Astronomie Québec n°1-4 nov/déc 2012
Astronomie Québec n°1-4 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-4 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 34

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : l'observation des nébuleuses... encore plus noir que la nuit !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Fin d’année Je sais ! Au moment où vous lirez ces lignes, il restera encore généralement près de deux mois à l’année… et encore plus au moment où je les écris ! Mais cette édition marque la fin de l’année 2012, qui marqua la fondation d’Astronomie-Québec. Une fin d’année est généralement le temps de faire une rétrospective sur cette période qui correspond à la durée de l’orbite de la Terre autour du Soleil. Jetons donc un dernier coup d’œil sur ce que 2012 nous a réservé. Commençons par le principal évènement ayant un lien direct avec Astronomie-Québec : la fondation ! C’est en effet en juin 2012 que La Veillée de nuit est devenue Astronomie-Québec, titre qui autrefois était utilisé par un autre magazine, en version papier celui-ci, et toute mon équipe et moi sommes très fiers et très reconnaissants d’avoir obtenu le droit d’utiliser ce nom. L’an 2012 fut aussi marqué par quelques découvertes scientifiques notables, dont celle d’un corps de masse planétaire autour d’une étoile très proche — en fait, LA plus rapprochée du système solaire —, Alpha du Centaure (α Cen). En fait, soyons précis : c’est autour d’α Cen B, qui est un peu plus éloignée de nous qu’α CenC, mais bon… Enfin, certains astronomes amateurs et professionnels nous ont quittés, trop nombreux pour lister ici. Peu importe nos croyances religieuses ou leur absence, je suis certain que la mémoire de plusieurs d’entre eux demeurera dans l’esprit de bien des gens, non seulement pour leurs découvertes ou accomplissements en astronomie, mais aussi pour les personnes qu’ils et elles étaient. Peut-être que l’an 2013 nous apportera son lot de futur astronomes, amateurs et professionnels… Bonne année et bonnes observations ! r Pierre Paquette Éditeur Astrormk Équipe éditoriale Éditeur Pierre Paquette Muse Erin Pecknold Chroniqueurs Gilles Boutin, Robert Giguère, Stéphane Lemon, Pouria Nazemi, Gilbert St‐Onge, Eddy Szczerbinski, Pierre Tournay Collaborateurs Pierre-Olivier Jouandou, Michel Laframboise Contact http://astronomie-quebec.com info@astronomie-quebec.com Photo de couverture : La nébuleuse obscure LDN 673 par Hunter Wilson Astronomie-Québec (ISSN 1929-4301) est publié bimestriellement au format PDF et disponible gratuitement sur le Web. Astronomie-Québec sur Facebook : http://www.facebook.com/AstronomieQuebec Astronomie-Québec a été fondé en juin 2012 par Pierre Paquette. Les opinions publiées dans Astronomie-Québec n’engagent que leurs auteurs et ne sont pas nécessairement celles de l’éditeur. Le contenu d’Astronomie-Québec ne peut pas être reproduit (2012), mais la publication en son entier peut être redistribuée librement. Nous vous invitons toutefois à référer au site Web du magazine Astronomie-Québec (http://astronomie-quebec.com) plutôt qu’à le redistribuer vous-même : cela nous permettra de mieux connaitre nos lecteurs et de mieux vous servir. Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec. 2 Astronomie-Québec Novembre-décembre 2012
De nouveaux yeux sur l’univers 2012-10-19 — Le Montreal Centre (anglophone) de la Société royale d’astronomie du Canada (« SRAC ») en partenariat avec l’Université McGilla le plaisir d’annoncer l’ouverture officielle d’un nouvel observatoire astronomique accessible au public à l’extrémité ouest de l’ile de Montréal, à Sainte-Annede-Bellevue. C’est le seul observatoire astronomique accessible au public sur l’ile de Montréal, et il est situé au sein du pittoresque Arboretum Morgan — où l’on trouve les cieux les plus sombres sur toute l’ile — ce qui en fait un endroit idéal pour observer les étoiles en milieu urbain. Le projet a pris près de 10 ans et a été financé par des subventions de divers ministères du Gouvernement du Québec, du Département de physique de l’Université McGill, et de l’Arboretum Morgan. Photo : Morrie Portnof L’observatoire appartient à et est géré par le Montreal Centre de la Société royale d’astronomie du Canada. L’observatoire abrite un télescope de 14″ (35,6 cm) robotisé de qualité recherche, généreusement donné par le Dr David Levy — découvreur de comètes très prolifique et co-découvreur de la comète Shoemaker-Levy 9 qui s’est écrasée sur Jupiter en juillet 1994. Le Montreal Centre travaille actuellement à l’obtention d’une désignation officielle d’Urban Star Park (parc étoilé urbain) pour l’Arboretum Morgan — ce qui serait une première au Québec. L’objectif du programme « Urban Star Park » de la SRAC est de mettre à la disposition des citadins des zones accessibles relativement exemptes de pollution lumineuse pour la jouissance du ciel nocturne et démontrer de bonnes pratiques d’éclairage nocturne. NOUVELLES Une voisine proche ! 2012-10-16 — L’Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé la découverte d’une planète autour de l’étoile la plus rapprochée du système solaire, soit Alpha du Centaure (α Cen), plus particulièrement α Cen B. La planète a été découverte avec l’instrument HARPS sur le télescope de 3,6 m de La Silla, au Chili. Au fil de son orbite, elle « tire » légèrement sur son étoile, la faisant se déplacer d’un maigre 51 cm/s — la vitesse d’un bébé marchant à quatre pattes ! Ce déplacement « étire » très légèrement les ondes lumineuses de l’étoile ; grâce à la spectrométrie, cette extension est analysée et l’existence d’une planète déduite par l’observation d’un léger mouvement des raies d’absorption de l’étoile — des lignes sombres paraissant dans le spectre de l’étoile à cause de la présence de divers gaz dans son atmosphère. α Cen B est légèrement plus petite et moins brillante que le Soleil — le système a un compagnon distant (α Cen C ou Proxima Centauri), une naine rouge qui est plus rapprochée de nous, d’où son nom. La planète (dont la désignation officielle provisoire est α Cen Bb) a une masse comparable à celle de la Terre, ce qui en fait la première de cette gamme de masse à avoir été découverte autour d’une étoile semblable au Soleil. Son orbite s’accomplit en 3,2 j : elle est donc très proche de son étoile et il y règne une température infernale. Novembre-décembre 2012 www.astronomie-quebec.com 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :