Astronomie Québec n°1-5 jan/fév 2013
Astronomie Québec n°1-5 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-5 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : promenade sur Mars... la mission Curiosity.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
Une nébuleuse qui n’a pas peur des changements par Gilbert St-Onge Merci au Dr. Pierre Bastien*, réviseur du document *Département de physique, Université de Montréal, OMM, CRAQ Image Credit : NASA and The Hubble Heritage Team (AURA/STScI).
La nébuleuse variable de Hubble, NGC 2261, est associée à l’étoile jeune R Monoceros, dans la constellation de la Licorne ; une étoile active de type Herbig Ae/Be [1]. Elle est considérée comme une étoile de type B [2]. L’étoile R Mon est une étoile variable, dont la variabilité aurait été signalée par Schmidt (1861) ; on y observait des variations irrégulières qui atteignaient jusqu’à 4 magnitudes. La nébuleuse NGC 2261 est connue des premiers observateurs, puisque du temps de Sir William Herschel on l’aurait observée [3]. C’est Hubble (1916) qui s’aperçut que cette nébuleuse pouvait varier sur des périodes de seulement quelques mois et depuis, NGC 2261 est identifiée comme la « nébuleuse variable de Hubble ». Les observations plus modernes ont permis de confirmer l’association entre la nébuleuse variable NGC 2261 et l’étoile R Mon. C’est Lightfoot [4] qui proposait que les changements rapides d’apparence de la nébuleuse seraient causés par des matériaux circumstellaires (assez denses) qui circulent près de l’étoile R Mon ; ceux-ci causeraient des projections sombres, des ombres sur les parois observables de la nébuleuse..11 it F'NGC 2261 prise par Denis Bergeron le 3 février 2012, avec un télescope Meade RCX de 305 mm (12″) ouvert à ƒ/8,8 (F = 2712 mm) et une caméra ST10 XME en « bin 2 ». Les pixels mesurent 6,8 µm ; en bin 2, cela donne des pixels de 18,8 µm et un échantillonnage de 1,43″. Cette nébuleuse exceptionnelle serait à une distance 700 pc, aux coordonnées (J 2000) α = 06 h 39 min 10,1 s et δ = +08° 44′ 36,5″. L’étoile présente une luminosité qui varie de façon irrégulière d’une magnitude près de 10 à une magnitude de 13 environ. La dimension apparente du corps principal de la nébuleuse est autour de 60″ × 80″. Cette nébuleuse (NGC 2261) est suivie particulièrement pour tenter d’en comprendre les mécanismes qui contribuent à faire varier la morphologie apparente de la nébuleuse sur de très courtes périodes. Nos propres observations ont permis d’observer pendant quelques années cette nébuleuse. Vous pouvez voir des résumés de nos observations qui couvrent la période de 1990 à 1999 à l’adresse http://www.astrosurf.com//stog/Travaux- Recherches-%c9tudes/xngc2261/x2261_b.htm et un document plus récent (2008) au http://www.astrosurf.com//stog/xtravaux_recherches_2/n2261/ngc2261_v2008.pdf On vous encourage à effectuer des images (RGB, Hα, et proche IR) de NGC 2261 qui est bien visible en cette période hivernale. L’étoile R Monoceros, qui est responsable de cette nébuleuse, est de magnitude visuelle irrégulière variant de 11 à 13,8. De cette nébuleuse, vous détecterez peut-être quelques changements apparents de sa morphologie, sinon, des images que vous ferez l’an prochain devraient en montrer. Il est très rare de pouvoir détecter des changements apparents de cette nature dans des nébuleuses aussi lointaines : c’est vraiment intéressant de compiler des images de différentes époques et de les monter en une animation. Sur vos images, assurez-vous d’avoir un champ assez grand, ce qui vous permettra de détecter en même temps l’étoile NLTT16798 de magnitude R de 14,4 (catalogue I/98 de Simbad) ; sur l’image au haut de la page suivante, elle est collée sur la nébuleuse en haut à droite (au nord-ouest). Cette étoile a un des mouvements apparents sur le ciel des plus faciles à détecter. Sur l’image du programme d’observation (SLOAN filtre i), cette étoile était alors à α = 06 h 39 min 05,77 s et δ = +08° 45′ 29,5″. [1] Finkenzeller, U. et R. Mundt. « The Herbig Ae/Be stars associated with nebulosity ». Astronomy and Astrophysics Supplement Series vol. 55, n o 1, 1984, p.109–141. [2] Hamann, F. et S. E. Persson. « Emission-Line Studies of Young Stars. II. The Herbig Ae/Be Stars ». Astrophysical Journal Supplement vol. 82, n o 1, 1992, p.285–309. [3] Cantó et coll. « Carbon monoxide observations of R Monocerotis, NGC 2261, and Herbig‐Haro 39 – The interstellar nozzle ». Astrophysical Journal, vol. 244, partie 1, n o 1, 1981, p.102–114. [4] Lightfoot, J.F. « Shadowplay in Hubble’s variable nebula ». Monthly Notices of the Royal Astronomical Society vol. 239, n o 3, 1989, p.665–675. Janvier-février 2013 www.astronomie-quebec.com 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :