Astronomie Québec n°2-6 mar/avr 2014
Astronomie Québec n°2-6 mar/avr 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2-6 de mar/avr 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 42

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... impossible n'est pas Fullum.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
B de s’échapper et alors l’étoile gonfle, car sa température augmente (A). En gonflant, elle se refroidit en surface et l’hélium redevient donc transparent (B), ce qui permet à la chaleur de s’échapper (C). Le gonflement cesse et la gravité force la matière à se contracter (D) et le cycle recommence. Les céphéides se comportent comme des marmites-pression. A D C Projets d’observation Les céphéides sont des étoiles variables idéales pour quiconque veut s’initier à ce domaine. Elles ont l’avantage d’être constamment en changement et d’avoir une période assez courte pour les rendre intéressantes aux amateurs. Pas besoin d’équipement sophistiqué : de simples jumelles (idéalement sur trépied) ou un petit télescope, un atlas du ciel, et un calepin pour prendre des notes, permettront de capturer un cycle complet de variation en une semaine ou deux (en supposant que la météo collabore le moindrement). Comment ça marche, une Céphéide ? Les raisons de la variabilité de ces étoiles espiègles sont demeurées une énigme jusqu’à ce qu’Arthur Eddington donne une première explication plausible, confirmée plus tard par S. A. Zhevakin. Les céphéides sont de très vieilles étoiles, des géantes ou supergéantes jaunes de 3 à 30 fois plus massives que le Soleil, et 100 à 30 000 fois plus lumineuses et donc très chaudes. Vu leur âge, elle contiennent beaucoup d’hélium qui lorsqu’il est ionisé, devient opaque lorsqu’il est chaud. C’était la clé du mystère. Selon un mécanisme appelé « valve d’Eddington » (voir illustration), cette opacité empêche la chaleur Dans le cas de delta Cephei, il existe fort heureusement deux étoiles à proximité qui serviront de référence pour estimer sa magnitude. En comparant avec ses voisines ε et ξ (epsilon et zêta), on donne une cote d’éclat à δ de 1 à 5, où 1 signifie « aussi brillant que zeta » et 5 « aussi faible qu’epsilon ». On répète l’expérience chaque soir pendant une semaine, et on devrait obtenir une courbe couvrant un cycle complet (ci-dessous). Le plus intéressant est bien sûr de tenter de capturer le plus précisément possible les moments du minimum et du maximum de δ Cep. Lorsque l’on approche de ces moments, on peut prendre des mesure aux heures. Le tableau de la page suivante présente quelques autres étoiles populaires du même type, qui pourraient vous servir de cibles idéales. Da1Ea Cephei +35 ti, ti + s i▪ w S▪,. a.. t, w.C. i + Û F. 1.0 1-9 uh 14 Astronomie-Québec Mars/avril 2014
Désignation α 2000.0 δ 2000.0 Notes η Aql 19 h 52 min 28,4 s +01° 00′ 20″ Un peu plus difficile que δ Cep, ses variations sont d’un peu moins d’une magnitude en eta Aquilae moins de 8 jours. On se sert des étoiles δ et ι Aql comme références. α UMi Polaris 02 h 31 min 49,1 s +89° 15′ 51″ Hé oui ! notre bonne vieille Étoile polaire est une céphéide ! Elle est cependant un peu particulière, car son amplitude a réduit à presque zéro et sa période augmente. BF Oph 17 h 06 min 05,5 s −26° 34′ 50″ Située à environ 1° au sud-est de l’amas globulaire M 19 dans Ophiuchus, cette étoile varie de la magnitude 6,9 à 7,7 en 4 jours. X Cyg 20 h 43 min 24,2 s +35° 35′ 16″ Céphéide brillante et facile à trouver qui varie de la magnitude 5,9 à 6,9 en un peu plus de 16 jours. SU Cyg 19 h 44 min 48,8 s +29° 15′ 53″ Située non loin d’Albiréo, elle varie de 6,4 à 7,2 en 3,8 jours. U Sgr 18 h 31 min 53,3 s −19° 07′ 30″ Un rare exemple de céphéide dans un amas ouvert (M 25 dans le Sagittaire). Varie de 6,3 à 7,1 en 6,7 jours. RR Gem 07 h 21 min 33,5 s +30° 52′ 59″ Une céphéide doublement intéressante, puisqu’elle est une des plus rapides, avec une période de seulement 9,5 heures, et parce que cette période aurait allongé depuis que l’on l’observe. Varie de la magnitude 10,6 à 12,0. Ci-dessous, on trouve des cartes pour trouver δ Cep ; celle du haut a un champ de 90° et celle du bas, un champ de 10°. a #rt 71 I. IA laorai I11 k Yi + BM *iiBibliographie http://en.wikipedia.org/wiki/Cepheid http://fr.wikipedia.org/wiki/Céphéide http://fr.wikipedia.org/wiki/DeltaCephei http://www.aavso.org/types-variables http://www.aavso.org/vsx/help/VariableStarTypeDesignationsInVSX. pdf http://www.aavso.org/cosmic-distanceladder http://www.aavso.org/vsots_delcep Levy, David H. David’s Levy Guide to Variable Stars. 2nd Ed. 2005 Cambridge Press. http://www.kusastro.kyoto-u.ac.jp/vsnet/index.html iAN -. r Ers !. -. T 4 +, K ikc v. 16C31416 ALMII I\, w Ty c : * + +. 4,"mean- + Mars/avril 2014 astronomie-quebec.com 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :