Astronomie Québec n°2-1 mai/jun 2013
Astronomie Québec n°2-1 mai/jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2-1 de mai/jun 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... imagerie urbaine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
de la pollution lumineuse ! C’est un peu comme essayer de distinguer les détails d’un véhicule en dépit de l’éclat de ses phares lorsque nous croisons une voiture sur la route durant la nuit. Dans ces conditions, on peut comprendre que l’objet du ciel profond devient indiscernable à travers toute cette pollution. Ceci veut dire qu’en milieu urbain, seuls les objets relativement « brillants » sont accessibles pour l’astrophotographe. Malgré tout, l’esthétique de l’image même pour ces objets brillants est grandement affectée par l’éclat de la pollution lumineuse. Heureusement, les techniques numériques de traitement d’images maintenant disponibles permettent d’effectuer des manipulations pouvant neutraliser une partie de cet effet sur les objets brillants. En effet, la pollution lumineuse produit un gradient relativement uniforme dans l’image. C’est cette uniformité du gradient qui nous permet très bien aux images qui contiennent beaucoup de fond de ciel neutre, c’est-àdire des parties de l’image qui sont noires puisque rien ne s’y trouve. C’est généralement le cas de la plupart des images de galaxies. La présence de tout ce ciel noir dans l’image nous facilite l’analyse de la variation du ciel sur l’ensemble de l’image. Il s’agit de poser comme hypothèse que le ciel noir devrait être au même niveau partout où il est présent dans l’image. En interpolant la variation du ciel entre ces points de ciel noir de façon linéaire, on peut facilement reproduire le gradient du ciel, et ainsi le soustraire à l’image pour en annuler l’effet. Cette technique est démontrée à l’aide des images 8, 9 et 10 (ci-dessous), qui proviennent d’une capture effectuée chez moi à Vaudreuil (indice de pollution rouge), et auxquelles j’ai appliqué la soustraction du gradient modélisé. particulièrement vrai pour les grandes nébuleuses diffuses à émission, qui remplissent ou même débordent du champ de la caméra. Dans ce cas, l’utilisation d’un filtre de type Hα pour la capture de la couche de luminance aide passablement, puisque le rayonnement de la pollution lumineuse est presque complètement bloqué par celui-ci. Bien que l’utilisation de filtres à bande étroite diminue aussi l’effet, il ne l’annule pas complètement. Mais, étant donné que peu de fond de ciel est disponible puisque le champ est complètement rempli par l’objet, notre œil ne remarque pas trop le problème, et l’esthétique de l’image ne s’en trouve que peu affectée. C’est cette méthode de filtre à bande étroite qui a été appliquée pour l’image de NGC 7000, la nébuleuse de l’Amérique du Nord, présentée en haut à gauche de la page suivante. Cette image a été prise à Dorval, à moins d’un kilomètre Image 8 : Image brute. Image 9 : Modélisation du gradient. Image 10 : Image résultante de la soustraction du gradient du fond de ciel. de le modéliser facilement, pour ensuite tout simplement le soustraire de l’image brute. Cette technique s’applique Cette technique devient beaucoup plus difficile à appliquer lorsque que peu ou pas de ciel noir est présent dans l’image. Ceci est des pistes de l’aéroport international Pierre-Elliott- Trudeau de Montréal, donc dans une zone très fortement polluée par la lumière parasite. 24 Astronomie-Québec Mai-juin 2013
I. À gauche : Image 11 : La nébuleuse de l’Amérique du Nord, NGC 7000, par Yves Tremblay. À droite : Image 12 : La petite lunette de 80 mm d’ouverture utilisée par Yves pour réaliser cette image de Dorval. Images 13 et 14 : Yves Tremblay démontre son équipement astronomique. J’ai une plateforme dédiée à l’astrophotographie dans ma cour, annexée à mon balcon. Le tout est couvert d’une toile TeleGizmos 365. Je laisse le tout à l’extérieur de façon permanente afin de conserver mon alignement polaire d’une session à l’autre. Image 15 : La galaxie NGC 891 dans Andromède, capturée avec un télescope ATRC8 (200 mm ƒ/8, donc F = 1 600 mm) par Yves Tremblay. i 1/19 p.. j I. I:. ; 4 - 4 - i C* £'9. -..'* ;'* + F *i.. 411 { 1 y y'itr..i. a ff, -r+ i y -. ` + +. i'.***. Il 1 : ,. -'.' *,'x.'*.., +., - ; 0 Mai-juin 2013 www.astronomie-quebec.com 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :