Arte Magazine n°6 1er fév 2020
Arte Magazine n°6 1er fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de 1er fév 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'année Beethoven.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°6. LE PROGRAMME DU 1 ER AU 7 FÉVRIER 2020 Cet humanisme constitue-t-il une marque de son œuvre ? Absolument. Il faut insister sur la grande bonté de Beethoven, et combattre cette image d’homme colérique qui le poursuit  : cette prétendue misanthropie, ce caractère violent, voire militaire, qu’on lui prête. Cet homme se situe au cœur de l’émotion humaine dans toute sa vérité, et la force de 6 Beethoven Un vrai humaniste Les symphonies et la réputation irascible de Beethoven ont éclipsé ses œuvres plus intimistes, ainsi que son caractère généreux et novateur. Alors qu’ARTE célèbre avec faste le bicentenaire de sa naissance, entretien avec Élisabeth Brisson *, historienne et spécialiste du compositeur. Que reste-t-il à découvrir de la vie de Beethoven ? Élisabeth Brisson  : Certains aspects de sa biographie échappent à notre connaissance. Le doute subsiste sur sa date de naissance exacte, alors que celle de son baptême, le 17 décembre 1770, est établie. De même, un mystère entoure la bouleversante lettre de 1812 à l’immortelle bien-aimée, retrouvée après la mort du compositeur. Cette femme a-t-elle existé ? Beethoven a-t-il vraiment envoyé cette missive ? Il faut accepter de ne pas tout savoir. Par le passé, on a eu tendance à vouloir combler ces lacunes, ce qui a conduit à des erreurs. D’aucuns ont ainsi prétendu à tort avoir retrouvé la tombe de sa mère. On dispose, en revanche, d’informations fiables concernant ses engagements politiques. Elles révèlent un vrai humaniste, qui a contribué à faire éclore les idéaux des Lumières. Sa lettre de 1795 à un ami de Bonn, sa ville natale, porte haut la défense des droits de l’homme et de l’égalité. Elle s’inspire directement de La joie, un poème de Schiller publié dix ans plus tôt, où il est dit que « les mendiants deviennent frères des princes ». On sait aussi que Beethoven conservait sur lui une petite statue de Brutus, de 15 centimètres de haut, comme symbole de son refus de la tyrannie. sa musique vient de là. L’ode à la joie, mais aussi le final de Fidelio constituent des célébrations de l’humanité. Beethoven croit en cette libération intime de l’être par la musique, comme si celle-ci s’adressait à chaque individu dans son unicité. L’œuvre de Beethoven est aussi novatrice en ce qu’elle est porteuse de sens, car elle explore la condition humaine. Dans ses partitions, chaque mesure compte. Dès son opus 1, un Trio pour piano, violon et violoncelle, paru en 1795, il donne l’envergure d’une symphonie à une partition de musique de chambre. Beethoven aurait-il acquis une telle place dans la culture populaire sans ses symphonies ? Celles-ci ont incontestablement joué un grand rôle dans la réception de son œuvre, et ce, dès le milieu du XIX e siècle, peu après la mort de Beethoven, en 1827. En France, la Cinquième symphonie a eu le même retentissement que « La Marseillaise ». Son final a été joué en hommage aux morts de la Révolution de 1848. C’est ce qui fait à la fois la grandeur et la faiblesse de son œuvre, car Beethoven n’a jamais cessé d’être récupéré et instrumentalisé, parfois pour le pire, sous le nazisme. Les grandes symphonies ont un peu éclipsé le reste, c’est vrai. Il faut redécouvrir ses trios, ses quatuors et ses sonates. Tout autant contestataires et politiques que les symphonies, mais supposant une écoute plus exigeante, ces morceaux se révèlent précieux pour ressentir l’effet libérateur de la musique de Beethoven. Propos recueillis par Benoît Hervieu-Léger * Biographe du compositeur, Élisabeth Brisson lui a consacré plusieurs ouvrages et cosigne Beethoven et après (Fayard), en librairie le 22 janvier. Elle intervient également dans le documentaire d’Anna Sigalevitch, Beethoven intime. L’année Beethoven sur ARTE Tout au long de l’année 2020, ARTE célèbre les 250 ans de la naissance de Ludwig van Beethoven en proposant l’intégrale de son œuvre (138 opus !). Au programme  : concerts en direct des plus grandes scènes européennes, archives mythiques, documentaires inédits… arte.tv/beethoven artià CONCERT COUP D’ENVOI La Folle Journée de Nantes 2020 – Beethoven Dimanche 2 février à 17.30 et sur ARTE Concert Et aussi de nombreux concerts du festival à découvrir en direct sur ARTE Concert La « Neuvième » de Beethoven – Une symphonie universelle Dimanche 2 février à 23.45 et sur ARTE Concert DR
HERVÉ CHAMPOLLION/AKG-IMAGES Beethoven, « Concerto pour piano n°5 » par Mikko Franck et Bertrand Chamayou Dimanche 2 février à 1.20 et sur ARTE Concert Invitation au voyage – Spécial Beethoven Du lundi 27 au vendredi 31 janvier à 16.30 et sur arte.tv POINT D’ORGUE Journée spéciale Beethoven L’intégrale des symphonies Dimanche 21 juin à partir de 12.45 et sur ARTE Concert, depuis neuf pays européens partenaires d’ARTE. Symphonie n°1 Par le Mahler Chamber Orchestra, dirigé par Daniele Gatti En direct de la place du Marché à Bonn(Allemagne) Symphonie n°2 Par le RTÉ Concert Orchestra En direct de Galway (Irlande) Symphonie n°3 « Héroïque » Par l’Orchestre symphonique de la Radio finlandaise, dirigé par Hannu Lintu Enregistrée en avril à Helsinki (Finlande) Symphonie n°4 Par l’Orchestre national de Belgique, dirigé par Maxim Emelyanychev En direct du parc du Cinquantenaire à Bruxelles (Belgique) Symphonie n°5 Par l’Orchestre symphonique national tchèque, dirigé par Steven Mercurio En direct de la place de la Vieille-Ville à Prague (République tchèque) Symphonie n°6 « Pastorale » Par l’orchestre I Barocchisti, dirigé par Diego Fasolis En direct des rives du lac de Lugano (Suisse) Symphonie n°7 Par l’Orchestre de l’Académie nationale Sainte-Cécile de Rome, dirigé par Mikko Franck En direct de Rome (Italie) Symphonie n°8 Par l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, dirigé par Marko Letonja En direct de la place du Château à Strasbourg (France) Symphonie n°9 Par l’Orchestre philharmonique de Vienne, dirigé par Andris Nelsons Enregistrée en juin au Musikverein de Vienne (Autriche) TEMPS FORTS Barenboim interprète les sonates pour piano n°1 à 32 Déjà en ligne sur ARTE Concert Prométhée Ballet de Stijn Celis sur Les créatures de Prométhée Déjà en ligne sur ARTE Concert La « Pastorale » Le chorégraphe Thierry Malandain donne corps à la Symphonie n°6 Déjà en ligne sur ARTE Concert Leonore La version originale de Fidelio, à l’Opéra de Vienne Samedi 1er février en direct sur ARTE Concert Triple concerto Avec Yo-Yo Ma (violoncelle), Anne-Sophie Mutter (violon), Daniel Barenboim (piano) et le West-Eastern Divan Orchestra Dimanche 9 février à 18.55 et sur ARTE Concert La « Pathétique » Avec Evgeny Kissin Dimanche 16 février à 18.55 et sur ARTE Concert Maurizio Pollini interprète Beethoven (sonates n°30 et 31) Dimanche 23 février à 19.00 et sur ARTE Concert Fidelio Au Festival de Pâques de Baden-Baden 2020 Lundi 13 avril en direct à l’antenne et sur ARTE Concert DOCUMENTAIRES INÉDITS Beethoven Reloaded Les mélodies celtes de Beethoven Beethoven intime Diffusion au second semestre 2020 7ARTE MAG N°6. LE PROGRAMME DU 1ER AU 7 FÉVRIER 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :