Athena n°341 mar/avr 2019
Athena n°341 mar/avr 2019

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
JEAN-CLAUDE QUINTART ACTUALITÉS Cancer du pancréas à l'étude Le cancer du pancréas est celui qui tue le plus, pratiquement tous les patients atteints y succombent ! Une situation alarmante et d’autant plus critique que chaque année, plus de 1 500 nouveaux cas sont détectés en Belgique, dont seuls 15% sont jugés opérables lors du diagnostic. Un triste constat qui ne pouvait laisser de marbre la communauté scientifique. Une étude portant sur la redéfinition de sous-types de cancer du pancréas et basée sur l’analyse de 309 échantillons a donc été conduite par 5 hôpitaux universitaires belges et français, dont Erasme et Jules Bordet pour la Belgique. À cette occasion, 5 sous-types de cancer ont pu être identifiés, chacun présentant un pronostic différent et des caractéristiques propres pouvant mener à prédire la pertinence de certains traitements comme l’immunothérapie, par exemple. « L’originalité de ces travaux repose dans le fait que notre classification tient compte de 2 parties composant la tumeur  : les cellules tumorales et le microenvironnement tumoral, dont on connaît le rôle actif dans la tumeur », explique Francesco Puelo, gastroentérologue à la Clinique d’Oncologie digestive de l’Institut Jules Bordet. « Suite à cette découverte, il conviendra d’établir au plus vite un consensus international sur les sous-types de cancer du pancréas, comme nous l’avons fait il y a quelques années pour le cancer du côlon, et avancer sur une classification utilisable en routine et recherche clinique », ajoute Jean-Luc Van Laethem, chef de la Clinique d’Oncologie digestive à Erasme. Ces travaux ont fait l’objet d’une publication dans la revue américaine Gastroenterology Journal de décembre dernier. Le glaucome a du mouron à se faire https://www.bordet.be https://www.gastrojournal.org https://www.istarmed.com Tout va bien pour Istar Medical, dont le premier essai STAR-I de chirurgie microinvasive du glaucome chez l’homme avec le dispositif MINIject en utilisation stand-alone, confirme la sureté et l’efficacité du MINIject pour réduire de manière significative la pression intraoculaire (PIO) et alléger le traitement médicamenteux des patients atteints de glaucome. Concrètement, l’essai montre que l’implantation du MINIject provoque une réduction moyenne de la PIO de 32,6% jusqu’à une pression moyenne de 15,6 mmHg en un an. Grâce à cette solution, 75% des patients ont pu éviter la reprise des collyres anti-glaucomateux et cerise sur le gâteau, aucun effet indésirable oculaire grave n’a été relevé et aucun patient n’a dû par la suite subir de chirurgie du glaucome. Fondé en 2011 et installé à Wavre, Istar Medical développe des implants ophtalmiques innovants pour le traitement du glaucome, deuxième cause Athena Mag 341 6 Mars-Avril 2019 de cécité dans le monde. L’entreprise wallonne développe ses solutions, sur base du matériel STAR, de l’Université de Washington à Seattle, produit dont la porosité offre des caractéristiques antifibreuses et anti-inflammatoires exceptionnelles et qui est à la base du MINIject, dispositif de chirurgie non-invasive du glaucome. Ce type d’intervention sur le glaucome a aujourd’hui le vent en poupe et on estime que le marché devrait atteindre le milliard de dollars en 2020.
L'amélioration de la santé féminine en ligne de mire Professionnel de la santé féminine, Mithra se targue aujourd’hui d’avoir dans ses tuyaux un blockbuster potentiel en periménopause grâce à un produit candidat à base d’Estetrol 4. Débutant 3 ans avant la ménopause et finissant un an après, la périménopause est une étape particulièrement pénible pour les femmes, qui se caractérise par des règles irrégulières persistantes, de fortes fluctuations des niveaux hormonaux, une absence d’ovulation, l’apparition de symptômes vasomoteurs ainsi que dans certains cas, des symptômes dépressifs comme des sautes d’humeur, de l’irritabilité et des problèmes de concentration. Actuellement, aucune solution n’apporte simultanément une contraception efficace et un soulagement des symptômes vasomoteurs. D’où l’intérêt du produit candidat PeriNesta, dont la formulation devrait soulager les bouffées de chaleur ou les symptômes vasomoteurs tout en offrant une contraception fiable. Une bonne nouvelle pour les femmes en quête d’un contraceptif au rapport bénéfices/risques amélioré et soulageant en même temps les symptômes vaso moteurs. Selon les analyses commerciales, un tel produit pourrait bénéficier annuellement à 18 millions de patientes aux États-Unis et sur les marchés clés européens. D’où la joie de François Fornieri, CEO de Mithra, pour qui  : « L’entrée de Mithra sur la niche de la périménopause représente une nouvelle opportunité commerciale majeure car PeriNesta pourrait devenir le premier produit commercialisé en adéquation avec les besoins des femmes durant cette période délicate de leur vie ». Plus précis encore, le Athena Mag 341 7 Mars-Avril 2019 JEAN-CLAUDE QUINTART ACTUALITÉS Professeur Jean-Michel Foidart, Secrétaire perpétuel de l’Académie royale de médecine de Belgique, déclare sans ambages que « Le programme PeriNesta représente une perspective intéressante, sachant que le risque de thromboembolie veineuse augmente avec l’âge chez les utilisatrices de contraceptifs oraux combinés ». Dans la foulée, Mithra a également annoncé le début du recrutement de patients pour la phase III de son Donesta prévu au 3 e trimestre de cette année. Candidat de traitement hormonal de nouvelle génération, Donesta cible les symptômes vasomoteurs des femmes ménopausées. Les résultats positifs déjà engrangés poussent la société wallonne à accélérer les opérations de phase III afin de le lancer commercialement le plus vite possible. Avec un marché mondial de la ménopause estimé aujourd’hui à 8,6 milliards de dollars et qui atteindra les 16 milliards en 2025, Mithra a raison de presser le pas. Vite mais sans bâcler les tâches. Ainsi, elle s’associera à ICON, organisation internationale à la pointe en recherches et essais cliniques pour les études sur le traitement des symptômes vasomoteurs notamment et collaborera avec la société de conseil américaine LBR, spécialisée dans les services cliniques et réglementaires et particulièrement réputée dans la gestion des projets axés sur la santé féminine. Mithra fera aussi appel à Rothschild & Co Global Advisory Services pour trouver le meilleur partenariat pour la vente de licences commerciales aux États-Unis et en Europe de ses solutions concernant la ménopause et la périménopause. Enfin, des profils haut de gamme seront également engagés pour étoffer les capacités internes de l’entreprise. https://www.mithra.com COUP D’CRAYON OLIVIER SAIVE/CARTOONBASE Quand les animaux de nuit sortent de leurs nids douillets à la tombée de la nuit, la course à la survie est lancée. Papillon de nuit et chauve-souris n’échappent pas à cette règle universelle. Surtout lorsque la première est le plat gastronomique préféré de la seconde. Mais comment font-ils pour se repérer quand l’une et l’autre n’ont pas tous leurs sens ? En effet, la chauve- souris ne voyant pas clair dans l’obscurité a développé un système de sonar pour localiser sa proie sourde. Mais cette dernière, notamment la race de papillon africain Bunaea alcinœva, a réussi ingénieusement à absorber ses ultrasons se rendant discrète et passant ainsi des nuits paisibles. Vous avez dit chat et souris ?



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :