Astronomie Québec n°1-2 jui/aoû 2012
Astronomie Québec n°1-2 jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1-2 de jui/aoû 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Pierre Paquette

  • Format : (216 x 279) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : le baiser de Vénus.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Histoire de deux transits Lors du transit de Vénus de juin 2004, j’étais à Montréal. L’évènement avait lieu au lever du soleil, mais le ciel était alors couvert, laissant entrevoir le pire. Les nuages se sont heureusement dissipés, et j’ai pu capturer de belles photos, les nuages leur ajoutant d’ailleurs un certain cachet ! par Pierre Paquette Pour le transit de 2012, je ne voulais pas de nuages, ou au pire, le plus tard possible, car au début de la période de visibilité, Vénus faisait son entrée sur le disque solaire. Je voulais voir la fameuse « goutte d’encre ». Tout était prêt : télescope Newton de 254 mm (10″) ƒ/4,7 avec filtre Baader AstroSolar ; lunette de 80 mm (3,14″) ƒ/5 avec filtre polymère noir ; et lunette de 60 mm (2,36″) ƒ/15 avec filtre mylar, Canon Rebel XT, Meade DSI, adaptateurs pour porte-oculaires de 31,75 mm (1,25″) et de 24,5 mm (0,965″), et même iPhone et ordinateur portable. Allais-être sous les nuages ? Certainement pas. Mais comment les éviter ? J’étais prêt à prendre la route au besoin ; j’avais même pris l’après-midi de congé. Mon choix s’est porté sur Cornwall (Ontario), à environ une heure de route de la maison (Pierrefonds) et encore moins du bureau (Vaudreuil). J’ai contacté des gens là pour me joindre à eux, précisant que mon choix final dépendrait de la météo… Vers midi mardi, j’entends dire que le modèle météorologique n’était pas très rassurant. Valleyfield semblait être un bon choix, outre la Beauce maintenant trop distante pour que je m’y rende avant le premier contact à 18 h 03. Mais où m’installer ? J’entends aussi parler de collègues à Saint-Anicet et d’un autre dans un champ entre Les Cèdres et Saint-Lazare, et je pense même à peut-être simplement m’installer devant le bureau, à Vaudreuil. Côté météo, on suggère de regarder les cartes satellites vers 16 h 30 ou 17h, mais ça ne laisse pas beaucoup de temps pour éviter les nuages ! Projection solaire double avec des jumelles, par Santiago Lopez (photo Pierre Paquette) Mon installation. La lunette blanche à l’arrière-plan est à une autre personne. La lunette 80 mm est l’instrument bleu installé sur le coffre arrière de ma voiture. 8 Astronomie-Québec Juillet–aout 2012
Le ciel était presque complètement dégagé à mon arrivée à Cornwall, à mon grand bonheur. Vers 14 h 30, je quitte le bureau sans trop savoir où aller. Ma blonde, qui revenait du travail situé à Cornwall — m’informe d’un accident sur l’Autoroute 20, près de Les Cèdres, qui ralentit beaucoup la circulation dans les deux directions… Je prends donc plutôt la Route 340, heureux d’avoir déjà habité à Les Coteaux ! Je passe par le champ mentionné précédemment, mais il y a beaucoup de poussière au moindre passage de véhicule. Je continue donc vers Valleyfield. Mais à la sortie 14 pour Valleyfield et un très court trajet sur la Route 201, j’arrive au bouchon de circulation habituel du pont Monseigneur-Langlois ! Le temps de passer le bouchon, je serais à Saint-Anicet à la même heure que j’arriverais à Cornwall, et j’ai un bon pressentiment côté météo : les nuages arrivant du nord-nord-est, le plus au sud possible me semble la meilleure idée. Direction Cornwall ! J’arrive à Cornwall vers 17 h 05. Le groupe que j’avais contacté, SD&G BackYard Astronomers (SD&G BYA), s’installait au quatrième étage du stationnement du centre commercial Cornwall Square, disposant d’une bonne vue vers où le duo Soleil–Vénus sera. Ma blonde travaille d’ailleurs à quelques coins de rue de là, ce qui m’aide à trouver l’endroit. Ray Lalonde avait installé deux lunettes, l’une équipée d’un appareil DTC et d’un filtre hydrogène alpha (Hα). Santiago Lopez (de dos, en bleu) avait une batterie complète d’instruments installés sur la même monture. Sur place, je trouve entre autres Ray Lalonde du Club d’astronomie Orion (http://raylalonde.blogspot.ca/), Terry McLean du club d’astronomie Lunatics, et Santiago Lopez de la RASC : au moins, quelques visages familiers ! Dan Bobka, du SD&G BYA, me souhaite la bienvenue. J’échange des textos avec ma blonde, arrivée à Pierrefonds (sa fille a une partie de soccer) ; elle m’indique que Mary, sa collègue de bureau, vient me rejoindre. En installant la DSI sur ma lunette 60, je constate que j’ai oublié le câble USB de la DSI… Heureusement, Mary m’emmène à son lieu de travail, où je trouve un câble qui fait parfaitement l’affaire, mais je n’arrive pas à trouver le Soleil avec la DSI (la monture dévie un peu quand je remplace l’oculaire par la DSI) et le premier contact arrive sans photo. Ce n’est que plus tard que je trouverai finalement le Soleil — et le bon temps d’exposition — avec la DSI… La météo fut essentiellement parfaite à Cornwall jusque vers 19 h 45, où nous avons finalement dû remballer… De toute façon, le front nuageux approchait du nord-est — Montréal — et je voulais remballer avant qu’il ne m’atteigne. J’espérais aussi pouvoir conduire sans orage… Ma blonde m’a texté que ça se couvrait vers 18 h 30, et quelque temps plus tard, pour dire que c’était orageux. Ci-dessus et ci-dessous, les nuages menaçants qui approchaient du Québec—où ils ont laissé de la pluie en de nombreux endroits, empêchant malheureusement bien des gens d’observer le phénomène à leur guise. Certains d’entre vous avez eu autant de chance que moi, et je partage votre bonheur. D’autres avez été malchanceux, et je partage votre douleur. Via Astronomes Sans Frontières 1, j’étais en contact avec des gens d’un peu partout dans le monde : en Nouvelle-Zélande et en Inde, entre autres, ce fut aussi nuageux. Dommage, car en Nouvelle-Zélande, le phénomène devait être visible au complet, se terminant juste avant le coucher du soleil… Prochain rendez-vous non pas en 2117 car nous ne serons plus là, mais en 2016 pour Mercure ! 1 Dont je suis coordonnateur national pour le Canada ; http://www.astronomerswithoutborders.org Juillet–aout 2012 www.astronomie-quebec.com 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :