Astronomie Québec n°4-4 jan/fév 2016
Astronomie Québec n°4-4 jan/fév 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4-4 de jan/fév 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (361 x 271) mm

  • Nombre de pages : 13

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : sur la glace...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Éditorial  : Sur la glace avec Je n’irai pas par quatre chemins. L’aventure d’Astronomie-Québec ne va pas comme j’aimerais, et je n’ai honnêtement plus vraiment le gout de continuer, du moins pas dans la formule actuelle — qui est d’ailleurs révolue. Je tiens à vous remercier grandement et sincèrement d’avoir été de fidèles lecteurs au fil des années ; certains d’entre vous nous suivez depuis l’époque de La Veillée de nuit ! L’équipe a grandi, le lectorat aussi, mais depuis quelque temps, on ressent une certaine fatigue, tant d’un côté que de l’autre. Et comme je l’ai déjà dit dans mon éditorial, beaucoup du travail nécessaire à la production d’Astronomie- Québec repose entièrement sur mes épaules, sans aide ni relève en vue. Astronomie-Québec continuera-t-il ? Peut-être. Je garderai le site Web actif, et vous pourrez continuer de télécharger cette édition finale comme les anciennes, remontant même à La Veillée de nuit. Toutefois, je ne suis pas certain de ce qu’il y aura de nouveau dans le futur, ni même s’il y en aura. J’ai toutefois une petite idée… Astronomie-Québec doit « aller chercher » la nouvelle. Malheureusement, les articles passés n’ont que rarement été à propos de nouvelles. Oui, ils furent utiles pour vous aider à trouver tel ou tel objet dans le ciel — étoile double ou variable, amas stellaires, nébuleuses, galaxies —, ou encore à vous donner des idées d’objets à observer, que vous Pierre Paquette Crédit photo  : Al Nagler n’aviez peut-être pas observés auparavant, mais ce genre d’articles se trouve facilement ailleurs sur Internet. À ce chapitre, Astronomie-Québec n’apportait rien d’original. Nos articles étaient intéressants, mais ils captivaient — malheureusement — de moins en moins de gens. Regardons un peu les chiffres… La Fédération des astronomes amateurs du Québec (FAAQ) compte plus de 2000 membres, qui sont mis au courant de la publication de chaque numéro d’Astronomie- Québec grâce à la gentillesse de son conseil d’administration, qui en parle régulièrement sur le site Web (http://faaq.org), dans des courriels aux membres, ou sur les médias sociaux, entre autres. De plus, Astronomie-Québec a plus de 1300 mentions « J’aime » sur Facebook et plus de 300 abonnés sur Twitter, sans parler de plus de 570 abonnés sur la liste de diffusion. Grâce à la publicité sur Facebook, des gens de la France, de l’Algérie, du Maroc, de la Roumanie et d’ailleurs entendent aussi parler d’Astronomie-Québec… Évidemment, il y a du chevauchement (une personne peut à la fois être membre de la FAAQ, « aimer » sur Facebook, et être abonnée sur Twitter), mais on peut se demander pourquoi n’importe quelle des récentes éditions n’a été téléchargée que 700 fois environ… Je ne me plains pas, mais par rapport au marché-cible, c’est peu, et je dois admettre que je « passe à côté de la track », comme on dit au Québec. Merci encore du fond du cœur, et à bientôt ! Éditeur ∙ Pierre Paquette Muse ∙ Erin Pecknold Chroniqueurs ∙ Luc Descoteaux ∙ Geneviève Dufresne Gilbert St‐Onge ∙ Eddy Szczerbinski ∙ Pierre Tournay Collaborateur ∙ André Bérubé Contact ∙ pierre@astronomie.quebec Astronomie-Québec (ISSN 1929-4301) est publié bimestriellement au format PDF et disponible gratuitement au http://astronomie.quebec/AstronomieQuebec @AstronomieQcMag Un magazine nommé Astronomie-Québec fut publié de 1991 à 2001 par Les Éditions astronomiques. Le présent magazine a été fondé en juin 2012 par Pierre Paquette, avec l’aimable autorisation des anciens directeurs des Éditions astronomiques pour utiliser le nom. Les opinions publiées dans Astronomie‐Québec n’engagent que leurs auteurs et ne sont pas nécessairement celles de l’éditeur ou celles des annonceurs. Le contenu d’Astronomie‐Québec ne peut pas être reproduit (2016), mais la publication peut être redistribuée librement ; prière de donner le lien du site Web (http://astronomie.quebec) afin de nous permettre de mieux servir nos lecteurs. Dépôt légal ∙ Bibliothèque et Archives nationales du Québec http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2110203 Janvier/février 2016 2 http://astronomie.quebec
Voir double  : Andromède/Persée Pour commencer l’année, je vous propose cette fois-ci une petite tournée de quelques objets brillants du ciel d’hiver  : trois étoiles doubles et deux amas ouverts. Tout d’abord, s’orienter… Notre carte (proposée en deux versions  : étoiles blanches sur fond noir, page 5, et étoiles noires sur fond blanc, page 6) offre une vue grand-angle (63° × 40°) du ciel lorsque l’on regarde très haut vers l’ouest. Elle est centrée sur Alpha Persei (Mirfak), notée α sur la carte. Cette étoile est la plus brillante de la constellation de Persée, d’où son appellation alpha (ou α en grec). La carte représente ce qui est visible depuis le sud du Québec, début janvier, à 22 h 00. Le centre s’élève à 75° au dessus de l’horizon (élévation). À 90° d’élévation se trouve le zénith, marqué d’un + ; c’est le point situé directement au-dessus de nos têtes. L’observateur faisant face à l’ouest, le nord est à droite et le sud à gauche. L’est est derrière l’observateur, plus haut que le zénith sur la carte. Mais pourquoi attendre 22 h 00, alors que les objets sont déjà visibles à 18 h 00 ? Il s’agit de leur permettre de s’éloigner un peu du zénith, position difficile pour certaines montures de télescopes… ainsi que pour certaines vertèbres cervicales ! Mais si rien ne s’y oppose, il y aurait peut-être lieu de profiter de cibles plus hautes et d’une heure moins tardive ; il vous faudra alors orienter la carte en conséquence. Commençons notre tournée par une visite d’Almach, γ And sur la carte, prononcé Gamma d’Andromède en français (les étoiles les plus brillantes font partie de plusieurs catalogues, d’où leurs nombreux noms). Almach fait partie des plus belles étoiles doubles du firmament. Sa brillance perce presque toutes les pollutions. Ses couleurs varient du jaune à l’orange pour une composante, et du vert émeraude au bleu pour l’autre ! Elle est superbe à 35× de grossissement. Pour la repérer, placez-vous face à l’ouest et regardez à 60° d’élévation (voir la carte)  : Almach, devant vous, sera accompagnée, à sa droite, par les étoiles brillantes de Cassiopée, formant le célèbre W (ou plutôt ∑ en ce moment) à 25° de distance (soit environ la largeur d’une main écartée, à bout de bras). Servez-vous ensuite d’Almach pour trouver 59 And, située tout près. Placez d’abord Almach au nord du champ de vision du chercheur (truc  : pour trouver la direction du nord, poussez légèrement la visée du télescope vers l’Étoile polaire ; de nouvelles étoiles entreront dans le champ de vision par le nord. Pour trouver la direction de l’ouest, laissez une étoile dériver à partir du centre du champ de vision en maintenant le télescope immobile ; elle dérivera vers avec Luc Descoteaux l’ouest !). Deux étoiles moins brillantes qu’Almach, mais plus brillantes que les autres, apparaitront au sud-est. Il s’agit de 58 And (plus brillante) et de 59 And (la plus rapprochée d’Almach). Centrez le télescope sur 59 And, grossissez 25×, et laissez mijoter… Très jolie ! Vient ensuite une des perles de l’hémisphère nord, connue depuis l’Antiquité  : l’amas double de Persée ! Il s’agit de deux amas d’étoiles ouverts Objet Genre Ascension droite Déclinaison Magnitude γ And Étoile double 02 h 04 min +42° 20′ 2,3 5,4 59 And Étoile double 02 h 10 min +39° 02′ 6,0 6,7 NGC 869 Amas ouvert 02 h 20 min +57° 11′ 5,3 NGC 884 Amas ouvert 02 h 23 min +57° 11′ 6,1 η Per Étoile double 02 h 51 min +55° 53′ 3,8 8,5 Pléiades Amas ouvert 03 h 48 min +24° 10′ 1,5 Janvier/février 2016 3 http://astronomie.quebec



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :