Astronomie Québec n°1-5 jan/fév 2013
Astronomie Québec n°1-5 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-5 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : promenade sur Mars... la mission Curiosity.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
par Eddy Szczerbinski Mars est un sujet dont on entend de plus en plus parler, notamment à cause des robots qui y ont été envoyés avec succès — pensons à Pathfinder, Spirit, Opportunity, Phoenix et plus récemment, Curiosity. Ce dernier ne cesse de nous envoyer de nouvelles découvertes toutes aussi intéressantes que les autres. Mars est la quatrième planète en partant du Soleil, et c’est la deuxième plus petite planète après Mercure. Mars est environ dix fois moins massive que la Terre, mais quand même environ dix fois plus massive que notre Lune. Bien que Vénus soit parfois considérée comme jumelle de la Terre, les espoirs d’exploration se tournent bien plus vers Mars que Vénus. Ses températures moyennes sont bien plus raisonnables que celles de Vénus : on parle d’une température moyenne de −63 °C avec des extrêmes de −3 °C et −133 °C. Ces températures froides ne sont pas insurmontables, bien au contraire. Mise à part la distance, le seul problème est l’atmosphère, qui est principalement composée de gaz carbonique (CO 2) et qui ne contient qu’à peine quelques traces d’oxygène ; cependant, le gaz carbonique contient beaucoup d’oxygène qui peut être récupéré avec les moyens appropriés. Il y aurait également de l’eau sur Mars, sous forme de glace. Les journées y sont presque de la même longueur les nôtres, mais l’année y est plus longue car son orbite est plus éloignée du Soleil : votre rapport d’impôt serait dû chaque 686 jours au lieu de chaque 365 jours comme ici… Coucher de soleil sur Mars Le 19 mai 2005, le Mars Exploration Rover Spirit de la NASA a capturé cette magnifique vue du Soleil descendant sous le rebord du cratère Gusev sur Mars. Cette mosaïque de la Panoramic Camera a été prise vers 18 h 07 le 489 e jour martien, ou Sol, de l’astromobile. Les images du coucher de soleil et du crépuscule sont parfois acquises par l’équipe scientifique pour déterminer jusqu’à quelle hauteur la poussière martienne s’étend dans l’atmosphère, et rechercher des nuages de poussière ou de glace. D’autres images ont démontré que la lueur crépusculaire demeure visible, mais de plus en plus faible, jusqu’à deux heures avant le lever ou après le coucher du soleil. Le long crépuscule de Mars (par rapport à la Terre) est causé par la lumière du soleil diffusée vers le côté nuit de la planète par la poussière abondante en haute altitude. De tels longs crépuscules ou levers et couchers de soleil extra-colorés se produisent parfois sur Terre lorsque de minuscules grains de poussières éjectés des volcans diffusent la lumière haut dans l’atmosphère. Crédit photo : NASA/JPL/Texas A&M/Cornell 14 Astronomie-Québec Janvier-février 2013
La pression atmosphérique est très faible comparée à celle de la Terre ; cela aussi est un problème, qui n’est pas insurmontable car des habits de protection relativement légers permettraient aux humains de s’en protéger [1]. Nous ne sommes pas encore sur le point d’y envoyer une première « colonie », mais ce rêve ne relève plus de la science-fiction. Dans bien des mythologies, Mars est un dieu associé à la guerre. C’est sa couleur orangée tournant parfois sur le rouge qui a inspiré nos lointains ancêtres qui ont nommé cette planète en son honneur. Avec Jupiter, Vénus, Saturne et Mercure, Mars fait partie des cinq planètes que l’on peut apercevoir à l’œil nu dans le ciel. Vous pouvez la reconnaitre grâce à cette couleur caractéristique. Dans un ciel noir et dégagé, bien qu’elle soit généralement moins brillante que Vénus et Jupiter, sa couleur vous sautera aux yeux. En cas de doute, ne pas oublier qu’on distingue une planète d’une étoile par le fait qu’elle ne scintille pas et apparait comme étant « solide » plutôt qu’un simple rayon lumineux. Aussi, les planètes se retrouvent aussi le long de l’écliptique, ce « passage » relativement bien défini dans le ciel où circulent les planètes, le Soleil et la Lune. Phobos et Déimos, ça vous dit quelque chose ? Ce sont aussi, dans la mythologie grecque, les deux fils jumeaux d’Arès (Mars chez les Romains) et d’Aphrodite. Mais ce sont surtout les deux satellites naturels de Mars. Il est intéressant de noter que leur orbite est très rapprochée de la planète. Phobos gravite à environ 6 000 km d’altitude et Déimos à 23 000 km — notre magnifique Lune gravite à plus de 300 000 km ! Une des raisons est relativement simple : comme Mars est environ 10 fois moins massive que la Terre, sa force gravitationnelle l’est tout autant. Si vous pesez 100 livres ici sur Terre, vous pèserez seulement 37 livres sur Mars — cependant, ça ne compte pas l’épais manteau chaud que vous devrez avoir sur le dos ! Finalement, n’hésitez pas à me faire parvenir vos questions, commentaires et suggestions à dhaulagiri@hotmail.com — je les lis et je les prends en considération ! [1] Voir par exemple http://www.nasa.gov/offices/oce/appel/ask/issues/45/45s_building_future_spacesuit.html (en anglais). Janvier-février 2013 www.astronomie-quebec.com 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :