Arte Magazine n°8 19 fév 2000
Arte Magazine n°8 19 fév 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de 19 fév 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : ! Que viva Bunuel !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
v en d re d i25 février 19.00 racks Magazine musical 19.45 ARTE Info’émission d’actualité de la rédaction d’ARTE 20.15 Reportage Les yeux de son maître Réalisation : Ulrike Angermann20.45 Fiction Le passager clandestin Téléfilm d’Agustí Villaronga 22.20 Scénarios sur la drogue a faute au vent, ar Emmanuelle Bereot 22.25 Grand format Désert Documentaire d’Ebbo Demant 00.05 Cinéma une mourras pas sans me dire où tu vas Film d’Eliseo Subiela 02.15 Le dessous des cartes (r) 02.25 Premiers comiques (2) Court métrages burlesques 03.00 Fin des programmes es horaires correspondentux codes PDC, 1 9. 0 0 Tr a c k s Magazine musical Rédaction en chef : David Combe, Jean-Marc Barbieux (France, 2000-43mn) Coproduction : La Sept A RTE, Program 33 L AS E P TA RTE ● No respect : aux codes Des portes d’entrée à la caisse des magasins, les codes sont partout. Tr a c k s dit non aux mauvais numéros. ● Tribal : The Beach Filmé par Danny Boyle, avec Virg i n i e Ledoyen et Leonardo DiCaprio, The Beach (s ortie en février) était déjà un livre culte. Tr a c k s est allé en Thaïlande, ret rouver la tribu qui a inspiré l’histoire. ● D ream : Marc Almond C’est « l’homme qui a dit non » au succès. Depuis « Tainted Love », Marc Almond a choisi d’explorer la face cachée de la musique, en t re chanson réaliste et new wave. Son album Open All Night vient de sort ir. ● Vibration : canul’art En Finlande, un collectif d’artistes a créé une fausse civilisation autour de la « Bonk » Compagnie. À Paris, on vend des pilules à e ffets instantanés, Volatil Software fabrique de faux tickets de stationnement ou brûle virtuellement un Abribus. C’est l’art faussaire. ● Backstage : Rumba New Generation C’est un peu le George Michael africain : le Z a ï rois Koffi Olomide remplit les plus grandes salles françaises. Loin de MTV, enquête sur une scène en pleine explosion. ● Live : Cunnie Wi l l i a m s Ancien champion de basket, Cunnie Williams est la révélation de la néo-soul américaine. Tr a c k sl’a filmé à l’Élysée-Montmart re. 2 0. 1 5 R e p ort a ge. Les yeux de son maître Réalisation : Ulrike A n g e r m a n n (2 0 0 0 - 2 6 m n) ARTE/Z D F Un jeune aveugle apprend à vivre avec un chien dressé. L’histoire d’une rencontre racontée avec une infinie sensibilité. Race : schnautzer. Prénom : Spike. Signe d i s t i n c t i f : chien d’aveugle. Mission : assister son maître dans tous les déplacements de la vie quotidienne. Spike est une forme de chien de luxe, puisque sa formation a coûté à elle seule près de 100 000 francs. Il a travaillé pendant dix mois, dans un c en t re, avec des instructeurs. Et un beau j our, on lui a présenté celui qui devait devenir son maître, un jeune homme de 27 ans qui a perdu la vue dans un accident de la route. Pour le maître, c’était le début de l’esp o ir, une petite possibilité d’autonomie, un compagnon. Ils ont refait tous leurs exercices pendant un mois, à Berlin, pour devenir une véritable équipe. Moments de bonh e ur. Et puis le maître est re p arti avec Spike, chez lui, à Francfort. Et Spike a perdu lui aussi tous ses re p è re s : l’équipe n’a pas fonctionné, l’espoir s’est transformé en échec. Avec une infinie sensibilité, Ulrike A n g ermanna su capter le désarroi d’un m a î t re, la tristesse des formateurs, et mont rer qu’en matière de chiens d’aveugle, rien n’est jamais simple.
20.45 Le passager clandestin Un insaisissable héritier coursé par trois individus mal intentionnés. De Panama à Tahiti, la chaleur des t ropiques monte à la tête des personnages du Passager clandestin, d’après Georges Simenon, réalisé par Agustí Vi l l a ronga. Téléfilm d’Agustí Vi l l a r on g a (France, 1995-1h35mn) Scénario : André Grall et Pierre Javaux, d’après le roman de Georges Simenon Dans la collection « Simenon des tropiques » Avec : Simon Callow (le major Owens), Bruno Todeschini (Alfred Mougins), Merce Pons (Lotte), Frédéric Yrondi (René Maréchal) Photographie : Carles Gusi Coproduction : La Sept A RTE, Tornasol Films, Pierre Javaux Productions, Massa d’Or P r o du c t i on s L AS E P TARTE (R e d i ffusion du 13 octobre 1995) Le milliard ai re Joe Hilla légué sa fortune à son fils naturel, René Maréchal. Un ami du défunt, le major Owens, impeccable dandy britannique, se lance à la re c h erche de ce fils disparu dans le secret espoir de devenir son tuteur et de gérer à sa guise sa nouvelle fortune. De Panama, où la mère de René vient d’être assassinée, il embarque pour Tahiti, sur les traces du jeune homme. Mais il n’est pas seul en chasse : sur le bateau, il c roise Lotte, ancienne maîtresse de René, et Mougins, un truand interlope... Destins acceptés On dit Agustí Vi l l a ronga adepte des fantaisies sadiques et poète des perv e r s i on s transfigurées par l’esthétique. Le réalisateur espagnol n’a pourtant pas fait de ce Passager clandestin une œuvre dure ou n o i re. « Il n’y avait pas la matière d’un film dur, dit-il. D’ailleurs, il n’y a pas de ‘dureté’dans les romans de Simenon. » Écrits au retour de ses périples africains et tropicaux, les nouvelles et romans exotiques de Simenon ne sont qu’une irrévocable entreprise de démystification. Ses héros se sont laissé abuser par la propagande sur la vie coloniale et les paradis lointains ; trompés, ils succombent à la perte de leurs illusions dans des « moiteurs perfides ». Mais le Passager c l a n de s t in, épisode de la série « S i me n on des tro p i qu e s », ne met pas en œuvre la f i è v re sensuelle du Blanc à lunettes, ni l’implication politique du Crime de M. Stil. Pas même ces coups de folie qui abattent comme des chevaux les héros du Simenon exotique. Certes, ici, les personnages échouent dans leur quête du magot, et les bras du major troublé par Lotte n’embrassent que du vide ; mais il n’y est pourt a n t pas question de frustration. Truand sorti du ruisseau ou crapule mondaine, chacun d é c ou v re un autre sens à sa vie. « L e Passager clandestin est porteur d’une capacité de compréhension et de pardon, il est la mise en œuvre d’une acceptation du dest i n », explique Agustí Vi l l a ronga. Constru i t comme une chasse au trésor, le film se c h erche des parentés du côté des séries B américaines des années 50, où les personnages affichent le profil aimable des arc h é- types. Les règles classiques du film noir n’en sont pas moins perv erties. En contrepoint, un Tahiti moite à souhait. Un film construit comme une chasse au trésor dont l’enjeu est un homme fortuné.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :