Athena n°340 jan/fév 2019
Athena n°340 jan/fév 2019

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
JEAN-CLAUDE QUINTART ACTUALITÉS Joli contrat pour CMI http://cmigroupe.com http://www.tatasteel.com De quoi assurer l'avenir Professionnel des composants mécaniques en acier et alliages par coulée à modèle à la cire perdue, Precimetal Precision Casting vient d’investir près de 2 millions d’euros dans un programme de modernisation de ses outils et procédures opérationnelles. Cet investissement comprend notamment 2 nouvelles presses d’injection des modèles de cire, 2 robots d’enrobage de céramique réfractaire, 2 lignes de cuisson, un système de gestion des flux de production robotisé, un nouvel atelier de finition, divers équipements de nouvelle génération pour les contrôles dimensionnels et non destructifs, etc. Avec cette nouvelle mise de fonds, l’entreprise conforte ses capacités pour affronter les challenges d’une production de pièces plus complexes, répondre aux exigences qualitatives plus sévères et sécuriser des procédures de travail en « just in time » et service à la clientèle de ses marchés de la défense et de l’aéronautique, représentant 70% de son chiffre d’affaires. Installé à Seneffe et créé en 1953, Precimetal fabrique des pièces de 1 à 50 kg en petites, moyennes et grandes séries, dans toutes les nuances d’acier, y compris les inoxydables, et dans la plupart des alliages de cobalt, cuivre et nickel. À ce jour, l’entreprise a livré plus de 10 000 pièces à quelque 600 clients en Europe, États-Unis, Inde, Chine, Australie… Quatre marchés alimentent le plan de charge des 125 salariés  : Aéronautique, Défense, Industrie, et Médical. http://www.precimetal.be Nouveau succès pour CMI, dont la technologie a été retenue par le géant de l’acier indien Tata Steel, pour sa nouvelle facilité de laminage à froid de Kalinganagar (Jajpur, Inde). Le contrat porte sur la livraison de 3 lignes de traitement à la pointe de l’Art  : 2 lignes de galvanisation en continu et une ligne de recuit également en continu. Ces 3 outils sont les pièces maîtresses de l’extension du site de Kalinganagar qui augmenteront sa production annuelle d’acier galvanisé de 1 million de tonnes. Les techno logies les plus récentes de ces 3 nouvelles lignes permettront à Tata Steel de produire des revêtements pour les carrosseries de voiture et de conserver sa domination sur les fournisseurs nationaux sur les niches haut de gamme des secteurs de l’automobile et de l’électroménager. « Kalinganagar sera l’aciérie la plus avancée au monde et nous tirerons le meilleur parti de ces installations », explique le PDG de Tata Steel, Thachat Viswanath Narendran. En réponse, Jean-Luc Maurange, PDG de CMI, se dit « Honoré de faire partie de ce projet d’expansion d’un partenaire commercial de long terme comme Tata Steel et fier d’avoir pu aider ce client à atteindre la plus haute qualité d’acier grâce à laquelle il affirmera son leadership dans les segments haut de gamme ». Ce 3 e contrat entre Tata Steel et CMI Industry METALS Athena Mag 340 6 couvre l’ingénierie, les achats, la fourniture et la super vision du montage. Après la moderni sation de Segal, la ligne automobile haut de gamme de Tata en Belgique (Flémalle), la commande pour Kalinganagar est le second contrat que Tata Steel a conclu avec CMI. Janvier-Février 2019
Recyclage innovant Coordonné par Heathland (Pays-Bas) et soutenu par un financement de 6,6 millions d’euros par l’Union européenne dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020, le projet MMAtwo (prononcez-le « Matou ») entend s’attaquer et développer un procédé innovant pour le recyclage des déchets de polymethymethacrylate post-industriel (PMMA) et en fin de vie, en methylmethacrylate (MMA) de 2 e génération. Chaque année, nous produisons en Europe quelque 300 000 tonnes de PMMA, soit une valeur marchande de près d’1 milliard d’euros, et si le PMMA peut être transformé en monomère par dépolymérisation thermique, la majeure partie de l’opération est pour l’instant réalisée par un lit en plombfondu, ne permettant pas de retraiter toutes les qualités du PMMA. De surcroît, les procédures de recyclage actuelles du PMMA ciblent davantage le PMMA post-industriel que le PMMA en fin de vie, qui représente pourtant la majeure partie des déchets de ce produit exporté, enfoui ou incinéré. Innovant, MMAtwo a de quoi booster l’économie circulaire des polymères, favoriser les économies en ressources précieuses et réduire les émissions de CO 2. D’une durée de 4 ans avec, en fin de parcours, la création d’une unité commerciale pilote en 2022, MMAtwo fédère 13 partenaires de 6 pays différents. À côté du coordinateur néerlandais Heathland, on trouve le français Arkema (producteur de PMMA) ; Delta glass (fabricant hollandais de fenêtres en PMMA) ; JSW Europe (division allemande de Japan Steel Work et fournisseur de la technologie de base) ; Speichim (leader français du traitement de Athena Mag 340 7 Janvier-Février 2019 JEAN-CLAUDE QUINTART ACTUALITÉS déchets et spécialiste de la purification de solvants et de produits chimiques) ; Ecologic (collecteur de déchets d’équipements électriques et électroniques en France) ; AKG- Gazbeton (producteur turc de produits isolants) ; l’Université de Gand (qui formera des chercheurs au recyclage des polymères) ; Quantis (entreprise suisse spécialisée dans l’analyse du cycle de vie) ; Process Design Center (PME néerlandaise pour le développement, l’intégration et l’optimisation des procédés) ; Ayming (groupe de conseil français en gestion de projets, communication et dissémination) ; Comet Traitements (recycleur belge de véhicules en fin de vie) et le Certech (centre wallon actif en chimie, notamment au niveau des émissions et odeurs de matériaux, et standards pour le recyclage des polymères). Coordinateur du projet MMAtwo, Heathland, fondé en 2006, est actif dans la collecte et le recyclage des déchets de plastique post-industriel qu’il valorise dans ses facilités d’Utrecht (Pays-Bas), de Varsovie (Pologne) et de Hong Kong (Chine). Quant au wallon Certech, créé en 1996 par l’UCLouvain, il compte 40 salariés hautement spécialisés en matériaux polymères, intensification des procédés pour la chimie, synthèse organique et inorganique, etc. Enfin, spécialisé dans la collecte et le traitement des métaux non ferreux, plastiques, véhicules en fin de vie, etc., le groupe wallon Comet est considéré comme pôle d’excellence environ nemental sur la scène internationale. http://www.heathland.com COUP D’CRAYON OLIVIER SAIVE/CARTOONBASE Une plante aurait poussé sur la Lune. Une graine de coton plus précisément, qui aurait germé dans un caisson étanche emporté par la sonde chinoise Chang’e 4. L’expérience a débuté le 3 janvier, jour de l’alunnissage, pour un 1er résultat (le cliché d’une petite feuille) rendu public 4 jours plus tard. Si ces données s’avèrent véridiques, il s’agirait d’un événement historique. Ce serait la 1 e fois que l’on parvient à faire pousser un végétal ailleurs que sur la Terre... À vérifier et à suivre donc...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :