Astronomie Québec n°3-4 nov/déc 2014
Astronomie Québec n°3-4 nov/déc 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3-4 de nov/déc 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : Napoléon et le spot à Cassini.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Nom Const. Type Appréciation Difficulté Commentaire Vega Lyre Étoile ε Lyr Lyre Étoile multiple β Lyr Lyre Étoile variable M57 Lyre Nébuleuse planétaire Mon objet préféré M56 Lyre Amas globulaire Albireo Cygne Étoile double Un classique ! M27 Cygne Nébuleuse planétaire M71 Cygne Amas globulaire Cr399 Cygne Astérisme À observer aux jumelles γ Del Cygne Étoile double M15 Cygne Amas globulaire M2 Cygne Amas globulaire c) c) 4 4 t c3, c3) g t t Au bout de la nageoire se trouve Collinder 399, aussi surnommé l’amas du Cintre, mais qui n’a de l’amas que les apparences, car ce n’est qu’un alignement fortuit d’étoiles sans lien entres elles (on appelle cela un astérisme). Dans un beau ciel, je peux l’apercevoir à l’œil nu, mais c’est aux jumelles qu’il est à son meilleur. Au télescope, il risque de dépasser le champ de l’oculaire, mais j’arrive à le voir en entier avec mon Dobson à 32× avec un oculaire à grand champ. Continuons avec ce qui forme la nageoire pectorale de notre cétacé imaginaire, et arrêtons-nous sur Messier 71, un autre amas globulaire. Celui-ci est faible et de forme plutôt triangulaire. On peut résoudre quelques étoiles au travers du fond très granuleux. C’est un objet d’autant plus magnifique à regarder qu’il se trouve dans un champ d’étoiles très riche, dans la Voie lactée, ce qui est inhabituel pour un amas globulaire. Poursuivons vers la constellation du Dauphin — le vrai, cette fois-ci ! —, où une magnifique étoile double, Gamma Delphini (γ Del), forme le nez de la constellation. Dans la littérature, cette étoile est décrite comme blanche-jaune et orangée. Curieusement, je la vois plutôt jaune et verdâtre. Ce n’est pas très étonnant : il y a rarement unanimité sur la couleur des doubles parmi les observateurs même les plus chevronnés. Cette étoile double est à observer au minimum à 25×. J’ai appris récemment que l’on soupçonne l’une des composantes de posséder une planète, mais que ça n’a pas encore été prouvé. Sautant du Dauphin à Pégase, le prochain objet est aussi l’un de mes préférés, et l’un des tous premiers que j’ai observés lorsque j’ai débuté mon loisir. Messier 15 est un amas globulaire impressionnant, presqu’autant que le fameux M13 dans Hercule selon moi. Riche et brillant, il est facile à trouver au bout du nez de Pégase formé d’une étoile appelé Enif. Son noyau brille comme une galaxie, et je peux résoudre de nombreuses étoiles à 133× avec mon télescope de 25 cm. En regardant attentivement, je crois voir plusieurs petites étoiles semblant lui appartenir assez loin du noyau, me 24 Astronomie-Québec Novembre/décembre 2014
laissant croire qu’il est assez étendu. Fait remarquable, il est l’un des rares amas globulaire connus possédant une nébuleuse planétaire : Pease 1 est visible sur plusieurs photos de M15, mais honnêtement, je ne l’ai jamais vue (voir l’article de Gilbert St‐Onge à la page 30). Je ne désespère pas ; elle est en haut de ma liste de défis ! Finalement, nous terminons cette randonnée par un autre amas globulaire, cette fois dans le Verseau. Plongeant tout droit au sud en direction de Beta Aquarii (β Aqr), je m’arrête aux trois-quarts du chemin et je tombe sur Messier 2. Cet amas est assez grand, mais mal résolu dans le ciel urbain d’où j’observe. Je vois bien une ou deux étoiles résolues clairement, mais le reste est plus soupçonné que vu. Très brillant malgré tout, il est facile à trouver. Bon ! Il se fait tard et je commence à avoir froid ; il est temps de ranger le télescope et de rentrer au bercail. C’était une bonne soirée. On se donne rendez-vous au prochain numéro pour une autre balade ! En haut : Photo de l’amas globulaire M15 prise par le Télescope spatial Hubble, avec la nébuleuse planétaire Pease 1 visible comme une tache bleue à gauche du centre. En bas : Dessin de l’auteur de l’amas globulaire M2. Astronome amateur depuis 2009, Normand Rivard se passionne pour les étoiles, qu’elles soient simples, doubles ou variables. Vos questions ou commentaires sont les bienvenus à normandrivard@icloud.com Novembre/décembre 2014 astronomie-quebec.com 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :