Astronomie Québec n°3-5 jan/fév/mar 2015
Astronomie Québec n°3-5 jan/fév/mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3-5 de jan/fév/mar 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : étudier la poussière stellaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
∆ SOL : Phases de la Lune ∙ Le système Terre– Lune, vu du nord. NL : nouvelle lune ; PQ : premier quartier ; PL : pleine lune ; DQ : dernier quartier. Vue du nord, la Lune se déplace en sens antihoraire, et est d’abord vue à l’ouest (soleil couchant), puis plutôt vers le sud, et enfin vers l’est (soleil levant). Illustration de l’auteur. Comme le montre cette représentation des phases lunaires, on peut constater qu’il peut y avoir parfois deux phases identiques (par exemple, pleine ou nouvelle SSS lune…) dans un même mois terrestre. HII ou le taux de criminalité ; là encore, il ne semble y avoir aucune étude d’envergure permettant d’affirmer cela. Mais physiquement, à quoi ressemble la Lune ? Elle a un diamètre d’environ 3480 km et orbite à une distance moyenne de 384 400 km de la Terre. La Lune tourne sur elle-même en un peu plus de 27 jours, ce qui correspond à peu près à sa période de révolution autour de la Terre ; on voit donc toujours la même face de la Lune qui pointe vers la Terre. Notre satellite est âgé d’environ 4,5 milliards d’années. La température à sa surface montre de grands écarts, puisqu’il n’y a pas d’atmosphère proprement dite pour distribuer la chaleur. Elle est au Soleil d’environ +123 °C, et à l’ombre de −233 °C [6]. Sur le site Moon Fact Sheet de la NASA, on indique « > 100 K to < 400 K [7]. La Lune est le seul autre astre que la Terre où l’Homme a posé le pied. Le programme Apollo de la fin des années 1960 et du début des années 1970 a permis à une douzaine d’hommes de fouler la surface lunaire. Le premier équipage à s’y poser fut celui d’Apollo 11, le 20 juillet 1969 ; Neil Armstrong et Edwin « Buzz » Aldrin y ont fait la première sortie extravéhiculaire lunaire de l’histoire de l’humanité. Les derniers astronautes à marcher sur la surface [6] Wikipédia. Lune ∙ http://fr.wikipedia.org/wiki/Lune [7] NASA. Moon Fact Sheet ∙ http://nssdc.gsfc. nasa.gov/planetary/factsheet/moonfact. html ( (de la Lune étaient ceux d’Apollo 17, en décembre 1972 [8]. La lumière visible qui nous parvient de la Lune provient du Soleil ; la Lune réfléchit la lumière solaire tout simplement comme la Terre le fait. C’est d’ailleurs la principale cause des phases lunaires. La Lune se déplace autour de la Terre sur son orbite ; elle change donc de position par rapport à l’observateur sur Terre, mais aussi par rapport à la position du Soleil dans l’espace. Ceci fait que lorsque la Lune est du même côté de la Terre que le Soleil, on ne la voit pas ; elle est éclairée du côté opposé à la Terre — c’est la nouvelle Lune. Puis, elle apparait dans le ciel du soir, présentant alors des phases qui grandissent d’environ 12° par jour, et elle s’éloigne du Soleil couchant en passant plutôt vers le sud d’autant à chaque jour [9]. Elle passe par le premier quartier, et elle continue jusqu’à être du côté opposé au Soleil ; elle se lève alors que le Soleil se couche — c’est la pleine lune. Après ce moment-là, la Lune devient observable seulement après le coucher du soleil, sa phase décroit, éclairée maintenant par le Soleil levant du matin ; elle passe par les phases inverses, décroissantes d’environ 12° par jour, jusqu’à la prochaine nouvelle lune. Ce cycle lunaire est appelé période synodique, et dure environ 29,5 jours ; il s’agit du [8] Wikipédia. Liste des hommes ayant marché sur la Lune ∙ http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_hommes_ayant_march%C3%A9sur_la_Lune [9] La Lune n’est jamais observée au nord. Elle peut s’élever très haute dans le ciel, mais elle ne passe jamais par le nord, par contre elle peut s’observer très basse au sud. c cr 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15
Éclipse de Lune de 1992, par l’auteur. Les éclipses de Lune ne se produisent pas à toutes les pleines lunes, tout comme les éclipses solaires ne se produisent pas à toutes les nouvelles lunes La Lune effectue son orbite autour de la Terre sur un plan un peu incliné (d’environ 5°) par rapport au plan du déplacement de la Terre autour du Soleil (que l’on appelle l’écliptique, puisque c’est le long de cette ligne que les éclipses se produisent). C’est pour cette raison que, souvent, la Lune n’est pas parfaitement alignée sur le plan formé par le Soleil et la Terre pour produire des éclipses. Pour qu’il y ait une éclipse, il faut que la pleine ou la nouvelle lune soit exactement alignée sur son orbite aux endroits où son orbite croise le plan de l’orbite de la Terre (on appelle ces croisements les nœuds des orbites ; le nœud ascendant du sud au nord, et le nœud descendant du nord au sud). Généralement, soit la Lune est au dessus, soit elle est en dessous de ce plan ! Il est intéressant de constater que nous vivons à une époque où le disque apparent de la Lune est de la même taille que le disque apparent du Soleil. Ceci permet des éclipses solaires totales, dans lesquelles le disque de la Lune couvre exactement celui du Soleil. Sachant que la Lune était si près de nous dans le passé et qu’elle s’éloigne toujours de nous, on comprend que sa taille apparente a bien diminué avec le temps ! temps entre l’observation de deux nouvelles lunes consécutives [10]. Il est intéressant de signaler que cette observation de la période synodique de la Lune est causée par le déplacement de la Terre autour du Soleil pendant que la Lune effectue son orbite autour de la Terre [9], [11]. En fait, la Lune prend environ 27,3 jours à effectuer une orbite autour de la Terre, ce qui est aussi le temps qu’elle met à effectuer un tour sur elle-même ; ces deux composantes étant synchronisées, il en résulte donc que l’on observe toujours la même face de la Lune vue de la Terre. de Lune se produit toujours lors d’une pleine lune, alors que celle-ci est à l’opposé du Soleil, et qu’elle est bien alignée avec l’ombre que la Terre projette dans l’espace ; la Lune passe alors en totalité (éclipse totale de Lune) ou en partie (éclipse partielle de Lune) dans l’ombre de la Terre et elle devient sombre — c’est l’éclipse. Même lors d’une éclipse totale, la Lune demeure toutefois observable ; elle prend une couleur rouge plus ou moins foncée, puisqu’elle est à ce moment principalement éclairée par de la lumière solaire indirecte réfractée (courbée) par l’atmosphère de la Terre [12]. Vous aurez compris que les éclipses de Lune et du Soleil sont causées par le déplacement de la Lune autour de la Terre. À certaines périodes, le système Soleil–Terre–Lune se trouve sur un plan bien aligné. Une éclipse [10] Fondation La main à la pâte. Périodes sidérale et synodique de la Lune ∙ http://www.fondation-lamap.org/fr/topic/13573 [11] Observatoire Paris-Meudon. Mouvement de la Lune et périodes de révolution ∙ http://media4.obspm.fr/public/AMC/pagesmouvement-terre-lune/mouvement-luneimpression.html Les observateurs les plus minutieux pourront noter que la lune change légèrement de taille apparente (diamètre apparent) tout au long du mois lunaire dans son déplacement autour de la Terre. C’est que son orbite elliptique l’approche de nous jusqu’à environ 363 000 km au périgée, et l’éloigne de nous jusqu’à environ 406 000 km à [12] Éclipse lunaire, http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89clipse_lunaire *0 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 1Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 2-3Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 4-5Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 6-7Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 8-9Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 10-11Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 12-13Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 14-15Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 16-17Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 18-19Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 20-21Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 22-23Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 24-25Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 26-27Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 28-29Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 30-31Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 32-33Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 34-35Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 36-37Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 38-39Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 40-41Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 42-43Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 44-45Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 46-47Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 48-49Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 50-51Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 52-53Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 54-55Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 56-57Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 58-59Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 60-61Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 62-63Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 64-65Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 66-67Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 68