Arte Magazine n°8 15 fév 2020
Arte Magazine n°8 15 fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de 15 fév 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : thriller machiavélique avec Clothilde Hesme et Jérémie Renier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 19 février ARTE MAG N°8. LE PROGRAMME DU 15 AU 21 FÉVRIER 2020 20 5.00 M DEPECHE MODE Spirits in the Forest Documentaire 6.35 M SQUARE ARTISTE Carte blanche à Patrick Chesnais, comédien Magazine 7.05 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 EM PATAGONIE Terre de l’extrême Documentaire 8.00 M LES NOUVEAUX SANCTUAIRES DE LA NATURE Toronto Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 M LE LOUP ARCTIQUE Champion de la survie ; La meute, c’est sacré Documentaire 10.55 LEM ÉCUREUILS, LES ACROBATES DE LA FORÊT Documentaire 12.05 M L’EUROPE AU FIL DE L’EAU Du lac Müritz à la plaine de la Spree Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Les mille et une vies de nos vêtements Reportage 13.35 M DOUTE Film 15.35 E MALAWI – BOUDDHA EN AFRIQUE Documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission Z ce 17.10 XENIUS La méditation  : mode ou vrai remède ? Magazine 17.45 E RITUELS DU MONDE Éthiopie  : sauter dans la vie d’adulte Série documentaire 18.15 L ER UN VOYAGE EN POLOGNE Du pays des mille lacs à la mer Baltique Série documentaire 19.00 LES ÎLES ITALIENNES Sicile Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.52 ER TOUT EST VRAI (OU PRESQUE) Marion Cotillard Série d’animation 20.55 DE LA RELIGIEUSE Film 22.45 CORPS ET ÂME Film 0.35 BERLINALE MON AMOUR Le festival berlinois vu par Thomas Schadt Documentaire 2.10 ER ET RODIN CRÉA « LA PORTE DE L’ENFER » Documentaire 3.10 EM ARCHITECTURES L’école en bambou de Bali Collection documentaire 4.10 M ARTE REGARDS La Pologne va au charbon Reportage Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande Date de disponibilité en avant-première Multidiffusion Rediffusion Disponibilité en ligne Versions linguistiques disponibles Date de fin de replay RENAUD MONFOURNY 20.55 Cinéma Berlinale 2020 La religieuse Le calvaire de Suzanne (Pauline Étienne), contrainte d’entrer dans les ordres. Par Guillaume Nicloux, une relecture incandescente du brûlot anticlérical de Diderot. Ruinés par les mariages de leurs aînées, les parents de Suzanne l’incitent à prendre le voile. Pressée de toutes parts, l’adolescente, de surcroît enfant illégitime, prononce ses vœux la mort dans l’âme. Son chagrin désespère la mère supérieure, la douce et légèrement manipulatrice Mme de Moni, bientôt retrouvée morte – un suicide que chacun préfère étouffer. Toujours réfractaire à la vie monastique, Suzanne se retrouve sous la coupe de la sœur Christine, décidée à la faire plier par toutes sortes de brimades. La jeune fille trouve la force de contacter clandestinement un avocat, afin qu’il l’aide à recouvrer la liberté. Mais, transférée dans un autre couvent, elle affronte le harcèlement de la mère Saint-Eutrope, qui la poursuit de ses ardeurs. ESPRIT DE RÉVOLTE Après celle, censurée et interdite en son temps, de Jacques Rivette (1955), avec Anna Karina, Guillaume Nicloux propose à son tour une adaptation incandescente, et servie par une belle distribution, de La religieuse de Diderot. Les mères supérieures, brillamment jouées par Françoise Lebrun, Louise Bourgoin et Isabelle Huppert, offrent chacune un visage différent à la sujétion religieuse  : culpabilisant, sadique et libidineux. Mais le film ne fustige pas la foi et vise les excès commis en son nom. De cette « effrayante satire des couvents », comme le qualifiait l’auteur des Lumières, le cinéaste donne, en dépit du langage châtié de ses jeunes nonnes, une relecture actuelle, qui résonne avec la résurgence de l’intégrisme religieux et la domination qui continue de s’exercer sur les femmes. À travers la frimousse rebelle et chiffonnée de Suzanne, splendidement incarnée par Pauline Étienne (Le bel âge, Le bureau des légendes), à travers les jeunes visages, filmés sans maquillage, en lumière naturelle, passe une ardente dénonciation de l’oppression, l’enfermement et l’abus des jeunes filles, ainsi qu’une ode à l’esprit de révolte. Lire page 7 En compétition, Berlinale 2013 Meilleure actrice (Pauline Étienne), Prix Magritte 2014 Film de Guillaume Nicloux (France/Allemagne/Belgique, 2013, 1h47mn) - Scénario  : Guillaume Nicloux, Jérôme Beaujour, d’après le roman éponyme de Denis Diderot Avec  : Pauline Étienne (Suzanne Simonin), Isabelle Huppert (la mère supérieure Saint-Eutrope), Martina Gedeck (la mère de Suzanne), Louise Bourgoin (la mère supérieure Christine), Françoise Lebrun (Mme de Moni), Agathe Bonitzer (sœur Thérèse), Alice de Lencquesaing (sœur Ursule), François Négret (Me Manouri) - Production  : Les Films du Worso, Belle Époque Films, Versus Production i 25/2
22.45 Cinéma Berlinale 2020 Corps et âme Liés par le même rêve, un homme et une femme empêchés d’aimer tentent de se rapprocher l’un de l’autre. Une histoire d’amour troublante et touchée par la grâce. ALAMODE FILM Engagée au contrôle qualité d’un abattoir, Maria n’est pas une jeune trentenaire comme les autres. Laissant transparaître peu d’émotions et évitant tout contact physique, elle suscite la défiance de ses nouveaux collègues par l’attention extrême qu’elle porte à l’ordre et à la propreté. Après la disparition d’un produit aphrodisiaque dans la pharmacie de l’usine, la police délègue l’interrogatoire des employés à Klara, une psychologue. Lorsque cette dernière demande à chacun de lui raconter le rêve qu’il a fait la nuit précédant le vol, Endre et Maria lui confient la même chose. Le premier, en cerf, et la seconde, en biche, se souviennent avoir parcouru ensemble une forêt enneigée à la recherche d’herbe fraîche. Quand ils apprennent l’étrange connexion onirique qui les relie, tous deux tentent de se rapprocher l’un de l’autre dans la vie réelle. Mais les choses ne sont pas difficiles seulement pour Maria, suivie depuis l’enfance par un thérapeute pour ses angoisses et ses phobies. Marqué par une suite de déceptions amoureuses, le quadragénaire Endre, paralysé d’un bras, s’est habitué à se satisfaire d’une existence solitaire... ÉLAN VITAL D’un côté, le monde mystérieux des rêves, cette forêt immaculée où un cerf et une biche s’apportent soutien et réconfort. De l’autre, la vraie vie, un site industriel clinique et froid dédié à la mort des bêtes et ces petits pas que deux êtres, empêchés d’aimer dans leur corps et leur âme, font pour se rapprocher... Mettant en regard une nature harmonieuse, où les animaux sont rois, et le monde imparfait façonné par les petitesses humaines, la réalisatrice hongroise Ildiko Enyedi interroge le sentiment amoureux et l’élan vital qu’il fait jaillir en nous. Portée par le jeu intense de ses interprètes, une troublante histoire d’amour, touchée par la grâce. Ours d’or, Berlinale 2017 Lire page 7 (Testrolés lélekrol) Film de Ildiko Enyedi (Hongrie, 2017, 1h49mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Ildiko Enyedi Avec  : Géza Morcsanyi (Endre), Alexandra Borbély (Maria), Zoltan Schneider (Jeno, le DRH), Réka Tenki (Klara, la psychologue), Julia Nyaka (Rozsi), Itala Békés (Zsoka), Éva Bata (Jutka), Ervin Nagy (Sanyi), Tamas Jordan (le thérapeute), Zsuzsa Jaro (Zsuzsa) - Production  : Inforg-M&M Film Kft ALI GHANDTSCHI 0.35 Berlinale 2020 Berlinale mon amour Le festival berlinois vu par Thomas Schadt Les adieux de Dieter Kosslick, qui a dirigé le Festival international du film de Berlin de 2001 à 2019. En février 2019, le réalisateur Thomas Schadt accompagne Dieter Kosslick pour ses derniers pas en tant que directeur emblématique de la Berlinale. Filmant les coulisses de ce moment riche en émotions, qui vient mettre fin à dix-huit années passées à la tête du festival, il réalise un documentaire touchant, où se croisent des célébrités telles que Juliette Binoche, Charlotte Rampling, Christian Bale, et de jeunes espoirs du cinéma, comme la réalisatrice Nora Fingscheidt (Benni, qui sortira le 4 mars en France). Thomas Schadt signe un hommage enthousiaste à ce festival mythique créé en 1951 par les Alliés occidentaux, et qui promeut fidèlement depuis aussi bien les blockbusters que le cinéma d’auteur. Lire page 7 Documentaire de Thomas Schadt (Allemagne, 2020, 1h28mn) mercredi 19 février ARTE MAG N°8. LE PROGRAMME DU 15 AU 21 FÉVRIER 2020 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :