Astronomie Québec n°3-1 mai/jun 2014
Astronomie Québec n°3-1 mai/jun 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3-1 de mai/jun 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : Stonehenge, était-il vraiment un observatoire ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Recherche La lumière cachée Troisième partie Pour la troisième section de cet article, nous utiliserons des instruments d’amateurs, soit une petite lunette 100 mm à ƒ/6 et une caméra CCD ST7 de la compagnie SBIG. Notre objectif est d’imager une nébuleuse bien connue, soit la nébuleuse associée à la jeune étoile RY de la constellation du Taureau, et d’en déterminer la morphologie et l’étendue sur le ciel tels que détectables avec ces instruments. Pour cet exercice, nous n’utiliserons aucun filtre à l’optique de l’instrument.. 111.'. i i I... i i i Il *'-r. il - y4 i 41 ++'.'',r * i I. +..i. ai. +/4 a. -rtF, + *. v *, al'. + F * +.r *. " r', * l f{}'w ; , ,. F y'.'. * , i4 4', , +.. -. 111 + ; ^ i 1.. 0 1 e'#'w. « cc'.c,. -. A. a5. g1 e +9'+ i tif 4 & J. R - a FT. I.+., -\., g p a * 4 LO. 4 40 Astronomie-Québec Mai/juin 2014 }. ,. n4\PC Z o 4 "k'5 Na ry k ti+ Nébuleuse : Yves Tremblay Accessoire et effets : Astronomie‐Québec RY Tauri est une nébuleuse de petite taille apparente et très pâle, qui exige donc de longs temps d’intégration. Elle demeure discrète sur la plupart des images, principalement celles prises par des amateurs, sur lesquelles elle a souvent l’apparence d’une petite comète sur un fond de ciel bien sombre. Cette morphologie est tout à fait ce que l’on recherche pour notre petite expérience. Photo : G. St-Onge par Gilbert St‐Onge
t'*.4 Texte révisé par Pierre Bastien, Département de physique et Centre de recherche en astrophysique du Québec, Université de Montréal i a 4 V Image 1 L’Image 1 ci-dessus est le résultat de 1 200 s d’intégration. Le champ de l’image est de 36′ par 24′ (échantillonnage d’environ 2,8 s par pixel) ; les captures images ont été effectuées le 17 octobre et le 17 novembre 2009. Sur cette image, on peut tracer à peu près la ligne de contour de la nébuleuse et ainsi déterminer avec assez d’exactitude quelle en est l’apparence lorsqu’elle est imagée avec l’appareil CCD en question. Celui-ci a une plage de détection comprise entre les longueurs d’onde de 400 nm et 1100 nm. Cette série d’images a servi à effectuer des mesures de la dimension probable de la surface de cette nébuleuse triangulaire sur le ciel. L’image totale comporte 390 150 pixels ; la surface de la nébuleuse est estimée à 64 293 pixels, ce qui correspond à 142 minutes d’arc carrées. Sur cette base, on peut effectuer quelques estimations de la distribution des étoiles sur le ciel, en présumant qu’il ne doit y avoir devant la nébuleuse que les étoiles proches, situées entre nous et la nébuleuse. Cette nébuleuse est à une distance de 134 pc ; il y aurait donc moins d’étoiles devant elle que sur le reste du ciel environnant, plus profond. Méthode En utilisant l’image 1, on peut estimer le nombre d’étoiles par secteur sur celle-ci. L’image 2 cidessous nous révèle le nombre d’étoiles dans huit grandes régions de l’image. Les régions carrées sur celle-ci sont de surface identique Image 2 Comme on l’a vu dans les deux parties précédentes de ce dossier, la présence de matière sombre [1] trop faible pour être lumineuse sur les images peut nous révéler bien des choses. Dans ce casci, on veut connaitre la morphologie générale sur le ciel de cette petite nébuleuse, alors servonsnous de tous ses atouts. On peut présumer que la nébuleuse dans son ensemble obstrue la lumière des étoiles derrière elle, autrement dit, plus loin qu’elle. Il est donc fort probable que même les régions de cette nébuleuse, qui sont d’une luminosité trop faible pour être détectées directement sur l’image CCD, affectent aussi la luminosité des étoiles qui sont derrière elle. [1] Au sens de « matière non lumineuse » et non au sens de cette « matière » de nature inconnue qui remplirait l’espace entre les galaxies., R. 6 MI I ,..*. Mai/juin 2014 astronomie-quebec.com 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :