Astronomie Québec n°1-5 jan/fév 2013
Astronomie Québec n°1-5 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-5 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : promenade sur Mars... la mission Curiosity.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Qu OBSERVER AVEC VOTRE NOUVEAU TÉLESCOPE ? Ça y est : vous l’avez enfin reçu, ce télescope que vous vouliez tellement pour Noël ! Avec un peu de chance, les nuages se dissiperont d’ici quelques jours, et vous pourrez enfin scruter le firmament avec ce bijou d’optique et de mécanique qui a couté tant d’argent à cette personne pour qui vous êtes si important. Avec l’appareil photo numérique que vous avez aussi reçu en cadeau de Noël, vous êtes maintenant prêt à prendre des images qui rivaliseront avec celles prises par le Télescope spatial Hubble ou autres VLT de ce monde. SCRATCH ! Désolé de « péter votre bulle », mais non, vous ne pourrez pas prendre des images de ce calibre, peu importe la qualité de votre nouvel appareil photo ou celle de votre nouveau télescope. Plusieurs raisons expliquent cela, mais surtout le fait que ces instruments n’ont pas couté des millions de dollars et qu’ils ne se trouvent pas audessus de l’atmosphère terrestre. Voici toutefois ce à quoi vous pouvez raisonnablement vous attendre en pointant votre télescope vers les cieux. Astronomie-Québec a choisi pour vous quelques cibles brillantes, faciles, ou autrement intéressantes, qui seront pour vous un début dans le merveilleux domaine de l’astronomie d’observation… N’oubliez pas toutefois qu’avant de partir en voyage automobile, il faut apprendre à conduire, et c’est pourquoi nous ne saurons assez vous recommander de lire, lire, et lire le plus possible sur le ciel et son observation. Les pages et le site Web d’Astronomie- Québec ne sont que le début : il existe des centaines de sites Internet tous plus intéressants les uns que les autres, de même que des livres pour tous les gouts. Avant d’aller pratiquer vos yeux au télescope, pratiquez-les sur ces sources d’information ! Après avoir lu et relu tout ce que vous pouvez lire, c’est le temps de sortir et de mettre l’œil à l’oculaire. Bonnes observations ! 4 Astronomie-Québec Janvier-février 2013
La Lune Dans chaque édition d’Astronomie-Québec, on retrouve la chronique de Pierre Tournay « La Lune t’écœure ? », qui invite les lecteurs à observer des caractéristiques inhabituelles de notre satellite, ou simplement des détails difficiles à observer, mais qui représentent une récompense pour l’observateur attentif. Lune : Pierre Paquette (2×) L’aspect visuel de la Lune change continuellement, ne serait-ce qu’à cause de l’éclairage solaire qui évolue d’heure en heure. Un cratère qui se trouve dans l’obscurité en début de soirée peut être complètement éclairé en fin de nuit. Même chose pour les montagnes et vallées, plus facilement visibles lorsque les ombres rasantes qu’elles projettent ou qui les remplissent sont longues, par exemple lors des quartiers de lune. Presque n’importe quel instrument d’optique montrera sur l’astre des nuits des cratères et quelques autres détails ; plus le diamètre de l’objectif sera grand, plus fins seront les détails. Par exemple, une lunette de 60 mm montrera des cratères de 8 km ou plus ; un télescope de 250 mm ou plus pourra montrer des crevasses de 1,5 km ou moins, quand la turbulence atmosphérique sera nulle. Les planètes Jupiter La planète géante Jupiter (142 796 km de diamètre, soit plus de 10× celui de la Terre) est dans un segment de son orbite qui en favorise l’observation jusqu’en avril 2013 environ. On la verra dans la constellation du Taureau (même si les astrologues vous diront qu’elle est dans les Gémeaux — on n’expliquera pas ici pourquoi les astrologues ont tort, mais cela a à voir avec la précession des équinoxes, dont ils ne tiennent pas compte). Même à faible grossissement et avec un petit instrument d’optique, on arrivera facilement à distinguer jusqu’à quatre de ses principaux satellites, dits galiléens puisqu’ils ont été découverts par l’astronome italien Galileo Galilei(Galilée) en janvier 1610. C’est toutefois Simon Marius qui les a nommés : Io, Europe, Ganymède et Callisto, dans l’ordre d’éloignement à la planète. Avec des périodes orbitales allant de 42 h à 16 j, leur mouvement peut être facilement observé au courant d’une même nuit, quand on y porte bien attention… C’est leur ronde au fil des jours qui a permis à Galilée de remarquer que les quatre étoiles qu’il voyait autour de Jupiter étaient en fait des satellites à part entière. Jupiter, le 11 septembre 2012, par Roch Lévesque. Sur son télescope Celestron C11 de 280 mm (11″), Roch a installé une lentille de Barlow 2× apochromatique et une rallonge, donnant un rapport focal près de ƒ/25 — soit une distance focale de 7 125 mm. D’une séquence AVI de 3600 images de 1/120 s chacune, capturées avec une caméra couleur DFK21AU618AS à 30 images par seconde, Roch en a retenu 1200, qu’il a ensuite traitées avec Autostakkert, MaximDL, Photoshop CS5, et Pixinsight. La turbulence atmosphérique était alors de 1:5 (on dit aussi que le seeing était de 4:5). Jupiter révèle aussi assez facilement ses bandes (sombres) et zones (claires) atmosphériques, causées par sa grande vitesse de rotation sur elle-même. Du détail pourra y être observé avec une lunette d’environ 80 mm de diamètre, ou un télescope de 100 mm environ — à diamètre égal, le télescope est légèrement moins performant, du fait de l’obstruction centrale causée par le miroir secondaire, qui fait perdre un peu de contraste à l’image ; on doit donc pallier en utilisant un diamètre plus grand. Plus le diamètre de l’instrument d’observation sera important, plus fins seront les détails observés, mais il faut aussi se rappeler que l’atmosphère terrestre joue un rôle non-négligeable, puisque la turbulence atmosphérique est l’équivalent de dizaines, voire même de centaines, de lentilles différentes passant devant l’objectif de l’instrument, et déformant toutes l’image à leur façon. Janvier-février 2013 www.astronomie-quebec.com 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :