Astronomie Québec n°2-1 mai/jun 2013
Astronomie Québec n°2-1 mai/jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2-1 de mai/jun 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... imagerie urbaine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
à −1,66 EV, 0, et +1,66 EV, ISO 1600, en mode de prise de vue continue, et avec la résolution d’image réglée au niveau élevé, soit 18 mégapixels. Plutôt que de déclencher l’obturateur à la main, il est préférable d’avoir un dispositif câblé de déclenchement à distance. En outre, il est utile d’avoir une nuit de stabilité atmosphérique (seeing) audessus de la moyenne et un passage de l’ISS élevé dans le ciel. D’autres personnes sur l’Internet qui ont essayé cela ont utilisé une technique différente pour guider le télescope : la cible du Telrad est pointée juste devant l’ISS, le télescope est laissé immobile, et l’apapreil photo est déclenché une fois que l’ISS arrive dans le champ. Il est évident que le suivi à la main, bien que simple, est loin d’être idéal. Une vitesse d’obturation élevée aide, mais elle ne peut pas faire de miracle à éliminer le flou de mouvement. C’est une question de pure chance de capturer ces quelques moments furtifs où vos mouvements de main vont dans le même sens et à la même vitesse que l’ISS. En général, je suis satisfait de mes résultats : ils semblent proches des capacités optimales de mon équipement. L+A'3rfi18 4makho 423H3Lr. b lO L11S aovdS 7b1101lb'M131NI bLt'- ER= TN — - {idm.t glyr,g Onrtr qalaIF *npqN *AVIS M2 li fwsiftl4ceF)nuoprri++ti* : ARPFI S+anN esHp4a Iah+u — V./imwdt'utl.y meriw.uwa Aril 4 iuoN NP 7 xy.p w #of'mum eupAy1 +YAwa I*ILLM41 < My Mr OMNI arra : arww- welLa auvoatnrls â ! r 11 1414{ ülarh diAlY EMI + i0am{I wiI-I F.v1.pd +I.p.uuy 0.1pArtl AIPPIL owl k4Rfi7 kwpu 0+1.6th3 R3r fwYein31 gel w,aqe1 CmhP1-5 +9]I flë'aMtlOa, 4mwmt{ i opil F.0141.r1111.19MIIy6 16 Astronomie-Québec Mai-juin 2013
Ça ne se compare peut-être pas à ce que fait Thierry Legault, un des meilleurs photographes de satellites, mais son télescope est guidé électroniquement et coûte environ 50 fois plus que le mien. La photo au bas de la page 16 a été prise le 23 mai 2011 par l’astronaute italien Paolo Nespoli alors qu’il se trouvait, avec les astronautes Dmitri Kondratyev et Catherine Coleman, dans une capsule Soyouz qui venait de se désamarrer de l’ISS et se préparait à retourner en Russie. C’est l’une des rares photos qui montrent une navette spatiale américaine (Endeavour, vol STS‐134) ancrée à la Station spatiale internationale. La photo a été prise d’une distance d’environ 500m. J’ai ajouté quelques annotations (en anglais) indiquant les différentes composantes de l’ISS. Le plan de construction de base de l’ISS est assez simple à comprendre. Imaginez une croix ; la partie horizontale de la croix est la poutre (truss), un élément structurel non-pressurisé sur lequel sont installées huit paires de panneaux solaires, des radiateurs thermiques solaires, des radiateurs de chaleur à plaques, et le système de télémanipulation canadien Dextre. Sur la poutre sont installés deux joints rotatifs qui peuvent tourner les panneaux solaires en tangage et huit joints tournants pour faire pivoter les panneaux solaires en rouleau. La partie verticale de la croix consiste en une séquence essentiellement linéaire de modules pressurisés qui ont été assemblés au fil des ans pour créer la partie habitable de la station spatiale. La poutre et la ligne de modules pressurisés se rejoignent au Nœud 1 Unity américain. L’ISS est le résultat des efforts collectifs de cinq agences spatiales : la NASA (États-Unis), Roscosmos (Russie), la JAXA (Japon), l’ESA (Europe) et l’ASC (Canada). Elle a été construite lentement par six types de véhicules (Proton, Soyouz et Progress russes, navettes américaines, ATV européens, et H‐II japonaises) entre 1998 et 2011. Les premiers éléments étaient les modules Zarya (de conception russe, mais financée par les États-Unis à qui il appartient donc) et le Noeud 1 Unité (américain). La photo du bas de la page précédente montre la navette Endeavour lors de son dernier voyage vers l’ISS. À l’arrière de la station (aft), on voit le véhicule européen de transfert automatique (ATV) Johannes Kepler. Ceci n’est pas un élément permanent de l’ISS : l’ATV s’y rend tous les 17 mois pour livrer du cargo. Il reste attaché à l’ISS pendant six mois au cours desquels on le remplit d’ordures. À la fin de sa mission, il se détache et est désorbité pour finalement bruler dans l’atmosphère. Le récent vaisseau commercial Dragon (de SpaceX, une entreprise américaine) est le premier engin commercial à s’amarrer à la station, et depuis la fin du programme de la navette, c’est maintenant le seul véhicule capable de rapporter du cargo (expériences complétées) de l’ISS. Les vaisseaux Proton, Progress, ATV et H‐II brulent tous lors de leur rentrée atmosphérique, et les Soyouz sont utilisés pour transporter des humains et ont une capacité de chargement très limitée. Afin de s’orienter dans la station, l’équipage et le personnel de contrôle au sol considère l’ISS comme un navire. Le côté du laboratoire Kibo est considéré comme l’avant, alors que le module Zvezda est l’arrière. Le côté Kibo de l’ISS est en fait le « bord d’attaque » de l’ISS en ce qui a trait à son orbite autour de la Terre. La partie du vaisseau faisant face à la Terre est considéré comme le « pont » (deck) ou « nadir », et le « plafond » (overhead) ou « zénith » est le côté de l’espace. Il s’ensuit naturellement que si vous êtes dans la station qui déplace avec l’extrémité Kibo à l’avant, la droite est appelée « tribord » et la gauche « babord ». Ceci n’est qu’un des nombreux systèmes de coordonnées à bord de l’ISS. Le reste est plutôt compliqué, mais si vous êtes intéressés, voici le lien Web : http://www.asi.org/adb/04/02/00/iss-coordinatesystems.pdf (146 pages !). Pour en savoir plus sur l’ISS : http://www.nasa.gov/pdf/508318main_ISS_refguide_nov2010.pdf et http://www.usatoday.com/tech/science/space/2008-11-19- issassembly_N.htm Mai-juin 2013 www.astronomie-quebec.com 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :