Astronomie Québec n°2-2 jui/aoû 2013
Astronomie Québec n°2-2 jui/aoû 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2-2 de jui/aoû 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : des aurores gratte-ciel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Ciel profond Nouveaux amas stellaires dans les régions du sud** Traduction d’un texte originellement paru dans le Bulletin des observatoires de Tonantzintla et Tacubaya (Boletín de los Observatorios de Tonantzintla y Tacubaya), Vol. 2, No. 18, 1959, sous le titre « Nuevos cumulos estelares en regiones del sur », reproduit avec l’aimable autorisation de la Revue mexicaine de l’astronomie et de l’astrophysique (Revista Mexicana de Astronomía y Astrofísica). Une première recherche de nouveaux amas stellaires a été amorcée sur les plaques photographiques existantes de l’Observatoire de Tonantzintla. Les plaques ont été prises avec l’appareil photo Schmidt sur émulsion Eastman 103 aE, et à travers un filtre Wratten 29. Les expositions sont pour la plupart de 20 minutes et dans certains cas plus longues. Les régions examinées couvrent environ 550 degrés carrés le long du plan galactique, avec pour résultat à la découverte de 24 amas galactiques et 2 amas globulaires. La liste des amas galactiques, ainsi que certaines données pertinentes figurent dans le Tableau I. Les colonnes 2 et 3 de ce tableau contiennent les coordonnées équatoriales pour l’équinoxe de 1950. Les colonnes 4 et 5 donnent les coordonnées galactiques dans le nouveau système [1]. La colonne 6 indique la magnitude de l’étoile la plus brillante du groupe ; ce sont les magnitudes duC. D. quand l’étoile brillante apparait dans ce catalogue. En cas contraire, les magnitudes sont estimées selon l’échelle duC. D. La colonne 7 donne le nombre d’étoiles que l’on croit appartenir au groupe (hormis l’effet d’arrièreplan). Dans la colonne 8 sont donnés les diamètres ou les dimensions des amas. Ces données, ainsi que celles de la colonne 7, sont basés sur les décomptes réalisés de la manière habituelle, en utilisant une grille polaire. Certaines notes sont ajoutées au tableau I. La liste [du tableau I] n’est pas exhaustive, puisqu’elle ne contient aucun objet douteux — surtout des étoiles multiples — dont certains pourraient être des amas galactiques à être examinés sur des plaques à longue exposition. Les résultats de l’étude détaillée de ces objets seront publiés dans un proche avenir. Enfin, dans le tableau II sont données les coordonnées équatoriales des nouveaux amas globulaires. Référence 1. Circulaire de l’IAU. 25 mars 1959. Ag Photo : Juan Carlos Yustis, photographe de l’Instituto de Astronomía de la Universidad Nacional Autónoma de México. par Paris Pişmiş TABLEAU I Amas galactiques N o α 1950 δ 1950 l II b II Magn. Dim. Nbre Exp. h min ° ′ ° ° ′ ′ d’étoiles min 1 08 16,2 −36 56 225,0° −0 30 11 4,6 100 30 2 08 16,4 −41 29 253,7 −3 03 15 4,3 97 30 3 08 29,3 −38 30 257,7 +0 41 13 6,5 140 20 4 08 32,8 −44 06 262,6 −2 03 7,7 18 × 5 11 Néb. 20 5 08 35,7 −39 29 259,1 +2 09 11 2,0 10 20 6 08 37,6 −46 03 264,6 −2 35 9,2 1,5 15 20 7 08 39,2 −38 30 258,8 +2 16 13 2,5 40 60 8 08 39,7 −46 07 264,8 −2 18 10,5 2,0 30 60 9 08 41,3 −44 42 267,0 −1 12 10 3,3 × 2,2 20 20 10 09 00,8 −43 26 269,0 −1 01 10 1,5 × 3,5 5 Néb. 20 11 09 15,0 −49 30 271,4 0 00 11,5 2,0 18 30 12 09 18,1 −44 55 263,5 +3 34 12,5 4,5 110 45 13 09 20,5 −50 55 273,0 −0 22 12 2,0 40 20 14 09 27,5 −52 30 274,9 −0 45 14 0,6 7 20 15 09 32,9 −47 54 273,4 +0 52 13,5 4,5 90 60 16 09 49,3 −52 57 277,9 +1 07 8,7 1,5 22 60 17 10 59,1 −59 33 289,3 +0 40 9,2 0,6 9 Néb. 20 18 13 33,2 −61 54 308,4 +0 53 10,5 4,0 35 20 19 14 26,9 −60 45 314,9 +0 13 12 2,2 26 20 20 15 11,5 −53 53 320,6 −0 33 12 4,5 64 20 21 15 12,8 −59 28 320,4 −1 10 13 2,0 20 20 22 16 09,6 −51 47 331,5 +0 03 13 4,0 30 20 23 16 20,8 −48 31 334,8 +1 12 15 4,0 30 20 24 17 22,0 −34 18 353,0 +1 16 10 4,0 10 Néb. 20 TABLEAU II Amas globulaires (« Tonantzintla ») № α 1950 δ 1950 l II b II h min ° ′ ° ° ′ 1 17 31,0 −39 03 350,1 −2 54 2 17 32,7 −38 52 350,4 −3 03 Attention à l’époque ! Les coordonnées sont ici données pour l’époque 1950. Il faut appliquer la précession pour les obtenir pour 2000. http://bit.ly/Precess Le catalogue de Pişmiş est aussi disponible en version 2000 au http://bit.ly/AQPismis 12 Astronomie-Québec Juillet–aout 2013
- - t { d Combien d’amas de Pişmiş ? Plusieurs sources indiquent un total de 27 amas de Pişmiş. Les listes reproduites ici font état de 26, soit un de moins… et deux sont numérotés 1 et 2, et non 25 et 26. Alors, qu’en est-il réellement ? Et quel est le 27 e objet ? Les objets notés ici 1 et 2 sont considérés comme formant le catalogue de Tonantzintla, l’observatoire où travaillait Mme Pişmiş au moment de leur découverte. Ce sont donc Tonantzintla 1 et Tonantzintla 2 ; mais vu qu’ils furent découverts par Pişmiş, ils sont parfois aussi désignés Pişmiş 25 et Pişmiş 26, respectivement. Il est à noter que le premier est le même objet que NGC 6380 ; cette désignation étant plus ancienne, elle a donc priorité. (L’Union astronomique internationale recommande d’ailleurs d’utiliser les désignations NGC ou IC, même si d’autres plus anciennes existent.) Le 27 e objet est en fait… le premier ! Il a en effet été rapporté dans le Bulletin des observatoires de Tonantzintla et Tacubaya (Boletín de los Observatorios de Tonantzintla y Tacubaya), Vol. 2, No. 16, 1957, soit deux ans plus tôt que les 26 autres ! L’article indiquait une position de α 1950.0 = 07 h 47 min, δ 1950.0 = −25° 12′ pour l’objet. Cet objet est simplement appelé « amas de Pişmiş », sans numéro, mais il doit plutôt être désigné Haffner 16, car cette dernière désignation est plus ancienne… +''..,'{ #+ *, + *''i},. -t' ! ` : $1 F.. ti * "'-. f F Y -'}. + +d.+# Ja+' ! +""'4.'+ - * = 4. 4. + F a !. # -a + *, '" M.'. *. - - - —. - ! - i -.. - {, t'* +. *.'+}3-'. 44). y R +. = * a , a1''+'y't. `''11 a * 49" - * -.. 4* L a y''+ f a.11.'+..'fa - a. 47 -'... +İ r +. t+`'iç+ 4# J* +.*.. : , k - t F aF. a *.''` 4, 110...r {+ 4.. i a a +''a - T a'+ T. i'+ -. di. lt'. -.'` { *, - "., L. +. 4 100. i'41.6. +. t'-F ; A,. a'+. - M t'41,. ++`n. i-+ f'* + -, +t# `'...+'. OF i t - ar... y. : , a...a. 4 +'-' ; +. r,...- 0,:..04.. Champ de 20′ centré sur la position α = 07 h 50 min 21s, δ = −25° 27.1′, montrant l’amas Pişmiş = Haffner 16 et son entourage. Crédit : Copyright 1993-5 Anglo-Australian Observatory Board. The Second Palomar Observatory Sky Survey (POSS-II) was made by the California Institute of Technology with funds from the National Science Foundation, the National Geographic Society, the Sloan Foundation, the Samuel Oschin Foundation, and the Eastman Kodak Corporation. Notes 1–Les étoiles brillantes semblent alignées comme des chaines. 2–Très bel objet, symétrique. 3–Les étoiles brillantes en forme de couronne. 4–La nébuleuse apparait dans les listes de Gum (16) et Cederblad (106g) ; allongée comme l’amas. 6–Deux paires d’étoiles doubles, incluant l’étoile la plus brillante. 8–Se trouve dans une région de forte absorption. 9–Comprend −44° 4728 ; amas ouvert. 10–Inclut 48° 4354. 12–Symétrie circulaire, bel objet. 13–Cinq étoiles brillant à l’intérieur de 1′. 14–Au bord de la plaque ; sur le fond sombre on soupçonne l’existence des membres les plus faibles. 15–Similaire au numéro 12 ; symétrie circulaire. 16–Sont membres −52° 3412 et −52° 3413 (double d’éclat comparable). 17–Étoile quadruple dans la nébulosité plus cinq étoiles faibles ; est le centre des arcs qui s’étendent jusqu’à 15′. Semblable à NGC 2467. 18–Six étoiles plus brillantes que 10,5 m à 12 m ; l’éclat des membres décline graduellement. 20–Les cinq étoiles les plus brillantes, à l’intérieur de 0,6′. 21–Au bord de la plaque. 22–Sept des étoiles les plus brillantes dans une suite alignée en déclinaison. Étoile multiple ? 23–Très faible. 24–Dans une condensation de la grande nébuleuse autour de NGC 6557. Ces notes s’appliquent au Tableau I de la page précédente. Soukiassian ou Pişmiş ? Astronomie-Québec : Pourquoi Paris Soukiassian a-telle changé de nom pour Pişmiş ? Jennifer Manoukian : C’est une bonne question. Je me la suis posée moi-même, mais je n’ai pas trouvé de réponse précise. […] Le nom de son père était Soukias et à cette époque dans l’Empire ottoman, très peu de gens avaient un nom de famille ; s’ils avaient à s’identifier, ils utilisaient leur prénom puis « fils/fille de » untel (ce qui explique Soukiassian, qui veut simplement dire « enfant de Soukias »). Mais peut-être que dans les années 1930, lorsque le gouvernement turc a requis de tous qu’ils aient un nom de famille, la famille a choisi Pişmiş parce que c’était un nom donné à un membre influent de la famille par le sultan quelques générations plus tôt, et qu’il avait un certain prestige. Mais je ne peux malheureusement pas en être certaine. Selon une biographie de Paris Pişmiş publiée par sa fille Elsa Pişmiş Recillas, « Un trisaïeul de Paris était un fonctionnaire important du dernier sultan de l’Empire ottoman, surnommé « Pişmiş » qui en turc signifie « quelque chose de cuit », en raison de sa capacité à résoudre les problèmes financiers de son sultan. » Juillet–aout 2013 astronomie-quebec.com 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :