Astronomie Québec n°1-6 mar/avr 2013
Astronomie Québec n°1-6 mar/avr 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-6 de mar/avr 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : l'astrométrie sur les images de caméra CCD.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
N N VW Une des choses que j’aime bien faire avec un télescope est de relever des défis photos. L’un de ceux-ci est relativement facile, mais le devient de moins en moins avec un croissant lunaire qui devient de plus en plus mince d’un record à l’autre. D’un défi à l’autre, les conditions météo peuvent changer (nuages, vent, température, humidité) et le temps pour repérer la Lune diminue avec le croissant qui devient de plus en plus mince. Ma première tentative est un croissant de 30 h (photo 1), capturé le 28 avril 2006 avec un télescope Celestron de 20 cm (8″) et une caméra argentique. Le croissant était facilement visible et ce n’était pas un gros défi… mais j’avais gouté à mon premier croissant mince ! Pour mon deuxième croissant mince, le 6 avril 2008, la Lune était âgée de 22 h environ (photo 2). Elle était alors à 5° ou 6° au-dessus de l’horizon, et j’étais installé pour compléter le marathon Messier, qui consiste à observer les 110 objets du catalogue Messier en une seule nuit… Lors de ma troisième tentative, j’étais installé sur le bord de la mer, avec une température très froide et un léger voile nuageux au ras de l’horizon. J’ai cherché le croissant pas mal longtemps, puis finalement, il est apparu dans mon chercheur comme par magie ! Mon niveau de stresse grimpa alors d’un coup pour le prendre en photo, car la Lune Croisuant Lunaire de seulement 30h aprés la nouvelle Lurie était plutôt basse (environ 5°). Ce croissant de 17 h (photo 3) était bien plus difficile à voir que celui de 22h, mais c’était quand même accessible comme défi. Mon dernier record a été établi le 10 février dernier, à 17 h 19, à Bonaventure en Gaspésie. Ça a commencé avec le repérage d’un endroit à l’abri du vent, car il y avait un vent léger mais tout de même inquiétant. Après avoir visité trois endroits, j’ai 1 2 3 12 Astronomie-Québec Mars-avril 2013
lunaires minces, minces, minces… finalement opté pour la cour d’un concessionnaire d’autos, où je me suis installé vers 15h. L’alignement diurne du télescope n’est pas aussi précis que l’alignement nocturne car on ne peut utiliser que le Soleil ou une planète brillante. J’ai donc d’abord pointé mon télescope vers le nord à la boussole et fait l’alignement sur le Soleil ensuite. À partir de 16 h 45, j’ai scruté le ciel avec mon chercheur autour de la zone où se trouvait la Lune. Le Soleil se couchait ici à 16 h 11, et j’ai alors enlevé mon filtre solaire. Je me donnais jusqu’à 17 h 15 pour trouver la Lune, car qu’après cette heure-là, je considérais qu’il était impossible de voir le croissant. Après plus de 30 minutes, j’ai paniqué : 17 h 15 et toujours pas de croissant ! J’ai décidé de continuer quand même, et à 17 h 19, voilà : il est dans mon chercheur ! J’ai ajusté la mise au point sur un croissant extrêmement bas et avec de la turbulence, et pris plusieurs photos (photos 4 et 5) de ce croissant hallucinant ! J’ai pris des photos jusqu’à l’horizon (photo 6), car ce sera probablement mon dernier croissant. Je vous encourage à essayer ce genre de défi, car c’est une vraie drogue… tout à fait légale ! r par Gino Audet 4 5 6 Mars-avril 2013 www.astronomie-quebec.com 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :