Athena n°338 sep/oct 2018
Athena n°338 sep/oct 2018

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
YAEL NAZE ASTRONOMIE À la Une du cosmos TEXTE  : YAËL NAZÉ YNAZE@ULIEGE.BE HTTP://WWW.ASTRO.ULG.AC.BE/NEWS Il semblerait que 85% de 200 000 astéroïdes situés entre Mars et Jupiter (dont viennent beaucoup de météorites) proviennent de seulement... 5-6 objets, cassés aux premiers âges de notre Système solaire. PHOTO  : D. DAVIS (VUE D’ARTISTE) Comment Pluton s’est-il formé ? En combinant les données des sondes New Horizons et Rosetta, les scientifiques arrivent à l’idée que Pluton serait... un agrégat de milliards de comètes ! En parallèle, d’autres données montrent que les dunes de Pluton ne sont pas faites de sable mais de méthane gelé... PHOTO  : NASA/NEW HORIZONS Eta Carinae est un astre très massif, dont on a vu une explosion très forte au 19 e siècle. Il semble que cet événement soit dû à des interactions entre les 3 étoiles du système ! De plus, les données indiquent que l’astre serait une source de rayons cosmiques. PHOTO  : HST Étranges atmosphères d’exoplanètes  : la Saturne chaude WASP-96b a une atmosphère sans brume ni nuage, la planète WASP-127b présente des traces de sodium, de potassium et de lithium dans son atmosphère, l’atmosphère de la jupiter extra-chaude Kelt-9b possède, elle, du titane et du fer ! PHOTO  : NASA VUE D’ARTISTE DE KELT-9B Athena Mag 338 44 Septembre-Octobre 2018 La formation d’étoiles dans les galaxies n’est pas un long fleuve tranquille... La Voie Lactée aurait ainsi connu un regain d’activité il y a 5 milliards d’années après une période de dormance de 2 milliards d’années. D’autre part, les galaxies montrant des sursauts de formation stellaire contiendraient une proportion d’étoiles massives nettement supérieure à celle caractérisant les galaxies plus calmes - un résultat inattendu qui remet en question les modèles. PHOTO  : ESO/ALMA Jupitérien ! Les astronomes ont découvert 12 satellites supplémentaires, ce qui porte le total à 79 lunes pour la plus grosse planète de notre système solaire. En parallèle, la sonde JUNO montre que les orages joviens se produisent surtout près des pôles, contrairement à ce qui se passe ici... PHOTO  : NASA, VUE D’ARTISTE
L’observation de quasars lointains confirme un phénomène bizarre  : l’intrication quantique. En effet, les corrélations détectés parmi 30 000 paires de photons mesurés ne peuvent pas s’expliquer par des théories classiques... PHOTO  : NASA VUE D’ARTISTE Ça tourne ! D’un côté, l’analyse de 4 décennies de mesures de l’étoile de Przybylski suggère une période de rotation de... 188 ans, probablement due à un freinage magnétique. De l’autre, l’étoile R Dor tourne 100 fois trop vite et là, ce serait à cause d’un compagnon. La trajectoire du visiteur interstellaire Oumuamua suggère un dégagement de gaz  : il s’agirait donc d’une comète plutôt que d’un astéroïde. PHOTO  : ESO VUE D’ARTISTE Aurores en tout genre  : un type d’aurores jusqu’ici uniquement connu sur Terre, les aurores à protons, a été mis en évidence sur Mars ; les « empreintes » des lunes Io et Ganymède dans les aurores de Jupiter s’avèrent très complexes ; des reconnexions magnétiques, à l’origine d’aurores, ont été détectées du côté jour de Saturne alors qu’on pensait qu’elles se produisaient uniquement côté nuit. PHOTO  : RITTER ET AL. Enfin ! Après 15 ans d’attente, le radar de la sonde Mars Express détecte enfin un lac souterrain, lac d’une vingtaine de kilomètres en taille et situé à une profondeur de 1,5 km. En plus, le rover martien Curiosity a trouvé des molécules organiques dans les sédiments de l’ancien lac du cratère Gale et a également mesuré l’évolution saisonnière du méthane (le gaz naturel), pour lequel une origine biologique n’est pas totalement exclue. Bref, les chances de vie sur Mars remontent, mais attention on n’a pas (encore ?) trouvé de petit martien ! PHOTO  : ESA Athena Mag 338 45 Septembre-Octobre 2018 YAEL NAZE ASTRONOMIE Mystère résolu  : une émission lumineuse particulière détectée dans des disques protoplanétaires provient... de nanodiamants ! PHOTO  : NRAO VUE D’ARTISTE Pour expliquer les particularités de notre système solaire, des théoriciens imaginent le passage d’une étoile non loin du Soleil encore en train de se former. On pense aussi que des passages moins proches continuent d’affecter certaines orbites. PHOTO  : GETTY VUE D’ARTISTE Le télescope spatial Chandra a étudié l’émission de rayons X de nos plus proches voisines, importante pour estimer la véritable habitabilité de leurs environs. Si la situation est favorable pour alpha Cen A et B, 2 étoiles de type solaire, ce n’est pas le cas de Proxima, plus froide... PHOTO  : CHANDRA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :