Astronomie Québec n°3-5 jan/fév/mar 2015
Astronomie Québec n°3-5 jan/fév/mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3-5 de jan/fév/mar 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : étudier la poussière stellaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
et de Théia se sont retrouvés en orbite autour de la Terre, formant un disque de débris qui se seraient avec le temps rassemblés en un corps solide, qui serait devenu notre Lune. On peut donc conclure par ce scénario que c’est l’ancêtre de la Lune qui a pu causer, par un impact avec la Terre, l’inclinaison d’environ 23,4° de l’axe de rotation de la Terre, grandement responsable des saisons terrestres qui sont si bénéfiques à la diversité climatique et à la vie sur Terre. ∆ Belle vue d’ensemble du disque lunaire au premier quartier, tel qu’observable avec de petits instruments d’amateurs modernes. À l’époque de Galilée, vers 1610, les optiques des lunettes étaient bien moins performantes ; les images étaient donc bien moins définies. Crédit photo : Raymond Latulipe. La Lune est, avec le Soleil, un des acteurs qui causent les effets de marées sur Terre ; ceuxci sont principalement détectables dans les mers. À une époque lointaine, les effets de la gravité lunaire devaient probablement agir plus intensément, peut-être même sur les terres environnantes des grands plans d’eau. Des frictions importantes de grandes masses d’eau sur les plaques et les berges océaniques ont pu contribuer à ralentir la rotation de la Terre sur elle-même. La Lune était alors beaucoup plus près de la Terre, dont la rotation était beaucoup plus rapide. Il devait en résulter des marées plus fréquentes et beaucoup plus intenses. Aujourd’hui, la Lune est à une distance moyenne de près de 385 000 km de la Terre ; ses effets sont biens moins importants que dans le passé, alors que la Lune était beaucoup plus près de la Terre. Comme les premiers signes de vie sur la Terre semblent apparaitre il y a près de 14 Astronomie-Québec Janvier/février 2015
3,5 milliards d’années [3], on peut présumer que la Lune a influencé, depuis cette époque, l’évolution de la vie sur la Terre par son apport en énergie gravitationnelle. La Lune a probablement contribué, par des effets de marées importants, à des mouvements de masses d’eau plus chaude, qui ont pu transmettre à la surface de la Terre un peu plus de chaleur, favorable à l’évolution de la vie. Les effets des marées sur la surface de la Terre engendrent beaucoup d’énergie ; celle-ci a probablement contribué, avec les volcans, à restreindre les grandes périodes glaciaires qu’a connues la Terre. Ces grandes glaciations de la surface terrestre pouvaient être difficiles pour le développement de la vie sur notre planète. Au premier plan, la dérive des continents et les grandes régions de subduction des plaques, qui sont reliées à des activités sismiques et volcaniques importantes, ont contribué à réchauffer la surface de la Terre en période de grande glaciation. En plus, la Lune a surement, en illuminant les nuits, été bénéfique au développement de plusieurs espèces vivant sur terre. L’homme a surement su profiter de cette lumière lunaire pour chasser la nuit, ou même simplement pour se sécuriser dans ce monde passé qui était si peu accueillant pour nous. Encore aujourd’hui, combien de personnes se sentent sécurisées par la simple lumière de la Lune la nuit venue. La Lune a tôt fait ses impressions dans l’imaginaire de l’humanité. Plusieurs cultures ont considéré [3] Wikipédia. Origine de la vie ∙ http://fr.wikipedia.org/wiki/Origine_de_la_vie la Lune comme un objet céleste intouchable, et d’une perfection attribuable au monde des dieux. Il a fallu attendre les premières observations au télescope à l’époque de Galilée (17e siècle) pour conclure à la vraie nature imparfaite et à l’apparence criblée de cratères et de montagnes de la surface lunaire. La Lune est aussi, de toutes les époques, dans la poésie et la culture ; elle est source de plusieurs légendes, comme celle des loupsgarous. Il y a aussi plusieurs mythes à son sujet, comme l’existence des supposés habitants de la Lune, les Sélénites (ou Séléniens) [4]. D’un côté plus pratique, disons que certains agriculteurs (même si les bienfaits ne sont pas démontrés hors de tout doute) travaillent aux champs en suivant un calendrier lunaire ; les phases lunaires ont peutêtre ainsi influencé l’agriculture, si importante à l’évolution de l’humanité [5]. D’autres croient que l’apparence particulière et changeante de la Lune d’une soirée à l’autre dans le ciel indique quelle sera la météo des prochains jours ; on peut répondre que s’ils voient la Lune dans le ciel bien dégagé, la nuit risque d’être plus fraiche que si le ciel est couvert de nuages, puisque les nuages peuvent retenir un peu la chaleur qui a été accumulée le jour. Encore de nos jours, la Lune est servie à toutes les sauces : les croyances vont des affirmations que la pleine Lune influence le taux de natalité [4] Wikipédia. Sélénite (habitant) ∙ http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9l%C3%A9nite_(habitant) [5] LAVIGNE, Rose. « Cultiver avec la lune, comment les phases lunaires influencent l’agriculture ». Tout Vert, 11 septembre 2013 ∙ http://www.toutvert.fr/cultiver-avec-la-lunecomment-les-phases-lunaire-influencentlagriculture/Janvier/février 2015 astronomie-quebec.com 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 1Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 2-3Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 4-5Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 6-7Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 8-9Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 10-11Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 12-13Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 14-15Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 16-17Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 18-19Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 20-21Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 22-23Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 24-25Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 26-27Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 28-29Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 30-31Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 32-33Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 34-35Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 36-37Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 38-39Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 40-41Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 42-43Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 44-45Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 46-47Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 48-49Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 50-51Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 52-53Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 54-55Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 56-57Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 58-59Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 60-61Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 62-63Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 64-65Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 66-67Astronomie Québec numéro 3-5 jan/fév/mar 2015 Page 68