Astronomie Québec n°1-3 sep/oct 2012
Astronomie Québec n°1-3 sep/oct 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-3 de sep/oct 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : la providence... sommes-nous les seuls ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Adieu Neil… Ce n’est maintenant plus une nouvelle : Neil Armstrong, le premier homme à avoir marché sur la Lune, est décédé le samedi 25 aout dernier, à l’âge encore jeune de 82 ans, des complications d’une opération chirurgicale cardiovasculaire. Il laisse dans le deuil son épouse, ses enfants, ses petitsenfants, son frère, tous les autres membres de sa famille et ses amis, évidemment, mais aussi toute la race humaine, surtout ceux qui ont eu la chance d’être vivants (et pas trop jeunes) pour voir et entendre Neil Armstrong descendre du module d’exploration lunaire (LEM) et poser le pied sur la Lune en prononçant ces mots que l’on retrouvera encore dans les livres d’histoire tant que l’humanité existera : « That’s one small step for a man, one giant’s leap for mankind » (c’est un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l’humanité). Sa famille a publié un communiqué sur le site http://www.neilarmstronginfo.com, qui se termine par le paragraphe suivant : « For those who may ask what they can do to honor Neil, we have a simple request. Honor his example of service, accomplishment and modesty, and the next time you walk outside on a clear night and see the moon smiling down at you, think of Neil Armstrong and give him a wink. » Pour tous ceux qui se demandent ce qu’ils peuvent faire pour honorer Neil, nous avons une demande simple. Honorez son exemple de service, d’accomplissement et de modestie, et la prochaine fois que vous marcherez dehors lors d’une soirée dégagée et voyez la lune vous sourire, pensez à Neil Armstrong et faites-lui un clin d’œil. Je suis né quelques mois seulement après la dernière mission lunaire habitée. Aurai-je la chance un jour de voir d’autres hommes fouler le sol lunaire ? Si oui, seront-ils Américains, Chinois, Russes, Indiens, Japonais… Peut-être même auront-ils été envoyés là par une entreprise privée comme Google, Apple ou Virgin Galactic… La question est : Quand ? r Pierre Paquette Éditeur Astronmk Équipe éditoriale Éditeur Pierre Paquette Muse Erin Pecknold Chroniqueurs Gilles Boutin, Robert Giguère, Stéphane Lemon, Pouria Nazemi, Gilbert St‐Onge, Eddy Szczerbinski, Pierre Tournay Collaborateurs Roch Lévesque Contact http://astronomie-quebec.com info@astronomie-quebec.com Photo de couverture : Nébuleuse de la Bulle (NGC 7635) par Roch Lévesque Astronomie-Québec (ISSN 1929-4301) est publié bimestriellement au format PDF et disponible gratuitement sur le Web. Astronomie-Québec sur Facebook : http://www.facebook.com/AstronomieQuebec Astronomie-Québec a été fondé en juin 2012 par Pierre Paquette. Les opinions publiées dans Astronomie-Québec n’engagent que leurs auteurs et ne sont pas nécessairement celles de l’éditeur. Le contenu d’Astronomie-Québec ne peut pas être reproduit (2012), mais la publication en son entier peut être redistribuée librement. Nous vous invitons toutefois à référer au site Web du magazine Astronomie-Québec (http://astronomie-quebec.com) plutôt qu’à le redistribuer vous-même : cela nous permettra de mieux connaitre nos lecteurs et de mieux vous servir. Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec 2 Astronomie-Québec Septembre-octobre 2012
L’unité astronomique redéfinie NOUVELLES Beijing, 30 aout 2012 — Dans le cadre de sa 28 e assemblée générale tenue à Beijing, l’Union astronomique internationale a redéfini l’unité astronomique, qui est à la base de toute mesure de distance en astronomie. On explique souvent qu’elle est la distance moyenne Terre–Soleil, mais ceci n’est que la base de cette unité, un peu comme si on décidait d’utiliser la distance entre deux arbres comme unité base, mais qu’on arrondissait en pratique le résultat. L’UAI a publié le 30 aout quatre résolutions. La Résolution B1 porte « sur les lignes directrices pour les désignations et les précisions de bandes passantes photométriques optique et infrarouge en astronomie ». La Résolution B2 porte « sur la redéfinition de l’unité astronomique de longueur ». Depuis 2009, celle-ci était définie comme valant 149 597 870 700 m ±3m, résultant d’une moyenne d’estimations récentes. L’UAI recommande maintenant « que l’unité astronomique soit redéfinie comme une unité conventionnelle de longueur égale à 149 597 870 700 mexactement ». La version anglaise de la résolution, à laquelle Astronomie-Québec a eu accès, recommande aussi « que le symbole unique « au » soit utilisé pour l’unité astronomique ». La version française n’a pas pu être vérifiée pour savoir si on doit utiliser « ua » en français ; Astronomie- Québec va donc, jusqu’à nouvel ordre, utiliser « au » comme symbole de l’unité astronomique. Bonne nouvelle pour ceux qui craignent que le ciel leur tombe sur la tête : la Résolution B3 porte « sur la mise en place d’un système international d’alerte précoce aux objets géocroiseurs », c’est-à-dire les petits corps du système solaire qui croisent l’orbite de la Terre — et qui pourraient donc éventuellement s’y écraser… L’UAI reconnait que « la probabilité d’impacts catastrophiques d’objets géocroiseurs sur la Terre […] n’est pas négligeable », et « Que même l’impact d’objets de taille petite à modérée peut représenter une grande menace pour notre civilisation et la communauté internationale ». Vue d’artiste de l’écrasement d’un astéroïde de quelque 100 km de diamètre. L’UAI recommande ainsi que « l’UAI travaille avec le Comité des Nations Unies sur les utilisations pacifiques de l’espace et le Conseil international pour la science pour coordonner et collaborer à la mise en place d’un système international d’alerte précoce aux objets géocroiseurs, en s’appuyant sur le conseil scientifique et technique de la communauté astronomique concernée, dont l’objectif principal soit l’identification fiable des collisions potentielles d’objets géocroiseurs avec la Terre, et la communication des paramètres pertinents pour les décideurs appropriés de la ou des nation(s) en cause ». Enfin, la Résolution B4 porte « sur la restructuration des divisions de l’UAI ». Pour en savoir plus : Texte intégral des résolutions (en anglais) : http://www.iau.org/static/resolutions/IAU2012_English.pdf Septembre-octobre 2012 www.astronomie-quebec.com 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :