Astronomie Québec n°1-3 sep/oct 2012
Astronomie Québec n°1-3 sep/oct 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-3 de sep/oct 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : la providence... sommes-nous les seuls ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Le robot explorateur le plus technologiquement avancé de la NASA s’est enfin posé sur Mars en toute sécurité. Mars Science Laboratory — ou Curiosity — a traversé avec succès les « Sept minutes de terreur » et ouvre un nouveau chapitre dans l’exploration de la planète rouge. par Pouria Nazemi La planète rouge est la préférée du public en général et des scientifiques en particulier. Mars a joué un rôle majeur dans l’histoire de l’astronomie et est l’un des principaux objectifs de l’exploration spatiale moderne. Dans l’Antiquité, Mars retenait l’attention en raison de sa couleur rouge — à l’origine de son nom, associé au dieu romain de la guerre — et aussi en raison de son étrange mouvement. La planète Mars dessine en effet une boucle dans le ciel autour de son opposition ; ceci est appelé mouvement rétrograde. Bien que Jupiter et Saturne aient aussi un tel mouvement, celui de Mars est beaucoup plus prononcé. Aujourd’hui, nous savons exactement pourquoi un tel mouvement a lieu : c’est dû aux orbites respectives de la Terre et de Mars, et aux lois de Kepler sur le mouvement planétaire. Mais pour les gens de l’Antiquité, expliquer un tel phénomène était un très grand défi. L’un des premiers à étudier ce comportement était Eudoxe de Cnide. Au quatrième siècle avant notre ère, cet élève de Platon a essayé d’expliquer le mouvement de Mars, et il a apporté quelques réformes mineures au modèle géocentrique du cosmos suite à cela. Au deuxième siècle de notre ère, Ptolémée a effectué quelques observations de Mars qui l’ont mené à ajouter la théorie des épicycles au modèle cosmique d’Aristote. Le grand œuvre de Ptolémée, l’Almageste, est par la suite devenu LA référence en astronomie jusqu’à la révolution héliocentrique, dans laquelle Mars a aussi joué un rôle particulier.
Tycho Brahe était l’un des plus grands observateurs de tous les temps. Il a étudié Mars de près au seizième siècle et tout juste un an avant sa mort, il demanda à Johannes Kepler de Le télescope de Galilée n’était pas assez bon pour obtenir une image claire de Mars, mais quelques années après lui, Christiaan Huygens a commencé à étudier Mars avec son également le premier à établir des preuves de l’existence d’une l’atmosphère sur Mars : quand il a observé le passage de Mars devant deux étoiles faibles, il s’est rendu compte que la luminosité poursuivre ses observations pour savoir pourquoi Mars « jouait » comme ça dans le ciel. Après 10 ans d’observation de Mars et d’autres planètes de même que d’étude des observations de Tycho, Kepler a enfin élaboré et publié ses lois du mouvement planétaire. O MOTI6. STELLA. MAATIS Après l’invention du télescope, Mars devint l’une des principales attractions pour les astronomes. télescope. Ses premier résultats étaient à couper le souffle. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, en 1659, Huygens a observé une forme triangulaire à la surface de Mars. C’était la première fois que nous voyions des caractéristiques de surface d’une autre planète. Ce T triangle est aujourd’hui appelé Syrtis Major. Huygens a utilisé cette forme pour calculer la période de rotation de Mars, et il a découvert qu’elle tourne sur elle-même en 24 heures, une période fort semblable celle de notre propre planète, la Terre. Au dix-huitième siècle, William Herschel étudia Mars et confirma certaines observations antérieures au sujet de taches blanches aux pôles de Mars. Il fut de celles-ci diminuait quand elles s’approchaient de Mars. Il a conclu que Mars devait avoir une atmosphère qui affecte la luminosité des étoile d’arrièreplan lors des passages. William Herschel a également découvert que Mars a une inclinaison axiale, qu’il a évaluée à environ 30° — la valeur exacte est de 25,2°. Ainsi, il a découvert que Mars — comme la Terre — connait quatre saisons. Suite à toutes ces découvertes, beaucoup de gens en général et de scientifiques en particulier se sont mis à croire que Mars serait peut-être une autre planète habitable ou… habitée. Le débat sur la vie martienne était déjà très vif, mais quand un astronome italien a publié ses travaux sur Mars, l’idée a explosé dans le monde entier. Septembre-octobre 2012 www.astronomie-quebec.com 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :