Astronomie Québec n°2-2 jui/aoû 2013
Astronomie Québec n°2-2 jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2-2 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : des aurores gratte-ciel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
.. -'re k r ;'. r I -r, -'f 4-e. +.Fil+r , '/f 1. y 11 Le pharaon Akhénaton et sa famille (la femme au chapeau à gauche du pharaon serait sa fille Mérytaton) adorent le dieu-soleil Aton, représenté sous la forme d’un disque avec des rayons.. — —. -a...miff/C.= La photo cidessous montre des protubérances tout près du limbe gauche. Photo 2008 Miroslav Druckmüller, Peter Aniol, Martin Dietzel, et Vojtech Rušin. Avec l’aimable autorisation de Miroslav Druckmüller Depuis que l’on connait l’existence de la couronne solaire, nous pouvons supposer que les anciens Égyptiens l’avaient peut-être bien représentée sur certaines de leurs figures. En effet, on a découvert que la couronne solaire est très vaste et extrêmement filamenteuse. Essentiellement, la couronne solaire est constituée de gaz ionisé et de plasma d’une densité extrêmement faible, soit environ 10 12 fois moins dense que la photosphère. La température de la couronne solaire peut atteindre les 3 000 000 K, ce qui représente un très grand écart de température avec les 5 600 K observés à la surface de la photosphère. Mais comment expliquer que la température soit plus élevée dans la couronne ? Avec le satellite japonais Hinode et l’observatoire spatial SDO de la NASA, les chercheurs ont pu mesurer la température des spicules avec précision, et ils ont découvert de très grandes quantités de chaleur qui quittent la surface solaire pour rejoindre la couronne par des jets de plasma très chauds. C’est le résultat de ces mesures qui permet d’affirmer que les spicules transporteraient du plasma à plus d’un million de kelvins. Dans les années 1960, le physicien suédois Hannes Alfvén émit l’hypothèse d’ondes (dites d’Alfvén) [2] qui, en parcourant l’atmosphère solaire, la réchaufferaient. La sonde Hinode a confirmé l’existence de ces oscillations du champ magnétique ; de plus, elle a permis d’observer en moyenne près de 240 jets coronaux par jour. Probablement que Hinode apporte ici une preuve que les ondes d’Alfvén observées ont suffisamment d’énergie pour élever la température de la couronne solaire à ce point ainsi que d’accélérer les vents solaires à plusieurs centaines de kilomètres par seconde. Le satellite Hinode a permis aux scientifiques de mieux comprendre certains mécanismes de notre étoile, le Soleil, mais bien que ce soit une grande avancée, il reste bien des choses à découvrir et à confirmer. Depuis plusieurs décennies, les chercheurs et les physiciens solaires font des recherches pour découvrir les secrets que renferme notre étoile… Un autre mystère de la couronne solaire est sur le point d’être percé avec des images prises lors des éclipses solaires de 2006 et 2009, grâce aux études faites par l’astrophysicien Adrian Daw, du Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt (Maryland), avec la collaboration d’une équipe internationale de scientifiques dirigée par Shadia Habbal de l’Institut pour l’astronomie (IFA) de l’Université de Hawaii. Avec des images de la couronne solaire de la même éclipse que celle illustrée ci-contre, en frontispice de l’article, et à la page suivante, ainsi que d’autres éclipses, ils ont observé diverses lignes d’émission du fer : le Fe XIV à 530,3 nm (vert), le Fe XI à 789,2 nm (proche infrarouge), et le Fe XIII à 26 Astronomie-Québec Juillet–aout 2013
1074,7 nm (infrarouge). Ce groupe de chercheurs a eu quelques surprises, notamment que l’émission s’étend sur au moins trois rayons solaires et qu’il y a des régions localisées de renforcement de la densité de ces ions de fer. Ces observations semblent donner quelques informations supplémentaires concernant les mécanismes à l’origine de la haute température de la couronne solaire. Aujourd’hui ou hier, peu importe l’époque, que se soit pour les Égyptiens ou les Incas, le dieu-soleil a toujours fasciné les hommes, et il est loin de nous avoir révélé tous ses secrets. Mais il nous reste environ 4.5 milliards d’années pour les découvrir ! [1] Le coronographe est un instrument qui masque le disque solaire avec un cône sombre ayant le même diamètre apparent que celui du Soleil. Cet instrument crée une éclipse artificielle. Il a été imaginé en 1930 par Lyot pour l’étude de la couronne solaire en dehors des éclipses. [2] Les ondes d’Alfvén sont des ondes qui se déplacent à très grande vitesse, atteignant plusieurs milliers de kilomètres par seconde. Elles apparaissent dans un plasma qui est plongé dans un champ magnétique, et c’est alors qu’elles prennent la forme d’oscillations du champ, entrainant localement les oscillations des ions. ! DANGER Ne jamais observer le soleil sans filtre solaire adéquat ! Références Eclipses Yield First Images of Elusive Iron Line in Solar Corona (en anglais) http://bit.ly/LigneFer L’énigme de la couronne solaire résolue http://bit.ly/CorEnig Biographie — Bernard Lyot http://bit.ly/BLyotBio Inti, le dieu du Soleil http://bit.ly/IntiSoleil Remerciements Miroslav Druckmüller, pour les photographies d’éclipses http://www.zam.fme.vutbr.cz/druck/Eclipse/index.htm En regardant bien la photo ci-dessous, on peut facilement voir les filaments de matière qui suivent les champs magnétiques émis par le Soleil. Photo 2008 Miroslav Druckmüller, Peter Aniol, Vojtech Rušin. Avec l’aimable autorisation de Miroslav Druckmüller



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :