Astronomie Québec n°2-6 mar/avr 2014
Astronomie Québec n°2-6 mar/avr 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2-6 de mar/avr 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 42

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... impossible n'est pas Fullum.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
La Lune t’éœure ? u e-a pas... va Jo "f c\/ter Le lac noir d'Hevelius Les deux premiers systèmes de nomenclature pour cartographier la Lune ont été créés par Michael Florent van Langren (dit Langrenus, 1598–1675) en 1645 et par Jan Heweliusz (latinisé en Johannes Hevelius, 1611–1687) en 1647. Pas surprenant que deux gros cratères portent leur nom encore aujourd’hui. Hevelius a donné le nom « Grand Lac Noir » (Lacus Niger Major [1]) à ce qui se nomme aujourd’hui le cratère Platon, et c’est notre cible aujourd’hui. On le retrouve dans l’atlas de Rükl sur la carte #3, un jour après le premier quartier (et au dernier quartier). Avec 104 km de diamètre et 2 km de profondeur, c’est une cible facile et populaire, mais je l’aime bien, d’autant plus qu’il a ses propres défis ! Photo : P.Tournay par Pierre Tournay Au premier regard, il n’est pas surprenant que le nom de « Grand Lac Noir » ait été choisi par Hevelius. Si vous l’observez attentivement, toutefois, vous verrez que son cirque n’est pas noir partout. En effet, vous pourrez détecter des longues régions étroites plus pâles en vous aidant de la photo du haut de la page suivante, dont les couleurs ont été fortement exagérées. Il sera évident que cette poussière pâle [1] Le Lacus Niger Minor était pour Hevelius une tache au nord des Alpes lunaires. provient d’impacts de cratères avoisinant Platon. Aucun pic central n’est visible, car celui-ci est complètement englouti dans la lave sombre. L’attrait de Platon pour les astronomes amateurs est le défi de voir cinq ou six de ces microimpacts répandus dans son cirque. Ceux-ci sont de l’ordre de 2 km mais avec la photo du bas de la page suivante, vous pourrez pousser votre télescope — et vos talents d’observateur — au maximum en connaissant la position de microimpacts aussi petits que 0,9 km de diamètre. Pour ce faire, n’oubliez pas que le scintillement atmosphérique est crucial. Il faudra vous assurer d’une collimation optique précise et d’un équilibre thermique parfait… Je me permettrai d’ajouter que ça aide aussi quand on a soi-même — ou quand on a un copain qui a — un télescope de 500 mm de diamètre… Si vous pouvez détecter des microimpacts de 1 km, n’oubliez surtout pas de vous régaler la vue sur les détails des effondrements tout autour de Platon. Imaginez l’échelle de ces effondrements, sachant que vous avez vu des microimpacts de l’ordre de 1 à 2 km ! Platon est exquis quand les ombrages de ses remparts viennent s’étendre dans son cirque. C’est de toute évidence un « Grand Lac Noir » dans les deux sens du mot ! 32 Astronomie-Québec Mars/avril 2014
Ci-contre : le cratère Platon pris par George Tarsoudis le 11 novembre 2008 à 18 h 08 TU. http://www.lunar-captures.com o Visibilité : Un jour après le premier quartier, et dernier quartier Dates : 8–9–10 mars, 1er mars 03 h 00 HNE 30 mars 14 h 45 HAE 29 avril 02 h 14 HAE 16 mars 13 h 08 HAE I 15 avril 03 h 42 HAE p 8 mars 08 h 27 HNE 7 avril 04 h 31 HAE 23 mars 21 h 46 HAE 22 avril 03 h 52 HAE Source : http://aa.usno.navy.mil/cgi-bin/aa_moonphases.pl ? year=2014 Attention au changement d’heure ! Pour le Canada, c’est dans la nuit du 8 au 9 mars, à 02 h 00, que l’on avance l’heure : il sera alors 03 h 00. Les heures du tableau ci-contre sont données en heure normale de l’Est (HNE) avant ce moment, et en heure avancée de l’Est (HAE) après ce moment. Mars/avril 2014 astronomie-quebec.com 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :