Astronomie Québec n°3-1 mai/jun 2014
Astronomie Québec n°3-1 mai/jun 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3-1 de mai/jun 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,8 Mo

  • Dans ce numéro : Stonehenge, était-il vraiment un observatoire ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Parmi les astronomes québécois, citons David H. Levy (né en 1948 à Montréal) en sa qualité d’anthologiste. Rappelons-nous qu’il s’est illustré pour sa codécouverte en 1993 de la comète Shoemaker-Levy 9, entrée en collision avec la planète Jupiter en 1994. Chroniqueur à la revue Sky & Telescope, il a écrit deux livres dédiés à la poésie céleste : More Things in Heaven and Earth : Poets and Astronomers Read the Night Sky (1997) et Starry Night : Astronomers and Poets Read the Sky (2001). La thèse qui lui a permis d’obtenir son doctorat a également été publiée en 2011 sous le titre The Sky in Early Modern English Literature : A Study of Allusions to Celestial Events in Elizabethan and Jacobean Writing, 1572-1620. La fin du monde Les fins de siècle ont fait naitre chez les écrivains toutes sortes d’angoisse, dont celle de l’apocalypse universelle, sinon de fin du monde. C’était particulièrement évident en France vers la fin de la Belle Époque. Mais le Québec connut également ces inquiétudes de fin du monde. Ainsi, Pierre- Paul Paradis (1841–1912) décrira en 1895 la fin de l’humanité vénusienne (http://bibnum2.banq. qc.ca/bna/numtexte/175494.pdf). La fin du monde par un témoin oculaire (…) Hélas ! peut-on rêver quand sur soi le ciel croule : Le songe aime le calme et non le flot qui roule. Rêver sous de tels bruits ! Puisqu’on croit qu’en Vénus il existe des mondes, Ces mondes par la mort, mort aux ailes immondes, Pourraient être détruits. La distance à Vénus est incommensurable. Jamais je n’eusse pu voir l’étoile admirable Sans l’électricité, Parvenu sur la nue un courant électrique Donna, de tels élans au tourbillon magique Qu’en l’astre il m’a porté. La pluralité des mondes habités Si l’Église d’alors n’était guère enthousiaste à l’idée de mondes habités d’outre-ciel, la vision de cieux remplis d’humanités pareilles à nous a inspiré quelques auteurs à imaginer les habitants d’autres planètes. Par exemple, Léon-Pamphile LeMay (1837– 1918) — romancier, poète, conteur, traducteur, bibliothécaire et avocat québécois — dans son poème Les mondes (http://bibnum2.banq.qc.ca/bna/numtexte/33885.pdf), nous offre un portrait du ciel qui appelle la pluralité des mondes habités. Les mondes (…) Et comme cette terre où, nous autres, nous sommes, Naissant, mourant toujours, depuis des milliers d’ans, Astres mystérieux, avez-vous donc des hommes Créés d’une parole à l’aurore des temps ? Et, comme nous encor, quelque péché funeste Les a-t-il dépouillés de leur glorieux sort ? Et, comme nous toujours, l’holocauste céleste Les a-t-il rachetés de l’éternelle mort ? Et chaque monde a-t-il son destin ? Et la vie Diffère-t-elle encor dans cette immensité ? Chaque globe qui roule en la plaine infinie, Comme un roi de sa cour, est-il donc escorté D’astres pareils entre eux, mais différents des autres ? Ô séjours inconnus, avez-vous tour à tour, Guerre et paix, joie et pleurs ? Avez-vous des apôtres Qui vont proclamant Dieu, la science, l’amour ? tiré de Les Épis (1914) Sur un ton plus léger, nous avons la poésie de Jean Narrache (1893–1970), pseudonyme d’Émile Coderre. Né à Montréal, il travailla comme pharmacien et collabora à différentes revues et journaux. On se rappelle de lui comme d’un écrivain populiste, sensible à la misère des pauvres gens. En regardant la lune (…) J’vois la lune au d’ssus des bâtisses, Ell’r’luit comme un trent’sous tout neu ; ma foi d’gueu, c’est ell’qui m’rend triste et qui m’met des larm’s dans les yeux. En la r’gardant, des fois, j’me d’mande si y’a des gens qui viv’nt là-d’ssus qu’ont faim quand la misère est grande, qu’ont fret’parc’qu’y ont pas d’pardessus. (…) Tandis que j’rêve au clair d’la lune, doit y’en avoir en pamoison, par là, qui pleur’nt leurs infortunes au clair d’la terr’… comm’de raison ! tiré de Quand j’parl’tout seul (1932) Conclusion Si les épanchements poétiques semblent bien loin des réalités de la science, l’astropoésie nous permet de célébrer l’une sans renier l’autre. Certes, aujourd’hui, nous n’avons plus besoin de longs poèmes didactiques pour nous renseigner sur le cosmos. Mais les sentiments que nous éprouvons pour notre passion des étoiles continuent d’alimenter la poésie d’inspiration astronomique. Pas besoin d’un télescope pour être rêveur d’univers ! 22 Astronomie-Québec Mai/juin 2014
Votre page Lecture M. André Bordeleau vient de publier un livre intitulé Flags of the Night Sky : When Astronomy Meets National Pride (« Drapeaux du ciel nocturne : Quand l’astronomie rencontre la fierté nationale ») avec la maison d’édition américaine Springer. Le livre est disponible en eBook au cout de 19,99 $, ou en couverture souple au cout de 34,99 $. ▶▶ Explique les étoiles et les constellations trouvés sur les drapeaux nationaux de nombreux pays à travers le monde ▶▶ Présente une couverture complète des symboles célestes affichés sur les bannières nationales — des croissants lunaires à la Croix du Sud ▶▶ Offre une approche originale de l’astronomie de base, tout en enseignant l’histoire de pourquoi ces symboles astronomiques ont été utilisés Beaucoup de drapeaux nationaux ont des caractéristiques astronomiques — le Soleil, la Lune, les étoiles —, mais sont-ils vraiment basés sur des objets astronomiques existants ? Le drapeau des États-Unis arbore 50 étoiles, une pour chaque état, mais aucune d’entre elle n’est liée à de véritables étoiles. En outre, le croissant lunaire a souvent la forme du Soleil éclipsé par la Lune. À certains moments, on voit les étoiles à côté du croissant, où le disque sombre de la lune devrait être ! Ce livre présentera de véritables F : Flags of the Night Sky.7 r ; ttranamx i{fets HaaronalPride. x..LSrpriago objets et dessins astronomiques mis en évidence sur les drapeaux nationaux et fait le lien à des capsules informatives entre ces objets et les raisons politiques pour lesquelles ils ont été choisis pour orner un tel symbole important. http://www.springer.com/ ? SGWID=0- 102-24-0-0&searchType=EASYCDA&queryText=bordeleau&x=0&y=0 M -51 NGC 5194 RCX 400 10" Canon EOS RebeI Ta4 0 2014, Denis Goyetie 7'l'17ar$ 2014 Observatoirq POLARIS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :