Astronomie Québec n°2-3 sep/oct 2013
Astronomie Québec n°2-3 sep/oct 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2-3 de sep/oct 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : HR 8799... première image d'un autre système planétaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Astronomie 101 Vous en avez probablement entendu parler car elles sont l’un des thèmes les plus « chauds » en actualité scientifique. On découvre de plus en plus de planètes en orbite autour d’autres étoiles. Les techniques d’observation s’améliorent de plus en plus, et il est maintenant possible de découvrir des planètes qui sont semblables à la Terre en taille et en composition. Attention car cependant, ce n’est pas parce qu’on découvre une exoplanète qu’on découvre alors une civilisation extraterrestre ! Il est fort probable que les exoplanètes découvertes jusqu’à maintenant soient inhabitées et même dépourvues de traces de vie. La présence de planètes autour d’étoiles autre que le Soleil était bien sûr prévisible, et cela fut considéré possible depuis le 16 e siècle. Sauf que bien sûr, à cette époque les instruments et le contexte religieux et culturel ne permettaient pas l’observation d’astres aussi éloignés et aussi peu brillants ; il a fallu attendre la fin du 20 e siècle avant de pouvoir en découvrir pour vrai ! Photo : E. Szczerbinski par Eddy Szczerbinski Les premières exoplanètes furent découvertes dans les années 1990, et de façon indirecte, c’està-dire qu’on a plutôt détecté leur impact sur leur environnement. Par exemple, on pouvait mesurer un mouvement infime de certaines étoiles, qui pouvait s’expliquer par la présence d’une ou de quelques exoplanètes autour d’elles. Saviez-vous que notre Soleil était influencé par les planètes, mais surtout par Jupiter qui est la planète la plus importante ? Bien sûr, le Soleil compte pour plus de 99,9% de la masse totale du système solaire, mais l’importance de la masse de Jupiter (presque tout le reste de la masse du système solaire si on enlève le Soleil) fait bouger légèrement le Soleil sur son axe de rotation. C’est le même genre de phénomène que l’on peut observer chez d’autres étoiles, et ainsi détecter une ou quelques possibles exoplanètes. C’est l’effet Doppler qui nous permet de voir ces infimes mouvements de l’étoile. On constate ce même phénomène lorsqu’on entend le bruit d’une moto qui s’approche ; le bruit deviendra alors de plus en plus aigu, mais de plus en plus grave si elle s’éloigne — et si le conducteur ne rince pas son moteur ! Ce même phénomène s’applique aussi aux ondes lumineuses et permet ainsi de voir le déplacement d’étoiles. Une autre méthode indirecte assez commune consiste à mesurer la variation de luminosité d’une z,i, 4 Astronomie-Québec Septembre–octobre 2013
étoile. Ce principe est relativement simple : si la planète passe devant l’étoile, elle obscurcit alors légèrement cette dernière (voir l’image ci-dessous, traduction d’une image de la NASA). On peut détecter la présence d’exoplanètes en étudiant la régularité de ces obscurcissements, comme la planète revient au même point de son orbite. Depuis 2008 environ, on peut maintenant observer directement des exoplanètes de taille importante, c’est à dire des exoplanètes de la taille de Jupiter ou plus. Cependant, les techniques et la technologie avancent si rapidement que l’on pourra sans doute bientôt observer directement des exoplanètes de la taille de la Terre ou même encore plus petites. Je vous invite à lire la petite histoire de la première image d’un système planétaire extrasolaire, racontée par l’auteur de cette image, dès la page 8. La sonde Kepler, dont la mission a récemment été interrompue par un bris irréparable, était dédiée à la détection et à l’observation d’exoplanètes. À elle seule, cette sonde à découvert plus de la moitié des exoplanètes présentement confirmées. Bien qu’elle soit encore utile pour autre chose, ce serait dommage qu’elle ne soit pas réparée ou remplacée pour sa mission primaire… Il est difficile présentement de découvrir des exoplanètes situées à plus de 500 années-lumière de nous, mais selon des estimations prudentes, il y aurait plus de 100 milliards de planètes seulement dans notre galaxie ! Finalement, il est intéressant de noter aussi que des exoplanètes existent aussi à l’état « errant », c’està-dire qu’elles ne sont pas en orbite autour d’une étoile. Il existerait peut-être même des planètes en orbite autour de certains trous noirs ! N’hésitez pas à m’envoyer vos commentaires et questions. Profitez aussi des soirées qui s’allongent pour regarder le ciel et profiter de ses splendeurs ! Septembre–octobre 2013 www.astronomie-quebec.com 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :