Astronomie Québec n°1-3 sep/oct 2012
Astronomie Québec n°1-3 sep/oct 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-3 de sep/oct 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : la providence... sommes-nous les seuls ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
que sur la science des matériaux et l’astronomie. Plusieurs vaisseaux spatiaux se sont relayés pour placer en orbite les composants de la station et réaliser le transfert des équipages. La Station spatiale internationale est, en 2012, le plus grand des objets artificiels placés en orbite terrestre. Elle s’étend sur 110 m de longueur, 74 m de largeur et 30 m de hauteur, et a une masse d’environ 400 tonnes. La station spatiale se déplace autour de la Terre à une altitude d’environ 350 à 400 km selon les réajustements de son orbite, qui reste presque circulaire. Avec sa vitesse de 27 700 km/h (7,7 km/s), elle fait le tour de la planète 16 fois par jour. Depuis novembre 2009, chacun des 6 astronautes, au cours de son séjour d’une durée de 3 à 6 mois, partage son temps de travail entre les opérations d’assemblage, de maintenance, et les tâches scientifiques. Le cout de la station est estimé à près de 115 milliards de dollars. L’équipage de l’ISS (Expedition 32) est présentement composé (de gauche à droite sur la photo) de Akihiko Hoshide (Japon), Iouri Malentchenko (Russie), et Sunita Williams (É.-U.), qui ont rejoint le 15 juillet dernier Joseph Acaba (É.‐U.), Guennadi Padalka et Serguei Revine (Russie), qui devraient revenir sur Terre le 17 septembre 2012. Dans les écoles ARISS produit ses évènements surtout dans les écoles. À Iqaluit et à Ivujivik, tout l’espace des gymnases a été transformé et décoré ; des centaines de chaises furent disposées, des maquettes et dessins de l’espace ornèrent les murs, et des écrans géants, des ordinateurs et un grand système de communication de radio amateur furent étalés pour que personne ne manque rien du spectacle. L’activité Space contact dans le gymnase de l’école Inuksuk d’Iqaluit et des aurores boréales autour de cette ville, de même qu’un atelier sur l’espace avec des jeunes à l’école Nuvviti Nunavik. Avant le grand contact avec l’astronaute de la ISS, les gens d’ARISS animent l’assistance : Lori McFarlane commente des clips tournés avec les astronautes de la ISS sur la façon de circuler et de flotter dans la station, la façon de manger et de voir cette nourriture sortir d’un tube, de voir une bulle d’eau qui servira à se laver et à se brosser les dents ; SteveMcFarlane fait une démonstration avec des modèles réduits d’un robot humanoïde Robonaut 2 et de l’astromobile Curiosity, et mentionne aux jeunes étudiants — tous attentifs — que la robotique est l’avenir. Placé à bord de la Station spatiale internationale, Robonaut 2 est de taille humaine et effectuera toutes sortes de travaux dans l’espace, prenant beaucoup plus de risques que les astronautes. Dans un avenir qu’on espère proche, il va aller 10 Astronomie-Québec Septembre-octobre 2012
sur la Lune pour prendre des échantillons du sol et toutes les autres choses que la NASA va prévoir. L’astromobile Curiosity a été lancé le 26 novembre 2011, est de la taille d’une petite voiture, et contient de la technologie canadienne. Curiosity effectuera de nombreuses expériences sur Mars. Les élèves ont regardé une simulation de l’atterrissage sur Mars de Curiosity. Pour ma part, au Space Contact de Ivujivik, j’ai rencontré toutes les classes Inuit de l’école Nuvviti, j’ai présenté un atelier parlant des constellations et des satellites dont ISS. Les aurores boréales étaient aussi à l’honneur : j’ai présenté des photographies d’aurores que j’ai captées autour de Ivujivik durant la semaine et un exposé sur ses origines, sa vitesse et sa densité voyageant dans l’espace et les explications des couleurs. Comme complément, les jeunes Inuit avaient à colorier des aurores boréales dessinées en noir et blanc sur des feuilles blanches : les choix de couleurs étaient importants car ils devaient respecter les étages colorés en altitude des aurores. Ce fut un réel plaisir pour eux. À Iqaluit au Nunavut, une conférence d’une heure et demie a suivi le Space Contact du matin, dans le gymmase de l’Inuksuk High School en compagnie de 400 étudiants, sur les aurores polaires du Grand Nord, dont celles de Iqaluit que j’ai capturées la veille, qui ont été présentées et expliquées. L’enseignante Pascale Baillargeon a agi comme traductrice pour l’assistance, en majorité anglophone (plus Aqsarniit School et Nannook Inuktitut School) sauf les étudiants francophones de l’école des Trois-Soleils. Le tout s’est terminé par le vidéo de 5 minutes tourné par l’ISS qui montrait à maintes reprises les aurores polaires du pôle nord et du pôle sud. Le système de radiocommunication pour le contact avec l’espace. Une jeune Inuk pose sa question à l’astronaute. Donc, vous pouvez voir que pour tout le monde, les Space Contacts, les aurores boréales, Curiosity, et le robot humanoïde Robonaut 2 sont bien divertissants. L’objectif est que les élèves croient que tout est possible et qu’ils peuvent en faire partie s’ils essaient ! Space Contact Le jour du contact, il y a les élèves, les professeurs, les parents, les élus… Tout est bien préparé dans le moindre détail : pas le droit à l’erreur… ni à l’improvisation ! Plusieurs répétitions ont lieu dans des conditions réelles, comme pour une pièce de théâtre (technique, déroulement, présentateur, gestion des contretemps et imprévus, matériel de secours…). Les questions posées aux astronautes sont préparées par les enfants et les enseignants. Lors du contact, d’une durée de 10 minutes, les radios amateurs rentrent en liaison radio avec l’astronaute à bord, et les enfants lisent à tour de rôle leur question. Ils peuvent alors entendre les réponses ; les participants ont pensé à des questions de toutes sortes, et la quantité posée sera selon le temps permis. Voici quelques exemples de questions : Quelle est la partie la plus difficile de la formation lors de la préparation pour devenir astronaute ? Septembre-octobre 2012 www.astronomie-quebec.com 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :