Arte Magazine n°6 1er fév 2020
Arte Magazine n°6 1er fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de 1er fév 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'année Beethoven.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 2 février ARTE MAG N°6. LE PROGRAMME DU 1 ER AU 7 FÉVRIER 2020 UNE RACE DE VOYEURS Fenêtre sur cour, ou l’expression la plus pure de l’idée cinématographique. Un plan, un travelling suffisent à raconter une histoire. Ce que l’on voit par la fenêtre, de l’autre côté de la cour, devient une image du monde. On y observe différents comportements, en un spectacle des forces et des faiblesses humaines autour du thème central des relations hommesfemmes. Le crime lui-même reflète la réalité, puisque Hitchcock s’est inspiré du cas Crippen – meurtrier qui avait découpé sa victime en 14 20.55 Cinéma Soirée Alfred Hitchcock Fenêtre sur cour Un photographe immobilisé qui passe ses journées à observer l’immeuble d’en face soupçonne son voisin d’assassinat. Voyeurisme et suspense pour l’une des œuvres majeures du maître de l’angoisse. PARAMOUNT PICTURES ET PATRON INC. 1954 Par un été torride, Jeff, reporter photographe, est immobilisé dans son appartement de Greenwich Village, une jambe dans le plâtre. En dehors des visites de son infirmière et de sa petite amie, il n’a d’autre occupation que de se poster à sa fenêtre et d’observer le comportement de ses voisins. Un appartement attire plus particulièrement son attention  : des disputes conjugales, un cri dans la nuit, des allées et venues, un couteau, une scie... Quand il constate que l’épouse a disparu, Jeff est convaincu qu’elle a été assassinée. Il fait part de ses soupçons à son entourage, mais personne ne le croit. morceaux – sur lequel Scotland Yard eut à enquêter. Le film porte néanmoins un regard subjectif sur ce monde en miniature. Précisément, on regarde par la fenêtre à travers les yeux de Jeff. Et Jeff, disons-le, est un voyeur. Il se délecte de la vie privée de ses voisins, leurs problèmes de cœur constituant une échappatoire aux complications de sa propre vie sentimentale. Quand l’assassin entre dans son appartement et lui demande « Que voulezvous ? », Jeff ne trouve rien à répondre. Tout simplement parce qu’il agit par pure curiosité. « Nous devenons une race de voyeurs », le réprimande Stella, son infirmière, en le trouvant en train d’espionner le voisinage. Mais elle ne peut pas s’empêcher de se prendre au jeu. Tout comme le spectateur. (Rear Window) Film d’Alfred Hitchcock (États-Unis, 1954, 1h52mn, VF/VOSTF) - Scénario  : John Michael Hayes, d’après la nouvelle de Cornell Woolrich Avec  : James Stewart (Jeff), Grace Kelly (Lisa Carol Fremont), Wendell Corey (Thomas J. Doyle), Thelma Ritter (Stella), Raymond Burr (Lars Thorwald), Judith Evelyn (Miss Lonelyhearts) - Producton  : Paramount (R. du 16/6/2013) DR 22.50 Soirée Alfred Hitchcock Dans l’ombre d’Hitchcock Alma et Hitch Inventif pince-sans-rire et maître du suspense au cinéma...  : au travers de la relation fusionnelle entre Alfred Hitchcock et son épouse Alma Reville, un portrait iconoclaste du réalisateur de légende. « J’ai pu constater que l’homme ne peut pas vivre uniquement du meurtre. Il a besoin d’affection, d’approbation, d’encouragement, et, parfois, d’un bon repas. » Lors d’une allocution prononcée en 1979 devant l’American Film Institute, Alfred Hitchcock poursuit en citant les quatre personnes qui furent essentielles pour lui  : « La première est une monteuse, la deuxième, une scénariste, la troisième, la mère de ma fille Patricia, et la quatrième, une cuisinière émérite capable d’accomplir des miracles aux fourneaux. » Ces quatre femmes, en réalité, n’en font qu’une  : la discrète épouse du grand « Hitch », Alma Reville. Il a 22 ans lorsqu’il la croise pour la première fois dans les studios londoniens d’Islington. Née un jour après lui, le 14 août 1899, Alma y travaille depuis ses 16 ans comme monteuse, assistante à la réali-
sation, et parfois comédienne. Lui vient juste de mettre un pied dans le monde du cinéma. Trop timide pour lui adresser la parole, il met plus d’un an avant de l’approcher, en lui proposant de monter La danseuse blessée de Graham Cutts, dont il est l’assistant. En 1926, ils se marient. Leurs routes ne vont plus se séparer... DESPOTIQUE À l’aune de la relation fusionnelle qui a uni le maître du suspense à son épouse Alma Reville, Laurent Herbiet revisite et éclaire la personnalité d’un cinéaste de légende. S’appuyant sur une biographie de l’Américain Patrick McGilligan (Alfred Hitchcock – Une vie d’ombres et de lumière), il explore le rôle qu’ont joué les femmes dans sa carrière  : Alma, bien sûr – sa critique la plus sévère –, mais également sa mère et ses principales collaboratrices. Illustré par une superbe iconographie (extraits de sa filmographie, archives d’interviews, photos et films de famille), ce portrait lève aussi le voile sur la manière dont Hitchcock, metteur en scène à la réputation despotique, a dirigé ses actrices, au premier rang desquelles Grace Kelly, qui tourna à trois reprises avec lui (Le crime était presque parfait, Fenêtre sur cour, La main au collet), et Tippi Hedren, l’inoubliable interprète des Oiseaux, à laquelle il promit aimablement, lorsqu’elle voulut reprendre sa liberté, de « briser sa carrière ». Lire page 8 Documentaire de Laurent Herbiet (France, 2019, 54mn) Auteur  : Laurent Herbiet, d’après un récit de Patrick McGilligan Narration  : Elsa Lepoivre, de la Comédie-Française Coproduction  : ARTE France, Nilaya Productions 26/1 1/4 I 23.45 Année Beethoven La « Neuvième » de Beethoven Une symphonie universelle SOUNDING IMAGES Retour sur la genèse de la Neuvième symphonie de Beethoven et découverte d’une œuvre qui lui rend hommage  : Nine, du compositeur chinois Tan Dun. En 1817, la Royal Philharmonic Society commande à Beethoven sa Symphonie n°9. Hymne à la liberté et à la fraternité teinté d’universalité, cette partition est le fruit d’une longue maturation, qui survint à une période où le compositeur était déjà devenu sourd. Près de deux cents ans plus tard, la société musicale londonienne a chargé le Chinois Tan Dun d’écrire une œuvre qui ferait écho à celle de son illustre aîné allemand. Dans Nine, Tan Dun mêle ainsi les mots de Schiller (auteur du poème l’Ode à la joie, chanté dans le dernier mouvement) à ceux du poète chinois Qu Yuan, qui vécut entre les IV e et III e siècles avant J.-C., tout en superposant des harmonies occidentales et asiatiques. Dans ce film, le réalisateur Christian Berger fait le tour de la planète pour comprendre ce qui fait la spécificité de la Neuvième symphonie. De Londres à Shanghai, il rencontre, notamment, l’auteur de Nine, le compositeur et DJ Gabriel Prokofiev, ainsi que Paul Whittaker, le fondateur de l’association britannique Music and the Deaf, qui rend la musique accessible aux personnes sourdes et malentendantes. Lire page 6 Documentaire de Christian Berger (Allemagne, 2020, 1h30mn) 1/2 1/5 I 1.20 Année Beethoven Beethoven, « Concerto pour piano n°5 » par Mikko Franck et Bertrand Chamayou CAMERA LUCIDA Depuis la Maison de la radio, Bertrand Chamayou fait vibrer le puissant Concerto pour piano n°5, dit « L’empereur », de Beethoven. Beethoven revendique dans ce concerto une écriture nouvelle, une façon inédite de faire dialoguer le soliste et l’orchestre. L’étrange conversation qui s’y noue épouse tous les registres, de l’osmose à la violence  : le piano et l’orchestre s’affrontent et s’entraînent avec brio. Impérial, le Français Bertrand Chamayou y officie au piano sous la baguette complice du maestro finlandais Mikko Franck, directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Radio France. Lire page 6 Concert (France, 2018, 43mn) - Direction musicale  : Mikko Franck - Avec  : Bertrand Chamayou et l’Orchestre philharmonique de Radio France - Réalisation  : Philippe Béziat - Production  : Radio France, Camera Lucida Productions, avec la participation d’ARTE France (R. du 17/2/2019) 21/1/2022 I dimanche 2 février ARTE MAG N°6. LE PROGRAMME DU 1 ER AU 7 FÉVRIER 2020 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :