Astronomie Québec n°2-2 jui/aoû 2013
Astronomie Québec n°2-2 jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2-2 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : des aurores gratte-ciel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Recherche.. - r f J I, { ti - r * f r ` +a - 1'M, - i J r r -'+ -+ ;'+ r i *. +'A Dr,r Ir.i. ti. r r L + 1 ArGr 200 r -.I +f I r - r'-.- Sl'. i a I r.r L : 19 r - r :. if ; i, '+'1 i'4" i r., n1{rr'- r J - i- - Itf Ï * FI r I + +- +.* r'. 1n. 9'.i "r `. tit. r J. r r - r is.''-. et ses amas d’étoiles Qui des astronomes amateurs ne connait pas Messier 31, la grande galaxie de la constellation d’Andromède ? Celle-ci est observée depuis fort longtemps ; c’est l’une des rares galaxies que l’on puisse voir à l’œil nu. Il a fallu attendre au début des années 1900 pour que les instruments et les méthodes d’observation permettent de conclure qu’il s’agit d’une galaxie, au même titre que notre Voie lactée, et de constater ainsi qu’elle est située fort loin des frontières de notre Galaxie. Elle fait par contre partie de notre Groupe local de galaxies, qui contient quelques dizaines de galaxies. Photo : G. St-Onge par Gilbert St‐Onge À l’œil nu, on l’observe comme une petite nébulosité tout près de l’étoile Nu de la constellation d’Andromède (ν And). Dans un ciel du milieu urbain, en périphérie des grandes villes, il est parfois possible de la distinguer à l’œil nu quand elle est très haute dans le ciel et que les conditions sont les plus favorables. Elle est par contre très facile à observer à l’aide d’une simple paire de jumelles ou un petit télescope. Plus souvent qu’autrement, elle est moins spectaculaire au télescope qu’aux jumelles ; aux jumelles, on a un grand champ qui permet de distinguer l’ensemble de la galaxie sur le ciel — c’est parfois très spectaculaire sur un ciel bien noir. Au télescope, le champ réduit nous permet de détecter seulement une partie de la galaxie à la fois, ce qui enlève au côté spectaculaire de cette superbe galaxie. La figure en haut à gauche de la page suivante présente un dessin de la galaxie Messier 31 effectué dans un ciel sombre à l’aide d’un télescope de 310 mm (12″) d’ouverture à ƒ/15 et d’un oculaire de 60 mm (G = 77,5×). On peut y voir seulement les régions tout près du noyau de la galaxie ; une vingtaine d’étoiles y sont notées. Les observateurs habitués à Messier 31 savent bien que cette galaxie contient un objet du catalogue NGC ; il s’agit d’une grande région d’étoiles qui se 36 Astronomie-Québec Juillet–aout 2013
Dessin réalisé par l’auteur le 13 septembre 1982 avec un télescope de 310 mm (12″) ƒ/15 et un oculaire de 60 mm (G = 77,5×). situe dans un bras au sud-ouest de la galaxie. Cette région est si importante qu’elle a été cataloguée dans le NGC sous le numéro 206 [1][2]. Cette grande région s’observe sous la forme d’un grand nuage d’étoiles ; on peut le détecter avec des instruments d’amateurs. Certains semblent l’avoir observé l’œil à l’oculaire d’une petite lunette de seulement 100 mm d’ouverture sous un bon ciel. L’image frontispice de cet article indique la position de NGC 206 sur une image CCD de Messier 31 prise par Yves Tremblay. Lors d’observations de la galaxie Messier 31, on peut, comme amateurs, rechercher quelques aspects intéressants de sa morphologie, comme les bras spiraux, les grandes bandes sombres de poussières sur le plan du disque, les bras spiraux qui s’étendent à partir du noyau, rechercher des supernovas [3], ou même détecter quelques amas d’étoiles [4][5]. Pour comparaison, voici une image CCD grand champ, un peu comme si on observait M 31 à l’aide de jumelles, sauf qu’ici, les contrastes sont accentués et la magnitude limite est plus grande. Image prise par Michel Richer à l’aide d’un téléobjectif et d’une caméra CCD AudineQ, qu’il a fabriquée lui-même. Osons donc essayer de détecter quelques amas globulaires dans cette galaxie. Malgré des rumeurs voulant que l’observation d’amas associés à M 31 soit assez ardue, je voulais en avoir le cœur net. J’ai utilisé pour cet exercice l’image prise par Yves Tremblay qui figure en frontispice de cet article. Une recherche sur le Web permet d’accéder à quelques documents ; pour mes besoins, j’en ai utilisé quelques-uns pour identifier certains amas de M 31 [4][5][6]. Résultats Il m’a été facile d’identifier plus de 50 amas associés à Messier 31, même si l’image de Yves a été réalisée dans un ciel pollué en banlieue de Montréal, et en plus avec une petite lunette de seulement 80 mm d’ouverture ! Il aurait été facile d’identifier plusieurs Messier 31 Messier 31 α 2000.0 : 00 h 42 min 44,4 s δ 2000.0 : +41° 20′ 20″ Type : Galaxie SAS3 Magnitude apparente : 4,16p Grand axe : 190,55′ (3° 10′ 33″) ammo : 00 h 42 min 44,4 s 2000.0 : +41 20 20 Type : Galaxie SAS3 Magnitude apparente : 4,16p Grand axe : 190,55'(3° 10'33") L’image frontispice de l’article indique la position de NGC 206, un grand nuage de formation d’étoiles, au sein de la galaxie Messier 31. Cette image fut prise avec une lunette de 80 mm (3,2″) d’ouverture à ƒ/7 en banlieue de Montréal. Crédit : Yves Tremblay http://myastrophoto.com Source : Logiciel COELIX, Jean Vallières Source : Logiciel COELIX,Jcan Vallières Juillet–aout 2013 astronomie-quebec.com 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :