulignant que si, à ce jour, nous avons découvert approximativement 3 000 isotopes, il en resterait encore quelque 7 000 à découvrir, soit un potentiel illimité pour la science des isotopes rares. Grâce à RAON, de nouveaux débouchés de recherches s’ouvriront dans des domaines comme l’étude de l’origine des éléments, la découverte d'isotopes rares, l’étude de leur structure ainsi que la recherche appliquée dans les matériaux et les sciences biomédicales. On comprend donc la satisfaction du wallon IBA à propos de cette commande particulière. En effet, les protons accélérés par le Cyclone 70 seront utilisés pour produire des ions lourds qui seront eux-mêmes accélérés afin d’étudier de nouveaux isotopes rares. https://iba-worldwide.com https://www.ibs.re.kr Tel est le montant en dollars de la subvention que la Fondation Bill & Melinda Gates a octroyé à l’entreprise wallonne Univercells et à son partenaire Batavia Biosciences pour livrer des vaccins abordables contre la rougeole et la rubéole dans les pays en voie de développement via leur plateforme de production NevoLine. Pour rappel, le bienfondé des travaux d’Univercells avait déjà incité la Fondation à lui octroyer, en 2016, une subvention de 12 millions de dollars. Très honoré par cette nouvelle subvention, Hughes Bultot, CEO d’Univercells, souhaite que son entreprise puisse fournir un portefeuille de vaccins viraux contre la poliomyélite, la rougeole, la rubéole et autres contribuant à sauver des vies. Pour José Castillo, CTO, « Si ce second projet avec la Fondation confirme la confiance mise en la technologie révolutionnaire d’Univercells, il permet aussi de démontrer le potentiel de la plateforme NevoLine pour changer la donne en matière de santé mondiale ». Alors que les technologies actuelles de production des vaccins requièrent des coûts élevés, l’ambition d’Univercells est d’apporter une alternative au marché en concevant des unités de production simplifiées basées sur des technologies de fabrication intensifiées et automatisées. http://www.univercells.com ; https://bataviabiosciences.com et https://www.gatesfoundation.org Athena Mag 343 9 Septembre-Octobre 2019 JEAN-CLAUDE QUINTART ACTUALITÉS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :