Astronomie Québec n°1-4 nov/déc 2012
Astronomie Québec n°1-4 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-4 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 34

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : l'observation des nébuleuses... encore plus noir que la nuit !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Aveuglé par le visible ! Résumé historique L’étoile RY de la constellation du Taureau (RY Tauri) est une étoile de type T Tauri : une étoile jeune de faible masse (< 3 masses solaires) en évolution vers la stabilité de la série principale. RY Tauri est connue et observée depuis longtemps. Joy (1945) l’a incluse dans sa liste de 11 candidates de type spectral F5–G5 qui présentaient des raies en émission du type de celles détectées dans la couronne solaire [1]. Depuis, RY Tauri a été étudiée par de nombreux chercheurs : certains l’ont imagée dans le visible et avec des filtres spéciaux, même en proche infrarouge ; d’autres en ont fait des spectres très précis ; d’autres encore en ont dressé des cartes de polarisation. [1] Joy, Alfred H. « T Tauri Variable Stars ». Astrophysical Journal, Vol. 102, No. 2 (septembre 1945), p.168 RY Tauri fut donc ciblée tôt comme étoile d’intérêt. Cette étoile jeune présente une luminosité variable et montre des phénomènes de type à éclipse, c’est-à-dire d’assombrissement par des matériaux circumstellaires, comme une étoile de type UX Ori. Nous avons commencé à imager RY Tauri avec une certaine précision dès le début des années 1990. Nos observations ont d’abord porté sur la luminosité de l’étoile et la morphologie des nébulosités qui lui sont associées. On a donc pu mesurer les variations de luminosité de l’étoile et les associer à des variations apparentes dans les nébulosités. Ainsi, en novembre 1994, on a détecté une source en émission au sud-est de l’étoile dans la nébuleuse. Vous aurez surement compris que nos observations ont suscité plusieurs interrogations, dont certaines concernant plusieurs variations irrégulières de l’étoile, qui semble interagir avec la morphologie apparente des nébulosités tout près (de 1993 à 2000). De plus, une structure allongée portait à croire qu’elle provenait d’une étoile enfouie, non-détectable sur nos images. Il nous fallait accéder à un grand télescope pour espérer approfondir nos connaissances de cette région. [2] À cette époque, nos observations serrées nous portaient à présumer que dans l’environnement de l’étoile RY Tauri, il y avait des flots de matériaux assez importants et de vélocités suffisantes pour que ceux-ci aient une signature détectable dans la raie Hα, et cela même si personne ne l’avait détecté avant nous. [2] St-Onge, Gilbert et Lorraine Morin, avec la collaboration de Pierre Bastien. « Découverte d’un jet supersonique près de l’objet stellaire jeune RY Tauri » (1993–1999). http://www.astrosurf.com//stog/Travaux-Recherches-%c9tudes/xrytau_1/ryt_francais_page1.htm par Gilbert St-Onge révision : Dr. Pierre Bastien, Département de physique de l’Université de Montréal, OMM, CRAQ
En 2004, le Conseil national de recherche Canada organise, par l’intermédiaire du Bureau canadien de Gemini, un concours pour les clubs d’astronomes amateurs du Canada. Le projet qui sera sélectionné sera réalisé au télescope Gemini-Nord de 8 m d’ouverture, situé sur le Mauna Kea à Hawaï (image frontispice). C’était une occasion rêvée pour notre projet RY Tauri. Une stratégie d’observation est donc rapidement établie, et une demande de participation au concours est montée et soumise par le club de Dorval. Notre projet RY Tauri fut sélectionné par les responsables du concours [3]. Notre stratégie était de faire des images à l’aide de filtres tels le Hα et lei, pour appliquer à cellesci des réductions d’imagerie différentielle. On a pu obtenir des images en quatre filtres différents, soit g,r, et i pour les bandes photométriques larges, et Hα pour tenter d’isoler le signal de potentielles structures de gaz ionisé dans les nébuleuses. Pour ce faire, les filtres Hα et i furent particulièrement mis à profit. Image 1a (à gauche) : Cette belle image est un montage fait avec les quatre filtres utilisés, soit les filtres g_G0301, r_G0303, iG0302 et Ha_G0310, compatibles avec la série « Sloan ». L’image a été montée par l’équipe de Gemini-Nord pour le concours. Elle illustre très bien la structure des nébulosités dans l’environnement de l’étoile jeune RY Tauri, entourée de nébulosité, qui est la plus brillante sur cette image, un peu en-dessous du centre. L’image couvre un champ de 4,8′ ×4,4′. Image 1b (à droite) : Après un traitement d’images, on a toutefois détecté les premières traces (en rouge en bas à gauche) d’un jet du coté sud-est sur cette même image, ici agrandie. Dissimulé dans la lumière Les images scientifiques nous ont été remises plus tard ; c’est là que la vraie histoire commence ! Pour cet article, nous allons utiliser seulement les images en filtres i et Hα (ci-dessous). L’image 2a (à gauche) a été obtenue à l’aide du filtre i et révèle un continuum, qui peut être retiré de l’image en Hα. On ne voit pas ici de trace significative de la structure en jet détectée sur l’image couleurs précédente (1b). Au sud-est sur [3] Communiqué de l’équipe de l’observatoire Gemini-Nord — Amateur Astronomers Travel Deep Into Stellar Cocoon Using Gemini : http://www.gemini. edu/index.php ? q=node/129 Sur Universe Today : http://www.universetoday.com/10526/amateurscommand-gemini-for-an-hour/ ? 1752005 et dans le magazine américain Astronomy : http://www.astronomy.com/asy/default.aspx ? c=a&id=3124 Image 2a (à gauche) : Cette image a été obtenue à l’aide du filtre i (i_G0302), qui a une transmission dans le proche infrarouge, soit de 706 nm à 850 nm avec un maximum à 780 nm. Image 2b (à droite) : Cette image a été obtenue à l’aide du filtre Hα (Ha_G0310), transmettant de 654 nm à 661 nm. Novembre-décembre 2012 www.astronomie-quebec.com 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :