Athena n°341 mar/avr 2019
Athena n°341 mar/avr 2019

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
NADINE SAHABO PORTRAIT Recto Acousticienne, c’est une vocation que vous avez depuis toute petite ? Non, parce que je n’aurais jamais imaginé que ce métier existait. Cependant, le côté ingénieur civil m’a très vite attirée, dès l’école secondaire, car j’aimais bien les sciences surtout la physique et les sciences appliquées. Quand j’étais en 3 e secondaire et qu’on nous demandait quel métier nous aimerions exercer plus tard, j’étais plutôt dans l’hésitation et une copine m’a dit qu’elle me verrait bien ingénieur du son. Ce n’est pas tout à fait la même chose, mais elle n’était pas très loin. Ce que j’avais bien aimé dans la physique, c’était surtout l’électricité. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi les études d’ingénieur civil, électromécanique en électricité courant fort. Toutefois, la réalité a fait qu’à cette époque, il n’était pas question d’engager une femme dans ce domaine-là. J’ai donc trouvé une place d’assistante dans Athena Mag 341 20 Mars-Avril 2019 PROPOS RECUEILLIS PAR NADINE SAHABO NADINESAH@YAHOO.FR PHOTOS  : N. SAHABO L’ADN de … Fabienne DUTHOIT Acousticienne le service d’acoustique de l’Université de Liège et ce fut le coup de foudre. J’y ai travaillé 6 ans et demi en collaborant avec le CEDIA (Cellule d’Étude et de Développement en Ingénierie Acoustique). C’est grâce à cette collaboration que je me suis rendue compte que c’était vraiment ce que je voulais faire  : travailler dans un bureau d’étude. Comment devient-on Acousticien ? En Belgique, ce n’est pas aisé car c’est un métier qui n’est pas reconnu. De plus, il n’existe pas de parcours scolaire type pour ce métier. Tout le monde pourrait se dire acousticien comme ingénieur du son. À l’Université de Liège, pour les ingénieurs architectes par exemple, un cours d’acoustique du bâtiment est repris dans leur cursus. Ce cours peut également être pris en option par d’autres. Le cursus des ingénieurs électroniciens comprend des cours d’électro acoustique. Ainsi, si on veut être acousticien, il est nécessaire de compléter son cursus d’ingénieur civil ou d’ingénieur civil architecte avec les cours à option adéquats. Mais le plus important, c’est l’expérience après les études. Vous travaillez actuellement comme Ingénieur de recherche au sein de CARE-CEDIA, quelle est votre journée-type ? Il n’y a pas vraiment de journée type. Le métier est très varié. Dans une journée, on peut aussi bien rédiger des offres que participer à une réunion de chantier, inspecter un chantier, réaliser l’étude acoustique d’un bâtiment ou encore, effectuer des mesures sur site. Cette variété fait partie de l’attrait du métier. Quels sont vos rapports avec la science ? Quels sont vos premiers souvenirs « scientifiques » ? En secondaire, les cours de sciences étaient mes cours préférés, surtout la physique. Et au quotidien, l’acoustique, c’est de la science. Quelle est la plus grande difficulté rencontrée dans l’exercice de votre métier ?
L’acoustique est un domaine très vaste. Dans l’acoustique du bâtiment, par exemple, la plus grande difficulté réside dans le respect du timing. Étant donné que nous travaillons régulièrement avec des bureaux d’architectures, nous dépendons de l’état d’avancement de ces derniers pour réaliser nos études. Et je dois dire que les architectes prennent parfois leur temps, ce qui fait que nous recevons les plans tardivement et que nous aussi, nous commençons notre mission en retard. Alors que ce soit pour l’étude ou pour rédiger les offres, on court après le temps. Quelle est votre plus grande réussite professionnelle jusqu’à ce jour ? Cela fait partie de mes 1 ers projets, il y a 15 ans. C’est un studio d’enregistrement à la province de Liège situé dans les bâtiments des Chiroux. C’était une gageure car le site était implanté dans un bâtiment existant. Il y avait une très forte exigence sur l’isolation acoustique avec une contrainte de surpoids Je vous offre une seconde vie pour un second métier... J’aime bien celui-ci (Rires)… Je ne le changerais pas, même dans une seconde vie. Je vous offre un super pouvoir... Si c’est un super pouvoir pour être autre chose, j’aurais bien aimé être artiste, pouvoir chanter ou jouer de la musique. Quand je regarde les artistes, il y en a certains qui semblent tellement heureux en jouant ou en chantant que je me dis que ça me plairait bien et en même temps, je profiterais mieux du son. Si c’est un super pouvoir pour faire autre chose, je voudrais pouvoir créer le calme. Diminuer d’un coup le son d’une tondeuse à gazon ou d’une tronçonneuse. Je vous offre un auditoire... Ce serait un auditoire pour communiquer sur l’acoustique aux promoteurs, aux entrepreneurs, aux architectes et les inciter à penser acoustique. Pour l’instant, j’essaie d’y contribuer dans le métier du bâtiment, en faisant prendre conscience à mes interlocuteurs que si l’acoustique était gérée en amont, on pourrait faire des choses à prix cohérent. Je vous offre un laboratoire... Je tourne toujours autour de l’acoustique...(Rires), mais j’essaierais de contribuer à réduire les niveaux sonores sans trop augmenter les coûts. Toutes ces choses qui polluent l’environnement sonore, les tondeuses à gazon, les avions... limité. Sachant que l’isolation acoustique est liée à la masse, le défi était de taille. De plus, le studio était destiné à différents types d’enregistrements. Une acoustique variable a été proposée à l’aide de panneaux pivotants. J’ai eu des retours très positifs  : les artistes qui passent par là sont enchantés. Bref, c’est ma plus grande réussite, du moins celle que je connais, car lorsqu’on réalise une étude, on n’est pas toujours mandaté pour faire le suivi. Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui aurait envie de suivre vos traces ? Un jeune belge, francophone, je lui conseillerais de se renseigner pour voir ce qui existe en France parce qu’il y a des institutions qui donnent des formations soit en master soit comme bachelier en acoustique. Là-bas, il aurait vraiment le cursus scolaire avec un panel complet tandis qu’ici, les cours d’acoustiques sont dispersés. Je vous transforme en un objet du 21 e siècle... À part les smartphones, je ne vois pas ce qui est typique du 21 e siècle. Je manque peut-être d’imagination... je sèche ! Je vous offre un billet d’avion... Je ne suis pas trop tentée. Quand je pars en vacances, j’aime bien faire de la randonnée, des balades en forêt, à la montagne, à la mer… et avec mon chien, c’est mieux sans l’avion. Je n’ai pas besoin d’aller trop loin. De plus, pour l’environ nement, il vaut mieux éviter l’avion autant que possible, surtout que nous avons ce qu’il faut près de chez nous. Je vous offre un face à face avec une grande person nalité du monde... Je ne sais pas si l’on peut considérer cette personne comme une grande personnalité du monde, mais je suis super fan de Robert Plant, le chanteur du groupe de rock Led Zeppelin. La question « a priori »  : pour être acousticien, faut-il avoir des aptitudes particulières de l’ouïe ? Non, il ne faut pas avoir une sensibilité particulière. Certes, pour l’aspect acoustique des salles, une bonne ouïe est indispensable pour savoir si ça sonne bien, mais ce qu’il faut surtout, c’est savoir écouter les gens. Athena Mag 336 341 21 Mars-Avril 2019 2018 NADINE SAHABO PORTRAIT Fabienne Duthoit ÂGE  : 55 ans SITUATION FAMILIALE  : mariée, 2 enfants, 4 petits enfants PROFESSION  : Ingénieur civil acousticien au CEDIA, bureau d’étude de l’ULiège FORMATION  : diplôme d’Ingénieur civil, électricien et mécanicien (électricité), les humanités latin-mathématiques TÉL.  : +32 4 366 26 48 MAIL  : F.Duthoit@uliege.be Verso http://www.cedia. ulg.ac.be



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :