Astronomie Québec n°1-4 nov/déc 2012
Astronomie Québec n°1-4 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-4 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 34

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : l'observation des nébuleuses... encore plus noir que la nuit !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
le nord en haut, et fait l’objet d’un réalignement équatorial au besoin (par redéfinition du vecteur équatorial permettant une mesure adaptée). La mesure se fait donc de bord à bord : entre les bords internes respectifs des deux barges, et selon une direction parallèle à l’équateur (voir Photo 5 page suivante). Photo 3 : Évolution de la barge nº 1 pendant l’été 2011. De gauche à droite : images prise le 27 juin 2011, le 11 aout 2011, et à la fin d’octobre 2011. Méthodologie J’ai présélectionné 85 photos couleurs montrant les deux barges, à partir des photographies publiées régulièrement par la Commission des observations planétaires de la SAF [note 1 page précédente]. Les critères de retenue étaient : Photos en couleur (réalisées par caméra couleur, ou reconstituées RGB) ; Suffisamment grandes et nettes pour laisser apparaitre de façon précise les contours des formations dépressionnaires étudiées ; La position des barges étant de face, chacune placée de part et d’autre du méridien de la planète afin de minimiser les erreurs de mesure qu’engendrerait une position trop latérale ; Chaque photo doit indiquer la date, l’heure (Temps universel), et le sens nord/sud/rotation, ce qui est fait systématiquement pas les astronomes collaborant à la commission. Les mesures de distances se font par le logiciel Winjupos. Chaque photo est orientée Photo 4 : Fusion de barges devenues la barge nº 1. Photo inversée dans les sens nord/sud et de rotation. Chaque dépression jovienne a une évolution et une vitesse qui lui sont propres. Image de gauche : T. Akutsu, 27 juin 2011. Image de droite : M. Delcroix, 11 aout 2011. En cas de luminosité, gamma ou contraste insuffisant, une correction est réalisée afin de faciliter la mesure des distances. Chaque mesure est refaite au moins deux fois (à plusieurs jours d’intervalle) par l’opérateur et afin de s’assurer que pour chaque photo, la variation sur les deux mesures réalisées ne s’écarte pas de plus de 2% de la mesure initiale. En définitive, la moyenne des deux mesures est retenue si l’écart reste acceptable. Les résultats sont exprimés en kilomètres. Enfin, on procède à une mesure de la longueur du plus grand axe de chacune des deux barges (globalement de forme ovale) afin de s’assurer d’une absence d’évolution susceptible d’expliquer une modification apparente de la distance interbarges. La méthodologie reste identique à la mesure de la distance interbarges. Résultats Évolution de la longueur des barges La mesure des barges par Winjupos s’est effectuée sur 25 photos retenues à partir des 85 initiales (29%). L’évolution sur les trois mois d’été montre : Un grand axe de la barge nº 2 de 9 100 ±578 km, avec 20 Astronomie-Québec Novembre-décembre 2012
valeurs extrêmes de 7 910 à 10 384 km pendant les cinq mois d’observation ; Un grand axe de la barge nº 3 de 10 836 ±1 046 km (extrêmes de 8 384 à 12 541 km). Aucune évolution significative n’est enregistrée au cours de l’été (calcul de régression linéaire, R² < 0,20). On admet que s’il y a une évolution dans un sens ou dans l’autre, l’imprécision des mesures ne permet pas de la déceler [voir Figures 1 (ci-contre) et 2 (page suivante)]. Évolution de la distance interbarges Quatorze (14) photos ont été retenues sur les 85 initialement présélectionnés (16,4%). Elles correspondent à une période de 5 mois, s’étalant du 10 juillet au 12 décembre 2011. Le Tableau 1 (page suivante) montre l’ensemble des mesures réalisées et leur évolution en fonction des dates. La distance retenue début juillet est de 40 717 km, contre 38 337 km à la mi-décembre (distances extrêmes 12 000 de 41 551 km à 35 258 km au 1er novembre). Le graphique représentant la distance par rapport à la date fait apparaitre une phase de variations cycliques à laquelle fait suite une phase de rapprochement régulier depuis la mi-septembre, puis d’un nouvel écartement depuis le 1er novembre. Le calcul de régression linéaire (droite des Longueur de la barge nº 2 (kilomètres) Photo 5 : Mesure de la distance interbarges avec Winjupos. moindres carrés) sur toutes les données depuis début juillet fait apparaitre un coefficient de corrélation linéaire faible sur l’évolution de la distance entre les deux barges (R 2 = 0,48) [voir Figure 3 page suivante]. On constate que sur la période de l’été, les deux barges se sont rapprochées d’une distance de plus de 5 000 km, représentant un peu plus de 12% de la distance initiale (et donc très supérieure à la variation de 2% liée à l’erreur de mesure). 10 000 Distance du grand diamètre 8 000 6 000 4 000 2 000 0 06/26 07/16 08/05 08/25 09/14 10/04 10/24 11/13 Date (2011) Figure 1 : Évolution de la longueur de la barge nº 2 en kilomètres et droite de régression linéaire (en rouge, suivant la formule y = −1,342x + 63831). R 2 = 0,003. Lorsque l’on étudie de façon plus limitée l’évolution de la distance du 19 septembre au 23 novembre, on retrouve un rapprochement régulier et linéaire des deux formations dépressionnaires avec un calcul de coefficient de corrélation R 2 = 0,94 (Figure 4 page suivante). Précisons que cinq photos sur les 14 correspondent à cette période de rapprochement. Novembre-décembre 2012 www.astronomie-quebec.com 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :