Arte Magazine n°9 26 fév 2000
Arte Magazine n°9 26 fév 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de 26 fév 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Politique fiction, la nouvelle collection d'Arte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
v en d re d i3 mars 19.00 racks Magazine musical 19.45 ARTE Info’émission d’actualité de la rédaction d’ARTE 20.15 Reportage Des gorilles et des hommes Reportage d’Olivia Delpau 20.45 Fiction Le petit voleur Téléfilm d’Erick Zonca Dans la collection Gauche/Droite » 21.50 Grand format Rescapés clandestins Karzan et ses frères Documentaire de Claudio von Planta 22.50 Cinéma Lola Film de Jacques Demy 00.25 Le dessous des cartes (r) 00.40 La voie lactée (r) Film de Luis Buñuel 02.15 erre sans pain (r) Film documentaire de Luis Buñuel 03.00 Fin des programmes es horaires correspondentux codes PDC, 19.00 Tracks Magazine musical Rédaction en chef : David Combe, Jean-Marc Barbieux (France, 2000-43mn) Coproduction : La Sept ARTE, Program 33 LA SEPTARTE ● No respect : les gros bras de la République La France, « pays des droits de l’homme », a été épinglée par la Cour européenne de justice pour mauvais traitements et tort u re dans ses prisons. ● Tribal : netslaves À New York, dans le quartier de Silicone A l l e y, mille nouveaux millionnaires sont a p p a rus en cinq ans grâce au Web. Dans les s t art - u p, ces nouveaux esclaves travaillent jusqu’à vingt heures par jour… ● Dream : Alan Vega À la fin des années 70, le New-Yorkais Alan Vega inventait l’électro-punk avec son gro u- pe mythique Suicide. Revenu de tout, plus vivant que jamais, le surfeur des beatboxes raconte le mariage entre le ro c k’n’roll et l’ère numérique. ● Vibration : art autobiographique Leur vie est un film ou un roman. En vidéo ou par lettres, ils ne nous épargnent rien de leurs moments les plus intimes. Plus fort en c o re : ils les exposent dans des galeries. ● Backstage : zydecoEn Louisiane, les Cajuns, descendants des colons français, résistent à l’américanisation depuis trois siècles. De Bâton Rouge à La Nouvelle-Orléans, Tr a c k sp art à la découverte de la variante noire de leur musique, le zydeco. Une des origines du funk ! ● Future : l’homme mutant Pour demain, les scientifiques prédisent à l’homme un cerveau plus gros et la disparition de certains orteils… ● Live : Lenine Après Carlinhos Brown, l’autre étoile montante de la funk-samba brésilienne. 20.15 Reportage. Des gorilles et des hommes Reportage d’Olivia Delpau (2000-26mn) ARTE G.E.I.E. Au Rwanda, des rangers hutus et tutsis protègent ensemble les 600 derniers gorilles de montagne au monde. Parfois au prix de leur vie. Olivia Delpau a rencontré ces hommes qui ont réussi à surmonter les haines ethniques. Le Rwanda, pour le monde entier, c’est d’a b ord l’une des guerres civiles les plus a t roces que le monde ait connues : elle a fait des millions de morts parmi les deux principales ethnies, les Hutus et les Tu t s i s … P o urtant, au milieu de cet océan de haine, il s’est passé quelque chose d’extraord i n ai re dans le nord du pays, au cœur de la chaîne des volcans Vi runga, le dernier refuge des gorilles de montagne. De 1994 à aujourd’hui, les rangers hutus et tutsis du parc et le personnel de Gorilla Fund, l’ancien centre créé par Diane Fossey, ont travaillé ensemble à la protection de cette espèce menacée. Ensemble, ils ont essayé de d é f en d re leurs gorilles, face à la misère des réfugiés qui avaient d’abord besoin de mang er, face aux braconniers ou aux exactions des militaires de tous bords. En cinq ans, ils ont tout de même perdu vingt-trois de leurs protégés, tués par des mines ou vendus comme viande de brou s se. Cherchez le gorille !
Téléfilm d’Erick Zonca (France, 1998-1h01mn) Dans la collection « Gauche/Droite » Scénario : Erick Zonca, Virginie Wagon Avec : Nicolas Duvauchelle (Esse), YannTregouët (Barruet), Jean-Jérôme Esposito (Œil), Martial Bezot (Chacal), Joe Prestia (Tony) Photographie : Pierre Milon Coproduction : Agat Films & Cie, La Sept ARTE LA SEPTARTE Fipa d’or de la meilleure fiction 1999 Grand Prix du Festival de Munich 1999 20.45 Le petit voleur Pour inaugurer la collection de téléfilms « Gauche/Droite » sur les thèmes du politique et du social, ARTE a donné carte blanche à Erick Zonca (la Vie rêvée des anges). Le réalisateur conte la chute dans la délinquance d’un jeune ouvrier marseillais. Après les anges, les démons ? Fipa d’or 1999, le film sort en salles samedi 4 mars. Esse a vingt ans. Il habite Orléans et travaille comme apprenti boulanger. Mais son boulot l’ennuie ; il rêve d’une vie meilleure, d’argent facile. Après une violente dispute avec son patron, il décide de quitter la « boulange ». La nuit même, il retrouve Laura, une amie, à qui il dérobe sa paye, puis part pour Marseille. Là, il fait la connaissance d’une bande de petits malfrats ; il tente alors de s’intro du i re dans le milieu et d’en gravir les échelons… Laconique et cruel Caméra nerveuse, plans hachés, comme coupés au couteau, dialogues brefs et rares : Erick Zonca ne fait pas dans le psychologique. Son cinéma est brutal, physique et cérébral à la fois. Il conte une fable m o d erne dont il tait la morale : au spectateur de la deviner. L’h i s t o i re est d’une simplicité glaçante : un jeune homme fuit le monde du travail, où il ne voit que soumission et sacrifice, pour se mettre au serv i c e d’une petite gouape des mauvais milieux de Marseille. Il espère trouver là la puissance, le respect, l’argent. Il n’hérite que d’une s ervilité pire encore, de la honte et de la p erte de sa dignité. Au passage, Zonca réussit une étude de mœurs sans pitié sur les caïds qui n’en sont pas, les durs qui boxent et qui trichent, et signe des portraits attachants, comme autant de rayons d’espoir : une jeune fille qui cherche l’amour et répond à la violence par la confiance, une ancienne combattante de la guerre d’Espagne qui cache, sous son mutisme, une véritable force. Ce n’est pas un film sur la banlieue, ni sur la délinquance : l’enjeu en est beaucoup plus universel. Zonca évite l’orn i è re du pessimisme : la conclusion du Petit Vo l e u r est cynique, mais elle reste ouverte. C’est en somme un film sur la vie telle qu’elle se passe réellement, sans tragédie excessive, mais sans grand succès non plus. Une vie pleine de détours, d’impasses, d’erreurs de jeunesse, de temps perdu qu’on ne ret rouvera jamais. Ce petit voleur est en chacun de nous. Lire notre entretien page suivante. Nerveux, juste, sans concession : le film montre sans cliché ni glamour la détresse affective, le culte de la force, la violence absurde, qui marquent la petite délinquance. « J’ai voulu faire un film dur, sombre, et mettre un grand coup de poing dans la télévision. » (Erick Zonca)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :