Astronomie Québec n°1-6 mar/avr 2013
Astronomie Québec n°1-6 mar/avr 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-6 de mar/avr 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : l'astrométrie sur les images de caméra CCD.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Catalogue GSC 1.1 (corrigé) Précision Désignation de l’étoile Référence du catalogue Mesures à partir de l’image Ascension droite Déclinaison Ascension droite Déclinaison 0,400″ GSC 2271–0104 00 h 08 min 45,57 s +37° 21′ 30,5″ 00 h 08 min 45,41 s +37° 21′ 30,1″ TYCHO 2 0,060″ TYCHO2 2271–00104–1 00 h 08 min 45,43 s +37° 21′ 30,2″ 00 h 08 min 45,42 s +37° 21′ 30,7″ USNO‐A2.0 0,250″ USNOA2 1200–0007 00 h 08 min 45,56 s +37° 21′ 31,1″ 00 h 08 min 45,42 s +37° 21′ 30,4″ UCAC2 0,020″ 2UCAC 44769263 00 h 08 min 45,41 s +37° 21′ 30,0″ 00 h 08 min 45,41 s +37° 21′ 30,1″ UCAC3 0,020″ 3UC 255–000178 00 h 08 min 45,41 s +37° 21′ 30,0″ 00 h 08 min 45,41 s +37° 21′ 30,2″ Tableau 2. Voici une série de mesures astrométriques effectuées sur la même étoile en utilisant différents catalogues de références. −0,17 s en ascension droite et −0,2″ en déclinaison. Le Tableau 1 (en bas de la page précédente) donne la position calculée de l’étoile dans cinq images différentes du même champ, ainsi que la somme de ces cinq images. La précision varie de −0,16 s à −0,28 s en ascension droite, et de 0,0″ à −0,2″ en déclinaison. On voit donc que la précision et l’exactitude de la position de cette étoile avec cette méthode sont très bonnes. De plus, le résultat de la somme des cinq images correspond exactement aux coordonnées du catalogue USNO‐A2.0. Évidemment, la précision de cette mesure est limitée par la précision du catalogue de référence. Différents catalogues astrométriques ont des précisions différentes. Le Tableau 2 (cidessus) donne la position de la même étoile selon différents catalogues astrométriques. Les différences entre les catalogues vont jusqu’à 0,16 s en ascension droite, avec le catalogue le moins précis (GSC 1.1) et 1,1″ en déclinaison avec le catalogue USNO‐A2.0. En ce qui concerne la précision de nos mesures, c’est en utilisant les catalogues les plus précis, UCAC2 et UCAC3, que nous obtenons les erreurs les plus petites ; la valeur mesurée en ascension droite est identique, alors que la déclinaison ne varie que de 0,1″ à 0,2″. Une cible plus difficile… Les images de comètes représentent une difficulté supplémentaire pouvant affecter la précision des mesures astrométriques. À cause du déplacement de la comète, les étoiles se présentent sous forme de trainée, plus ou moins allongée selon le temps d’exposition. Pour examiner ce problème supplémentaire, nous - en.1rl,Lr..+mc SA1F+._A..i+F I.j 001, [sa, J tlY1YRliet6.rlrMFr.rr..ri. Or 96F 115'70FR, 1/IAfFv4.r 1 f ÿr.+... LYCL'lL1 Ii1 ; EICEDNrKH.oLinr r s I.r.4.1.rr1i, ti..iorr5mwwrlrr.Ytiro-r+..frrrldrllb.y ya,lar ykyr Cul. 2]'Lr'r,P F'.1 1 lamp.E I-+ S1F Y410".N1 WI 1E0r L Llt 2W r{iv : i11 r'. I. 314 iT-M1'4.'1P ra..rswlsr Falhrrair Mü usl,dr I,y.lFrwrF Ÿ Yrir x.}Innal AYrr4r 4i1'l'Jr - PM. rariM, ar.lrfrrFll#*]l'F'}'R%Jr]r F de° r - #°a° 00'me'./ti...r +..w -" !. -Fi{—.. I - T Mlm 210.s>0 P.11152 L'f AlEtraritt.., @.9111F if+TN141llgRyi hi 134. LAP'. OPP.01 oor r 10 Astronomie-Québec Mars-avril 2013
Désignation de l’étoile Référence du catalogue Mesures à partir de l’image Ascension droite Déclinaison Ascension droite Déclinaison 3UC 189–277698 21 h 30 min 55,76 s +04° 04′ 06,0″ 21 h 30 min 55,76 s +04° 04′ 06,0″ 3UC 189–278528 21 h 29 min 45,11 s +04° 02′ 20,2″ 21 h 29 min 45,08 s +04° 02′ 20,4″ 3UC 188–288907 21 h 28 min 29,84 s +03° 58′ 01,8″ 21 h 28 min 29,84 s +03° 58′ 02,2″ 3UC 188–289134 21 h 29 min 54,05 s +03° 33′ 25,0″ 21 h 29 min 54,03 s +03° 33′ 25,1″ 3UC 188–288298 21 h 30 min 56,10 s +03° 31′ 37,3″ 21 h 30 min 56,18 s +03° 31′ 37,1″ 3UC 188–289124 21 h 29 min 49,76 s +03° 49′ 07,0″ 21 h 29 min 49,72 s +03° 49′ 06,9″ Tableau 3. Comparaison de la position de référence dans le catalogue UCAC3 et de la position mesurée sur nos images pour quelques étoiles. allons examiner une image de la comète 262P/McNaught-Russel, prises par Clermont Vallières le 17 novembre 2012. Cette image est le résultat de l’addition de sept images de 120 secondes alignées sur le noyau de la comète ; on y observe donc des trainées importantes, alors que la comète est bien centrée. La précision de notre mesure astrométrique de la comète devrait se comparer à celle des étoiles ponctuelles. Cependant, le repérage (registration) des étoiles s’effectue sur le centroïde de trainées importantes et pourrait éventuellement affecter la précision des données astrométriques de la comète. Le Tableau 3 (ci-dessus) présente, pour quelques étoiles, les positions astrométriques du catalogue UCAC3 et les positions mesurées sur l’image. La différence entre la valeur du catalogue UCAC3 et notre mesure varie de −0,03 s à +0,08 s pour l’ascension droite, et de −0,1″ à +0,4″ pour la déclinaison. Ces écarts ne diffèrent pas de ceux observés sur des étoiles plus circulaires. On peut donc conclure que l’utilisation du centroïde sur des trainées d’étoiles permet d’obtenir une précision équivalente à celle d’étoiles plus rondes et que l’erreur des mesures astrométriques est de moins de 0,08 s et moins de 0,4″. Utilisation des données astrométriques L’astrométrie est principalement utilisée afin de localiser les objets célestes, notamment la position de nouveaux objets tels que supernovas, comètes et astéroïdes. Dans ces deux derniers cas, les positions peuvent changer en l’espace de quelques heures seulement. Elle peut aussi servir à localiser et identifier dans une image un objet qui n’est pas apparent à première vue. La solution d’une image CCD est un moyen facile de calculer la longueur focale du système ayant pris l’image, ainsi que l’échelle et l’orientation de cette image. Avec ce niveau de précision, on peut effectuer diverses mesures intéressantes sur des objets célestes. On peut mesurer le mouvement propre des étoiles. Il y en a plusieurs dans notre galaxie dont le mouvement propre est supérieur à 0,2″ par année. Il est donc envisageable d’effectuer de telles mesures. L’étoile de Barnard, située dans la constellation d’Ophiuchus, a un mouvement propre de 10,34″ par an : il serait donc possible de détecter son déplacement dans un intervalle d’aussi peu que 10 jours ! On peut également calculer la distance de certaines étoiles par la méthode des parallaxes. L’étoile la plus proche, α Cen (Alpha Centauri), a une parallaxe de 0,7″. Avec une précision de 0,2″, il devient donc possible de mesurer la distance des étoiles qui sont à moins de 15 annéeslumières. Les mesures astrométriques permettent de déterminer l’orbite des comètes et des astéroïdes, afin de pouvoir prédire leur position plus tard dans le temps. L’addition de mesures astrométriques permet d’améliorer la précision des éléments orbitaux. Références [1] HUBBELL, Gerard R. Scientific Astrophotography : How Amateurs Can Generate and Use Professional Imaging Data, Patrick Moore’s Pratical Astronomy Series, New York, Springer, 2013, 363 p.[2] BERRY, Richard et James BURNELL. The Handbook of Astronomical Image Processing, 2 e éd, Richmond, Willmann- Bell, 2005, 684 p.Mars-avril 2013 www.astronomie-quebec.com 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :